BASKET-BALL – Naomie N’Bandu : « Partager mon expérience est très important »

Image2
Ⓒ Gazette Sports

Noamie N’Bandu ancienne joueuse de la MAAB et joueuse professionnelle à l’Université de Miami en NCAA division 1 a profité de sa venue à Amiens pour rencontrer les jeunes du club. L’occasion pour nous d’échanger avec elle et de revenir sur son parcours mais aussi son besoin de transmettre et de rendre ce que le MAAB lui a apporté.

Bonjour, pouvez-vous présentez votre parcours ? 

Bonjour, je m’appelle Naomi Mbandu, je suis née le 19 janvier 1999 à Amiens. C’est donc dans la ville d’Amiens que j’ai commencée le basket-ball. J’avais 7 ans quand ma mère m’a inscrite au club de la MABB. J’ai accroché directement à ce sport, j’ai directement su que ce sport était fait pour moi. J’ai donc fait partit de ce club de mini-poussine à minime (de 7 ans à 14 ans). Donc pendant tout ce cursus à la MABB j’ai fait toute les sélections possible, c’est à dire sélection départementale et régionale. J’ai intégrée le pôle espoir Picardie avec une année d’avance, j’avais donc 12 ans.J’ai fait 3 ans au pôle espoir et à ma dernière année j’ai été sélectionnée pour les Tournois inter ligue. Ce qui m’a conduit à être sélectionné pour le Camp inter-ligue qui regroupe tous les meilleurs joueurs de la zone nord. J’ai fait partie de l’équipe finaliste et nous somme allées disputer le Camp Inter-zone. C’est un tournoi qui dure 5 jours et qui regroupe les meilleurs joueurs et joueuses de chaque zone de la France. Suite à ça on m’a sélectionnée parmis les meilleures joueuses du pays pour faire le Camp national. J’ai alors été détecté pour faire les test d’entré à l’INSEP. 

Après mes 3 années à l’INSEP j’ai fait une année professionnelle à Tarbes, où nous avons été en finale contre Bourges et nous avons fini vice-championnes de France. Je suis ensuite allée jouer aux États Unis, en Floride pour Gulf Coast State College en junior college pendant 2 ans. Je viens d’intégrer la prestigieuse Université de Miami en NCAA division 1. Qui est l’une des plus fortes équipe du pays.

Être issue de cité ne veut pas dire que l’on ne peut pas réussir

Pourquoi être intervenue dans les quartiers Nord ? 

Pour moi il est très important de revenir aux sources, là où tout a commencé. Il est d’autant plus important de rendre visites aux plus jeunes, de les motiver à persévérer et travailler dur pour réaliser leur rêve. Être issue de cité ne veut pas dire que l’on ne peut pas réussir mais au contraire devrait être une force pour avancer. En me rendant là bas je souhaite un être un exemple pour tous ces jeunes et leur donner envie de faire du basket. En général quand je vais la bas je donne des conseils, je réponds à leurs questions, je prends des photos et signe des autographes. Ça me fait plaisir de leur faire plaisir.

Transmettre votre expérience est pour vous important ? 

Oui pour moi partager mon expérience est très important. De part mon expérience je sais que des parents et des jeunes joueuses n’y connaissent pas grand choses, au processus et à comment le monde du basket fonctionne. Donc je les informe un peu de comment il faut faire, qu’est ce qu’il faut faire et comment il faut le faire.

Il est clairement de mon devoir de rendre à la MABB

On a l’impression que pour vous, c’est un devoir de rendre ce que la MAAB vous a apporté ? 

Il est clairement de mon devoir de rendre à la MABB tout ce qu’il m’a apporté car il est important de mettre ce club en lumière afin d’insister toute les jeune filles a faire du basket. Et encore ce n’est que le début de mon impact sur ce club. Le meilleur reste encore à venir.

Quels sont vos objectifs dans les années à venir ? 

Donc pour les années à venir mes objectifs sont de gagner un titre national avec l’université de Miami, être l’une des meilleures joueuses du championnat. Être draftée en WNBA dans 2 ans et revenir en Europe disputer l’Euroleague. Et bien sûr jouer les Jeux Olympiques de 2024 à Paris .

Vous participez souvent à des tournois 3X3, qu’est ce que cela vous apporte ? 

Oui cet été j’ai fait pas mal de tournoi 3×3, c’est juste pour retoucher un peu la balle et j’aime beaucoup l’ambiance pendant les tournois.

Aurélien Finet

Crédit Photo : Rudy Dufossé – MAAB