FOOTBALL : L’AC Amiens ne décolle pas

Ac Amiens Vs Olympique Marcquois (reynald Valleron) (19)
Ⓒ Gazette Sports

Au terme d’une rencontre où l’état d’esprit a eu le mérite d’être encourageant, mais où le manque d’occasions aura été flagrant, l’AC Amiens s’est de nouveau incliné, 0-1, contre Marcq.

Quand tout veut aller de travers, rien ne va, décidément. Ainsi, le coup d’envoi à peine donné, l’AC Amiens devait déjà courir après le score. La faute à un excès de gourmandise de Charly Rosso qui devait finalement perdre le ballon dans ses 30 mètres. Quelques instants plus tard, Banaziak était fusillé par Boussemart, bien servi par Adim (0-1, 2′). Le pire des scénarii était en place. En effet, en face, c’est une équipe de Marcq qui défendait bas et contrait qui était désormais en face des Amiénois. La suite directe du but fut d’abord difficile avec peu de solutions en mouvement pour le porteur de balle. Et malgré des équipiers de Mickal Despois entrant petit à petit dans le match pour en prendre progressivement la maîtrise, la première demi-heure ne comptait pas la moindre frappe en dehors du but !

Certes, les Amiénois se rapprochaient, mais les centres, les bons ballons dans les 30 derniers mètres marcquois ne débouchaient pas sur des frappes, même quand une bonne position était trouvée, une passe, un redoublement supplémentaire étant systématiquement cherché. Comme lorsque Rosso décalait un partenaire d’une formidable louche au coin de la surface sans que cela ne puisse créer une véritable occasion au final. La réelle progression des Picards dans la construction au fil du match leur permettait tout de même de ne pas trop s’éloigner du but des visiteurs, de les faire courir et même de placer quelques premières frappes, malheureusement non cadrées, que ce soit par Jeno (34′) ou Rosso (44′). Finalement, ce sont même les Nordistes, pourtant repoussés la plupart du temps dans leur camp, qui obtenaient l’occasion la plus franche depuis leur but sur une belle tentative de Guelsifi repoussée par Banaziak avant que Martinez ne jaillisse pour empêcher un attaquant marcquois de reprendre (37′). Malgré une belle fluidité dans l’exercice du contre lors de cette première période, seule une frappe non cadrée d’Adim (45′) accompagnait cette opportunité, côte visiteur. Et une triste première période se terminait sur le score inchangé de 0-1.

Ac Amiens Vs Olympique Marcquois (reynald Valleron) (9)

L’ACA toujours à la construction, toujours pas à la finition

Si Kwinta tentait sa chance sans plus de succès à la reprise (50′), la seconde période se poursuivait de la même façon que la première, les Amiénois continuant d’avoir la maîtrise, de créer de bons mouvements jusqu’à arriver dans la zone dangereuse où, justement, ils étaient rarement capables de créer le danger. Pour ainsi dire, ne suivait qu’une tête au-dessus de Martinez sur corner comme principal danger (70′). Pour le reste, comme en première mi-temps, les bonnes positions n’étaient pas bien exploitées. Ainsi, quand Motuta, entré en jeu, était bien trouvé dans la surface, décalé sur la droite, il tardait trop et était finalement dépossédé du ballon au lieu de frapper.

Et si Marcq avait été jusque là de plus en plus maladroit avec le ballon, ne parvenant que rarement à enchaîner plus de deux passes, la fin de match donnait même l’opportunité aux visiteurs de faire le break. D’abord sur une frappe finalement à côté de Fatou (83′). Puis, après 90 minutes de jeu, depuis le but, marquées par une seule frappe cadrée (!), sur deux contres obligeant Banaziak à la parade (90’+2, 90’+3). Entretemps, les Amiénois pensaient pouvoir obtenir la seule chose qui semblait en mesure de leur permettre de revenir, un pénalty, quand un joueur picard tombait, pris entre deux joueurs marcquois, mais l’arbitre ne voyait pas de raison de siffler (90’+1). Les Amiénois perdaient donc à la fois cruellement, car en ayant maîtrisé la rencontre et ayant concédé peu d’opportunités mais un but sur une erreur, et logiquement, n’ayant cadré aucune frappe dans la rencontre, 0-1.

« Le seul point commun, c’est la défaite. »

Football Nationale 3 Amiens Sc B Vs Ac Amiens 0097 Leandre Leber Gazettesports

De cette nouvelle défaite, Azouz Hamdane semblait avant tout regretter le scénario qui n’a pas mis son équipe dans les meilleures dispositions : « Quand on est dans le trou, on est dans le trou, toutes les erreurs, mêmes les plus banales, on les paie cash. Comme toute équipe dans notre position, on est abattu, on perd un petit peu pied dans les premières 10 minutes. Malgré tout, il y a plutôt eu une bonne réponse de la part de mes joueurs, notamment sur le plan tactique. On n’a pas aujourd’hui les moyens psychologiques pour asseoir une maîtrise technique donc j’ai demandé de travailler sur les trajectoires de passes adverses, ça a plutôt bien fonctionné collectivement, on n’a pas concédé beaucoup d’occasions. Au-delà de ça, on ne se procure pas non plus de grosses occasions, on est assez pauvre dans la surface adverse. En deuxième mi-temps, on aurait mérité mieux, de marquer, mais malheureusement, tous les efforts consentis n’ont pas payé. »

Malgré la déception palpable après ce nouveau revers, le technicien amiénois n’était ni abattu, ni démoralisé, notant même un réel progrès de son équipe : « J’ai, malgré tout, retrouvé quelque chose par rapport aux 4 premiers matchs, une volonté de jouer ensemble, de faire les efforts ensemble. Il n’y a que le temps qui nous dira si cela présage de quelque chose de bénéfique, je leur ai dit de rester patients et de persévérer dans le travail fourni. Sur ce match, on le perd, mais si on ne perd pas les 4 premiers, c’est juste un match qu’on maîtrise, plutôt bien, même si on n’est pas dangereux offensivement, on fait de bonnes choses en deuxième mi-temps… Aujourd’hui, on a fait un pas, du moins, je l’espère, vers un semblant de collectif. Le seul point commun entre ce match et les 4 premiers, c’est la défaite. Même si tout n’est pas parfait, j’ai vu de bonnes intentions, j’ai vu des joueurs faire des efforts. » Il n’éludait toutefois pas les difficultés, notamment offensives, de son équipe : « En première mi-temps, on a je ne sais combien de situations de frappe et on ne tente pas notre chance. Face à un bloc bien regroupé, on essaie encore d’enchaîner des passes courtes qui n’arrivent pas. Les joueurs perdent parfois de leur lucidité. C’est à nous de trouver les mots, d’adapter nos méthodes de travail au contexte, d’adapter le projet tactique, aussi, c’est ce que j’ai essayé de faire aujourd’hui. »

Un constat, tant sur les motifs d’espoir que sur les difficultés encore présentes que reprenait à son compte son capitaine, Kevin Martinez, qui expliquait par ailleurs n’avoir « jamais connu ça, c’est la première fois qu’on démarre comme ça » : « On fait une bonne deuxième, même si on n’a pas forcément d’occasions franches, on a la maîtrise, on a la possession, et à chaque fois, on pèche dans les 20-25 derniers mètres. Il faut continuer à faire les efforts. Sur l’état d’esprit, je pense qu’on a fait les efforts, qu’on a montré qu’on voulait s’en sortir, donc il faut continuer comme ça. » Un constat qui l’incitait à une certaine confiance pour la suite : « À part 2-3 joueurs qui sont arrivés en plus, c’est le même groupe que l’année dernière, il n’y a pas de raisons pour qu’on ne s’en sorte pas. Rien n’est fait, il faut relever la tête. »

En attendant des jours meilleurs, « il faut faire face, les grands hommes, on les voit face aux difficultés et dans leur capacité à les surmonter. » Une chose dont Azouz Hamdane croit ses hommes capables : « On verra si le club, si le staff, si les joueurs sont capables de surmonter tout cela, mais très sincèrement, je n’en doute pas, même si les joueurs vont avoir besoin de nous. » Pour autant, pas question de croire au déclic ou au remède miracle : « Une victoire pourrait être une bouffée d’oxygène, cela viendrait valider ce que l’on peut dire aux joueurs, mais ensuite, ce sera tout un processus dans lequel il faut entrer pour être guéri. »


AC AmiensOlympique Marcquois : 0-1 (0-1)

Buts : Boussemart (2′)

AC Amiens : Banaziak – Ngoma, Martinez, Binet, Siradjidini – Rosso, Jeno – Kwinta, Despois, Samb – Slidja

Entrants : Matondo, Motuta, Boukhelifa


Morgan Chaumier

Crédit photo : Reynald Valleron – Gazettesports