FOOTBALL – Benoît Sturbois : « On n’est pas surpris, on s’y attendait »

Foot Amical Camon Vs Portugais D Amiens 0011 Leandre Leber Gazettesports 1024x683 1
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Le coach des Portugais d’Amiens, Benoît Sturbois, revient avec nous sur la décision de la Fédération Française de Football d’arrêter les championnats et de déclarer la saison blanche et sur ses conséquences pour la suite.

Bonjour Benoît, quelle est ta réaction suite aux décisions de la FFF ?

On n’est pas surpris, on s’y attendait. Depuis janvier où il y a eu l’annonce de la non-réouverture des bars et autres, on s’était dit que si on empêchait aux gens de travailler, ce n’était certainement pas pour les autoriser à jouer au foot. C’était une question de temps, et quand il y a eu le nouveau confinement, on s’est dit que c’était sûr que ça allait être une saison blanche. On attendait l’officialisation. Il fallait que ça arrive à un moment, que l’on soit au clair. Parce qu’être dans l’expectative… On se demande comment garder les joueurs motivés, comment on travaille, qu’est-ce qu’on fait. On a un soulagement parce que là, c’est une saison blanche, au moins, au lieu d’essayer de garder les joueurs concernés par le travail, on va être plus dans le ludique et la préparation d’effectif pour la saison prochaine. On y voit plus clair, on sait que cette saison, c’est mort, et on prépare la saison prochaine.

Qu’est-ce que tu penses du timing de ces décisions ?

Je pense que ça arrive trop tard. Parce que c’était inévitable. Maintenant, ils ont voulu attendre jusqu’au dernier moment pour voir si, avec l’État, il y aurait du relâchement. Pour moi, c’est trop tard, parce que j’aurais aimé qu’on soit fixés avant mais les instances ont sûrement fait le maximum pour relancer les championnats. J’aurais aimé que ce soit avant mais je peux comprendre que ça n’arrive que maintenant.

On sait qu’il y a des hauts et des bas dans une saison, donc ne la faire que sur quelques matchs, à mon sens, ça n’aurait pas voulu dire grand-chose.

Il faut dire qu’il y avait plusieurs scénarios pour raboter la saison et continuer à la jouer, tu n’y étais pas favorable ?

Pour moi, la problématique de ne faire que les matchs allers, c’est que ça ne serait jamais équitable. Ne faire que les matchs allers, ok, mais si je me suis déplacé chez un mal classé qui a plus de chances de gagner chez lui… Dans tous les cas, s’il n’y a pas une saison complète, et là, je me base aussi sur la saison dernière et le quotient qui ne voulait rien dire et qui était inéquitable au plus haut degré, j’estime qu’une saison tronquée n’aurait rien voulu dire. Il y a pas mal de clubs qui ont fait un mauvais début de saison et qui auraient pu redresser la barre et d’autres qui ont bien débuté et qui auraient pu être sur une phase descendante à un moment donné. On sait qu’il y a des hauts et des bas dans une saison, donc ne la faire que sur quelques matchs, à mon sens, ça n’aurait pas voulu dire grand-chose.

Nous par exemple, on avait commencé par un nul et deux défaites, où il ne manquait pas grand-chose, est-ce que l’on n’aurait pas remonté la pente ? Ou on aurait pu s’écrouler. Il y a plein de paramètres dans une saison, c’est trop aléatoire de jouer la survie d’un club dans un championnat uniquement sur les matchs allers.

Surtout que dans votre cas, c’était une équipe en reconstruction, qui avait connu beaucoup d’arrivées à l’intersaison, jouer la montée ou la descente uniquement sur le début de championnat aurait été inéquitable aussi par rapport à ce facteur.

Exactement. Les équipes avec de la continuité dans le travail au niveau de l’effectif avaient beaucoup plus de chances, même si ce n’est pas une science exacte, de s’en sortir sur peu de matchs. Alors que nous, nous étions dans une phase de rodage. Donc il est bien évident que les résultats allaient arriver à un moment mais bien malin qui pouvait prédire au bout de combien de temps. On avait vraiment besoin de travailler, d’enchaîner les matchs pour se rassurer et que la mayonnaise prenne. Effectivement, pour le coup, on avait besoin d’une longueur pour arriver à avoir des résultats sur la durée. Le fait de ne jouer que quelques matchs, ça ne nous permettait pas d’avoir cette possibilité de travail sur la longueur.

Donc la saison blanche, c’est plutôt une bonne chose pour vous ?

Football Portugais Vs Asbo (reynald Valleron (15)

Bah (sic), une bonne chose, je ne sais pas. Je ne vais pas me contredire par rapport à ce que j’ai dit, il est clair qu’on n’aurait pas eu les même possibilités que sur une saison complète. Mais en tant que passionné, en tant qu’amoureux du foot, il est clair que ça me fait chier (sic) de faire une saison blanche et qu’il n’y ait plus rien à jouer à l’heure actuelle. Maintenant, la situation sanitaire est en train de s’aggraver… La saison blanche arrive, il faut l’accepter, ce n’est pas plus mal. En espérant que des solutions soient trouvées pour pallier à ces difficultés sanitaires tout en pouvant jouer au football et avoir des championnats dignes de ce nom. Parce que c’est vrai que ça manque, ça commence à faire beaucoup entre la saison dernière qui s’arrête tôt et cette saison qui débute puis s’arrête.

Maintenant, l’objectif, ça va être de se préparer à la saison prochaine, en espérant qu’elle se passe normalement ?

C’est exactement ce que je me suis dit au moment de l’annonce de la FFF : « Bon, c’est très bien, on va pouvoir se pencher sur la saison prochaine. Mais est-ce que saison prochaine il y aura ? Est-ce qu’elle débutera comme d’habitude, au mois d’août ? Quand va-t-on pouvoir reprendre ? » On ne sait pas. Ce qu’on va faire, avec Noureddine, c’est qu’on va préparer dès maintenant la saison prochaine comme si elle allait débuter normalement pour ne pas être pris au dépourvu. On a déjà commencé à sonder les joueurs sur leurs attentes pour l’année prochaine, c’est-à-dire savoir s’ils comptent rester, partir, s’ils sont indécis, pour déjà tabler sur un effectif, commencer à prendre contact avec des joueurs si tel était nécessaire en fonction d’éventuels départs. Et des lacunes qu’on a pu avoir sur le bout de saison qu’on a pu vivre, même si ce n’est pas évident de juger les joueurs sur quelques matchs alors que la phase de progression se fait sur quelques mois et pas sur quelques semaines. On est en train de tout préparer pour essayer de pallier au mieux les départs et surtout pour envisager une saison qui, j’espère, débutera normalement et se déroulera normalement, ce qui n’est pas arrivé depuis deux saisons.

La problématique qui ça va poser, c’est que cela ne va pas être facile de juger les besoins, la motivation des joueurs, justement ?

C’est sûr. Après, on a repris les entraînements depuis fin janvier à raison d’une séance par semaine. Et on est agréablement surpris par le nombre de joueurs qui viennent. On est toujours entre 20 et 30 en sachant que ce ne sont pas tout le temps les mêmes, en fonction des disponibilités. Donc, on voit quand même que la motivation du joueur à être présent et à faire du sport, elle est là. Maintenant, si demain on n’a pas une visibilité claire sur le fait que la saison reprenne correctement, ça sera peut-être plus compliqué de pouvoir motiver les joueurs.

L’objectif, c’est de repartir sur le même effectif en termes de qualité et de quantité

Après, sur l’aspect de savoir si les joueurs seront aussi performants la saison prochaine, c’est impossible à évaluer. On ne peut pas savoir. D’ailleurs, même ceux qui n’auraient pas répondu aux attentes sur les quelques mois qu’on a pu vivre en début de saison, rien ne dit qu’ils ne seraient pas hyper performants si on devait reprendre la saison prochaine. Donc l’objectif, c’est de repartir sur le même effectif en termes de qualité et de quantité et si certains veulent partir pour X ou Y raison, il faudra qu’ils soient remplacés numériquement et qualitativement.

Dans le cas du handball a été évoqué l’intérêt de reprendre, si possible, sur des matchs amicaux en juin, c’est quelque chose qui te paraît être une bonne solution pour recommencer à prendre du rythme ?

C’est une solution. On a fait une petite réunion pour en discuter et on a déjà calé des dates pour l’école de foot et pour faire au moins un tournoi senior. Et on a déjà discuté avec d’autres coachs, si jamais il y a des autorisations, pour faire des matchs amicaux assez régulièrement. On aimerait bien que ce soit possible dès le mois de mai. On est assez optimiste. Donc on s’est déjà dit que si ça reprenait en mai, on s’appellerait pour se caler un match amical. Au départ, il faudra reprendre doucement pour ne pas broyer les joueurs. Je pense que les clubs qui sont proches commencent déjà à se contacter pour qu’on puisse s’aider en répétant les matchs amicaux et les entraînements.

D’ailleurs, on a décidé, au vu du couvre-feu passé à 19h, de caler une séance en semaine. C’est-à-dire que ce soir [jeudi soir, ndlr] on a entraînement, de 17h30 jusqu’à 18h30. En plus de notre séance du dimanche matin. Donc on essaye de repasser à deux séances hebdomadaires pour progressivement revenir sur des semaines plutôt normales pour des seniors, à savoir 3 séances par semaine. On essaie d’anticiper mais rien ne dit que dans 3 semaines on ne nous dira pas qu’on reconfine avec plus de sport…

Du coup, l’objectif sera d’avoir une saison prochaine la plus normale possible même si, après au moins 6 mois d’arrêt, ce sera difficile d’avoir une saison complètement normale ?

A priori, non, ça ne le sera pas. On va tout faire pour que ce le soit mais j’ai peur des gros pépins physiques. On a aussi peur d’une démobilisation des joueurs. Dans tous les cas, il y aura eu un avant et un après.



Morgan Chaumier

Crédit photo : Léandre Leber / Reynald Valleron – Gazettesports