EDITO : Gagner une course en cyclisme c’est comme marquer un but en football

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Combien de fois avons nous entendu un entraîneur de football lâcher cette phrase après une victoire de son équipe : « Nous faisons tourner notre compteur ». Eh bien, quasiment de façon identique, Marc Madiot le grand patron de l’équipe Groupama FDJ a déclaré la même chose ce jeudi soir, au micro de la Chaine l’Equipe 21, après la belle victoire de son poulain Arnaud Demare dans la 6e étape du Tour d’Italie.

Marc Madiot était évidemment heureux et ce Tour d’Italie lui fait un peu oublier le Tour de France qui a été aussi décevant pour son équipe en raison de la malchance de son leader Thibaut Pinot. Pour revenir à Arnaud Demare qui, aujourd’hui, est incontestablement le sportif dont la Picardie peut être fière, il a remporté sa deuxième victoire d’étape sur ce Giro mais celle de ce jeudi a prouvé, s’il en était besoin, qu’il était peut-être aujourd’hui le meilleur sprinter au monde.

Plus fort en tout cas que Peter Sagan. Outre sa puissance dans les derniers mètres, Arnaud Demare sait user d’un grand sens tactique et on l’a vu ce jeudi car il a su placer son effort au moment propice. Du grand art en quelque sorte.

Pour poursuivre notre comparaison avec le football, on indique souvent qu’un joueur a un certain temps de jeu durant sa saison et qu’il en a profité pour marquer un certain nombre de buts. Un but en football, c’est une victoire en cyclisme même si le poids n’est pas toujours le même.

Une saison de haute-volée pour le Picard

Pour Arnaud Demare, les chiffres sont très éloquents. Cette saison, le Beauvaisien a exactement couru 36 jours et il a remporté douze victoires. Et pas n’importe lesquelles puisqu’il a aussi devancé Julian Alaphilippe à l’occasion des championnats de France. Marc Madiot est très cocardier et c’est ainsi qu’Arnaud Demare arbore chaque jour, son maillot de champion de France sans aucune publicité y compris celle de la firme qui le paie au quotidien.
Marc Madiot y tient et il veut que son champion de France puisse durant une année porter un maillot aux trois couleurs, fier de représenter son pays à l’étranger comme cela arrive en ce moment au Giro.

Pour Marc Madiot, il s’agit d’un vrai symbole. Le directeur sportif de Groupama incarne encore des valeurs. Des valeurs qu’il inculque à ses coureurs et à ce titre, il mérite notre reconnaissance à une époque où tout fout le camp.



Lionel Herbet

Crédit photo Leandre Leber Gazettesports.fr