FOOTBALL (F) : Mallory Vlieghe à pas feutrés

Amiens Arras F4
Ⓒ Gazette Sports

Doucement mais sûrement la demoiselle a su trouver ses marques. Et s’affirme dorénavant tel l’un des rouages essentiels de l’Amiens SC.

C’est bien connu, « bon sang ne saurait mentir ! » Et si elle a finalement opté pour une voie – un tantinet – divergente de ses aînés, Mallory Vlieghe n’en demeure pas moins une sportive dans l’âme. « J’ai grandi au sein d’une famille où l’activité physique se révélait être une véritable préoccupation. Voire une nécessité. Maman s’est très longtemps illustrée au handball tandis que mon père se passionnait pour le rugby. Jusqu’à chausser les crampons d’ailleurs » raconte celle qui devait se tourner vers le… football. Un choix « mûrement réfléchi » précise-t-elle d’un sourire espiègle que la demoiselle continue à assumer, du haut de ses vingt-deux printemps.

J’ai grandi au sein d’une famille où l’activité physique se révélait être une véritable préoccupation

Une orientation « balle au pied » dont ses cousins lui auraient, sensiblement, forcé la main ? « Ils m’ont effectivement encouragé à les accompagner et à participer à des confrontations amicales version city ». Un premier pas avant que Mallory Vlieghe ne se découvre l’envie de « prendre son pied » au sein d’une structure appropriée. C’est ainsi qu’elle se décidait à pousser, « à l’âge de 6 ans » la porte de l’US Chevrières (Oise) pour, très rapidement, s’y affirmer.

Enthousiasme qui ne laissait d’ailleurs indifférent l’USCCO Compiègne (Oise), dont les dirigeants s’empressaient à lui faire les yeux doux. Pour la convaincre de se définir d’autres prétentions, principalement au (doux) parfum tricolore puisque lui était proposé de postuler à l’anti-chambre de l’Elite. Apparitions certes « en pointillés » dans le groupe fanion mais qui décuplaient l’enthousiasme d’une demoiselle qui mettait ensuite le cap à l’Est. Direction l’AS Nancy-Lorraine plus précisément où la jeune isarienne veillait à déposer ses valises. Animée par la farouche volonté de prolonger cette belle euphorie.

Football Feminin Asc Vs Lillers Gazettesports Coralie Sombret 20

Un désir de se démarquer que Mallory Vlieghe affichait d’emblée dans les rangs d’une équipe U19, recherchant à tirer son épingle du jeu au niveau national. Une nouvelle campagne qui lui permettait ainsi de gagner en maturité, d’autant qu’il lui était (parfois) demandé d’apporter sa contribution en Division 2. « Vives satisfactions » qui n’atténuaient cependant un sentiment de vide lié à l’absence, l’éloignement de ses proches. « Je reste très famille, et dès lors, cette période, aussi agréable soit-elle, s’est rapidement avérée difficile » murmure celle qui prenait soin d’atténuer cette souffrance psychologique par un nouveau départ. Et saisissait l’opportunité d’une main tendue par l’AS Beauvais-Oise.

« Je retrouvais il est vrai pour l’occasion, l’atmosphère régionale, mais aussi et surtout un environnement qui m’est cher, précieux, voire indispensable ». Teintés d’émotion, ces propos révèlent ainsi la personnalité d’une passionnée attachante, soucieuse également de préserver (durablement) ce cordon ombilical qui ose la rattacher à « d’incontournables personnes ». Ces épaules sur lesquelles elle peut prétendre se reposer. Cocon familial, cercle d’ami(e)s, Mallory Vlieghe parvenait à favoriser cette osmose en lorgnant vers l’Amiens SC. Intérêt pour lequel Hicham Andasmas se félicitait. Et « quelques mots échangés au hasard d’une discussion » suffisaient à définir un terrain … d’entente. Une aire de jeu que cette joueuse « à vocation milieu défensif » côtoie dorénavant depuis quatre saisons.

Je retrouvais il est vrai pour l’occasion l’atmosphère régionale mais aussi et surtout un environnement qui m’est cher, précieux, voire indispensable

« Il serait présomptueux d’oser prétendre avoir tout connu sous ce maillot mais… » ironise celle qui a connu l’accession puis cette éphémère aventure en Division 2. Simple « aller / retour » qu’elle peine à oublier : « Il s’agit d’une cicatrice toujours aussi douloureuse. Certes, notre tonitruant début de championnat soldé pour l’heure par cinq succès en autant de prestations atténue sensiblement cette frustration. Cette déception, un terme qui m’apparaît bien approprié d’ailleurs ». Du bout des lèvres, Mallory Vlieghe évoque cet arrêt prématuré, suite à la crise sanitaire. Cette décision qui a, tel un dégât collatéral, provoquait la chute de l’Amiens SC.

« C’est ainsi, il convient de l’accepter mais cela demeure une vraie désillusion » commente celle qui, quelques semaines auparavant, avait baigné dans l’euphorie. D’un horizon… bleu blanc rouge, lors des Jeux Olympiques  militaires, déclinés en Chine, où elle fut conviée. « Contre toute attente » précise une demoiselle dont ce « conte de fées » illumine instantanément le regard.

27092020 Football Feminin Porto F Vs Asc F 0102 Leandre Leber Gazettesports

« Je dois cette improbable sélection à l’un des coachs de l’USCCO Compiègne, Christophe Horta. Et bien que je ne m’oriente vers ce corps de métier, j’ai eu cette chance, que dis-je ce privilège d’être de la partie ». Deux semaines durant lesquelles Mallory Vlieghe domptait sa timidité, prenant doucement, simplement du galon. « Cette expérience fut enrichissante mais n’est cependant pas parvenue à modifier mon tempérament » chuchote-t-elle, un petit sourire en coin. Avec cette discrétion qui reste la sienne, qui la caractérise. Qu’elle préserve.

« Pas assez démonstrative », c’est donc intérieurement qu’elle appréhende les échéances, avec cependant la même envie : « Prendre du plaisir, veiller à le partager également ». Des mots qui résonnent telle une philosophie à laquelle elle n’a jamais dérogé. Et n’y compte point d’ailleurs ! Une devise qui fait (aussi) d’elle un élément important de l’actuel dispositif de l’Amiens SC.



Fabrice Biniek

Crédit photos : Reynald Valleron – Léandre Leber (Gazettesports) – Sisco (Amiens Sc Féminine)