HIPPISME : Patrice Claux n’est plus

gazette patrice claux
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Chroniqueur hippique depuis de longues années, ce passionné qu’il était vient de tirer sa révérence à l’âge de soixante-dix ans.

Patrice Claux s’en est allé, sans crier gare… À soixante-dix ans, celui qui aimait, qui « adorait » même murmurer à l’oreille des chevaux, laisse donc sans voix un monde hippique où il avait su trouver la sienne. Cet enthousiasme qui l’amènera d’ailleurs jusqu’au micro de France Bleu Picardie où, durant trois décennies (1989 à 2018), il allait prendre un malin plaisir à s’inviter au « p’ti déjeuner ». Rendez-vous radiophonique devenu traditionnel pour cet éducateur social de profession très à l’écoute de jeunes en difficulté, qui jamais ne se lassait à prêcher la bonne parole. L’envie de prodiguer ses « conseils de jeu » au quotidien pour lequel les turfistes apportaient (très) rapidement crédit.

À l’antenne de France Bleu Picardie

Pari audacieux mais néanmoins gagnant pour ce « bourru » d’apparence pour qui l’amitié, la jovialité se définissaient telles des valeurs. Et cet inconditionnel du jeu, « hippique mais aussi de cartes » indiquait-il toujours avec espièglerie, s’enthousiasmait à partager ses sources d’adrénaline. Allait-il ainsi, régulièrement, à la rencontre d’autres turfistes afin d’échanger. Entre autres sur ces notifications que ce « propriétaire en herbe » veillait à mentionner sur l’hebdomadaire « Province Courses ». Petit feuillet où ce père de deux enfants y répertoriait alors ses coups de cœur et autres « chevaux à suivre » pris en note sur l’hippodrome d’Amiens.

Un tracé du Petit Saint-Jean où il avait l’œil, attachant un intérêt tout particulier à une régie vidéo dont il allait s’affirmer tel un maillon fort. Autre opportunité de vivre au plus près cette passion qui le dévorait. Et qu’il prenait soin d’assouvir également dans le cadre verdoyant d’Abbeville et autres tracés de Normandie. Environnement où ce natif de Grandfresnoy (Oise) se « dénichera » un pied-à-terre.

Homme de l’ombre très actif

Homme de l’ombre, celui qui se refusa à endosser l’habit de lumière brilla cependant par sa générosité de cœur ! Et se révéla, au fil du temps, un excellent ambassadeur d’un « univers cheval » qu’il aimait brosser d’anecdotes en tout genre. Et dont il consentait, se résignait à s’éloigner en raison d’ennuis de sa santé. Laissant un grand vide, dorénavant à jamais.

  • L’office religieux se déroulera vendredi 11 juin en l’église de Grandfresnoy (Oise) à partir de 10 h 15
  • Gazettesports adresse à ses proches ses sincères condoléances



Fabrice Biniek

Crédit photo : Facebook France Bleu Picardie