EDITO : Pour être élu, que ne proposerait-on pas ?

Frédéric Thiriez
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Nous sommes actuellement dans une période de renouvellement des différents comités dans les fédérations sportives. Certaines ont renouvelé leur confiance au précédent président et d’autres ont voulu du changement. Quitte à tout faire pour être élu et même à faire de la démagogie.

La Fédération française de football doit, en principe, renouveler son comité et au printemps, nous devrions savoir si le président sortant Noël Le Graët restera aux commandes même si pour l’heure, il n’a pas annoncé qu’il serait candidat à sa succession. Mais un candidat est sorti du bois et ce n’est pas un inconnu puisqu’il s’agit de Frédéric Thiriez dont on se souvient qu’il était venu inaugurer le centre de formation de l’Amiens SC en tant que président de la Ligue Professionnelle de Football.

Le candidat à la présidence de la FFF n’y va pas avec le dos de la cuillère. D’abord, et c’est normal, il a déclaré qu’il défendrait à fond le… football amateur ce qui, à notre connaissance, il n’a jamais fait quand il était à la Ligue. S’il l’avait fait, jamais le club de Luzenac qui avait gagné sa place en Ligue 2 n’aurait été privé d’accession par cette même Ligue. Thiriez répond qu’il n’y est pour rien et que c’est la faute des règlements.

Autre idée :  celle de vouloir créer une sorte de club des anciens internationaux qui seraient concernés au plus haut chef. Raison pour laquelle Basile Boli est sur la liste de Thiriez. Mais dites moi qu’as fait réellement Boli depuis qu’il a arrêté sa carrière ? S’est-il occupé du foot amateur ? Non mais il n’est pas le seul. Aujourd’hui, la FFF compte environ 2 millions de licenciés.

Des projets utopiques ?

C’est pas mal mais pour M. Thiriez, c’est indigne. Lui estime au contraire que 4 millions de licenciés dont un million de femmes, c’est possible. Franchement, peut-on espérer que quasiment du jour au lendemain, la France puisse doubler ainsi son chiffre de licenciés ? En rappelant que le COVID 19 fait des ravages et qu’il  va sûrement mettre un frein à l’enthousiasme des pratiquants. Et puis même si ce chiffre de 4 millions de licenciés était atteint, où joueraient-ils ? La France ne pourra pas doubler son nombre de terrains même en une décennie. Cela coûte cher et nous nous demandons si aujourd’hui, la création d’un nouveau  terrain est souhaitable.

Enfin et pour nous c’est un voeu pieux, M. Thiriez souhaite que les 400 000 bénévoles puissent être dédommagés financièrement. Là aussi, l’idée pour aussi généreuse qu’elle soit, est irréalisable. D’autant que le sujet a souvent été évoqué ces dernières années et cela ne concernait pas que les dirigeants du monde du football.

Mais on sait que tout peut arriver. M. Thiriez est un grand orateur et il est capable de convaincre les dirigeants de nos provinces. Même si en vieux renard, Noël Le Graët est loin de partir battu.



Lionel Herbet  

Crédit photo DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.