EDITO : Le cyclisme sport d’équipe, Cavagna a démontré le contraire

rémi cavagna, 2021 paris nice
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Ces dernières saisons, au départ du championnat de France sur route de cyclisme, il ne fallait pas chercher bien loin pour trouver le coureur qui endosserait le maillot tricolore.

En effet, les équipes Groupama-FDJ et celle d’AG2R-Citroën alignaient une armada de prétendants susceptibles de franchir la ligne d’arrivée victorieusement. Il était alors démontré que ces deux équipes dominaient la situation et que surtout elles faisaient la loi dans le peloton. Il était quasiment impossible de s’extirper et à l’arrivée, on voyait souvent un coureur de ces deux formations s’imposer. Notamment le Beauvaisien Arnaud Demare qui a été trois fois champion de France. Le travail d’équipe primait alors avec le respect des consignes dictées par le directeur sportif.

Mais dimanche à Epinal, dans des conditions atmosphériques difficiles, ce championnat ne s’est pas déroulé comme prévu pour les deux grandes formations de Marc Madiot et Vincent Lavenu. La victoire est revenue à Rémi Cavagna équipier du champion du monde Julian Alaphilippe. Cavagna était, au départ, un des trois coureurs de la formation belge Deceuninck-Quick Step, le troisième étant le Nordiste Florian Sénéchal. Il s’avère que ces trois coureurs n’avaient pas de consigne particulière. Seulement, Cavagna a eu le flair de considérer qu’une échappée lancée très tôt pouvait aller au bout. Mieux, Cavagna champion de France du contre la montre en 2020, n’a pas voulu attendre le sprint final et il est parti seul à une dizaine de kilomètres de l’arrivée. Ainsi, un coureur français est devenu champion de France alors qu’il défend une équipe belge.

Place au Tour !

Cavagna a prouvé que dans une course d’un jour, l’esprit d’équipe n’est pas forcément une priorité. Evidemment, dans le Tour de France, il y aura un leader qui sera protégé et c’est logique. Maintenant, les regards se tournent vers la Bretagne car samedi, ce sera le départ du Tour de France. Pour être honnête, à l’heure actuelle, aucun coureur français ne semble en mesure de s’imposer sur les Champs Elysées. Le dernier lauréat Tadej Pogacar sera encore le grand favori avec son compatriote slovène Primoz Roglic mais n’oublions surtout pas l’Equatorien Richard Carapaz.

Nous allons par contre souffrir de voir se trainer l’Anglais Chris Froome dont le courage est méritoire mais qui visiblement n’a jamais récupéré de sa terrible chute dans le Dauphiné voici deux ans..



Lionel Herbet

Crédit photo image libre de droit

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.