OMNISPORTS : Amiens toujours plus proche des JO

37441521842 048d6502c7 B
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Cette semaine, huit sites sportifs amiénois ont été officiellement reconnus comme centre de préparation aux Jeux Olympiques. Une belle étape de franchie qu’il convient désormais de valider en réussissant à attirer des comités nationaux à venir se préparer en terre samarienne, comme nous le confiait Guuillaume Duflot, vice-président d’Amiens Métropole délégué au Sport.

Depuis 2017 et la désignation de Paris comme ville hôte de Jeux Olympiques de 2024, les services de la Métropole se sont activés pour qu’Amiens soit lié au maximum à ces jeux. Un historique récent, en trois étapes, que nous détaillait Guillaume Duflot : « La première c’était « Amiens se prend aux jeux », la deuxième il n’y a pas longtemps, en décembre 2019, lorsque l’on a été labellisé « Terre de jeux 2024 » et la troisième, c’est celle que l’on vient de valider en devenant centre de préparation aux Jeux. » Dans les faits, voici les huit sites reconnus comme centre de préparation aux Jeux :
– Urbain Wallet : athlétisme
– Le Dojo régional : judo
– La Salle Alberic Labaume : tennis de table
– Stade Gerard Trotet : hockey sur gazon
– Aquapole : natation
– Coliseum : natation
– Stade Charassain : rugby à 7
– Stade de la Licorne : football

Reconnaissance, certes, cette nouvelle n’est pas encore un aboutissement, comme nous l’expliquait le vice-président d’Amiens Metropole délégué au sport : « Cela reste un commencement et il y a beaucoup d’obligations derrière. Maintenant la nouvelle étape c’est de faire du lobbying, ce qui va être mon rôle avec la direction des sports, pour contacter les comités nationaux olympiques et paralympiques, pour leur présenter notre territoire. » En effet, ces sites sont aujourd’hui répertoriés dans un book, à disposition des 250 comités nationaux olympiques et paralympiques, et en concurrence avec de nombreux autres sites du territoire. Aujourd’hui, la mission est claire « il faut désormais mettre « la casquette de commercial » pour aller vendre notre territoire, qui est attractif sur le plan sportif mais pas que », et l’ambition également « notre objectif est d’avoir au moins une nation par site.« 

Reconnaissance et attractivité

Pour Guillaume Duflot, cela vient aussi récompenser un travail de plusieurs années : « C’est une vraie reconnaissance, une forme de fierté, pour dire que l’on ne s’est pas trompé. Car cela conforte aussi les investissements qui ont été mis en place depuis 2014, toutes les rénovations entreprises. Il y a eu beaucoup d’investissements, plus de 40 millions d’euros, et aujourd’hui nous avons des équipements de standard international. » Et s’il était essentiel d’avoir des installations à caractère international, d’autres critères étaient tout aussi importants pour devenir centre de préparation : « Lorsque l’on a rempli le dossier pour être CPJ (ndlr : Centre de préparation aux Jeux), il fallait avoir ces équipements aux standards internationaux mais aussi avoir des clubs qui étaient prêt à être les sparring partner mais également qu’il y ait de l’imagerie médicale à proximité. Ils étaient également attentifs à l’attractivité culturelle et évènementielle. »

Les jeunes vont avoir, sur le terrain ou la piscine qu’ils utilisent, des athlètes de haut-niveau, qui font les Jeux Olympiques !

D’autant que cela permettra aux clubs, à leurs adhérents et surtout aux jeunes, de côtoyer des sportifs de niveau international durant cette préparation olympique, comme nous l’évoquait le vice-président d’Amiens Métropole délégué au Sport : « Les jeunes vont avoir, sur le terrain ou la piscine qu’ils utilisent, des athlètes de haut-niveau, qui font les Jeux Olympiques ! » Au-delà du sport, il s’agit aussi d’un partage de valeurs, celles de l’olympisme : « Il y a l’importance du partage, des échanges entre les athlètes, les nations, les enfants, et tous ceux qui sont intéressés par cette ambition olympique que l’on porte sur la Métropole depuis quelques années.« 

Étape important dans le calendrier olympique de la métropole amiénoise, cette reconnaissance de huit sites en tant que centre de préparation aux Jeux n’est pas une fin en soi, et il s’agit désormais d’attirer les comités nationaux en terre amiénoise. Dans un coin de la tête, existe aussi l’ambition d’accueillir une nation durant les JO 2024…



Quentin Ducrocq

Crédit photo Nicolas Michaud (DR) / Leandre Leber – Kevin Devigne Gazettesports.fr