FOOTBALL – Benoît Sturbois : « Un groupe très relevé »

Ⓒ Gazette Sports

Alors que la reprise de l’entraînement approche à grand pas pour les Portugais d’Amiens, Benoît Sturbois se projette sur la saison prochaine avec prudence… et avec un effectif largement renforcé par une quinzaine d’arrivées.

Bonjour, quel est le programme pour la reprise ?

La reprise aura lieu le 27 juillet. Nous, ce qu’on avait fait, dès que le confinement a été mis en place, c’est qu’on a continué à donner un planning de choses à faire aux joueurs qui pouvaient le faire. C’est sur que ce n’était pas évident pour tous, selon qu’ils aient un jardin ou non, par exemple. Donc c’est sur qu’il y avait des états de forme différents.

Dès qu’on a pu ressortir et que des rassemblements ont été à nouveau autorisés, on s’est rassemblé par petits groupes. Pendant trois semaines, on s’est vu un peu au compte goutte. On a arrêté le jeudi 25 juin, on les a mis en vacances pour avoir une coupure. L’idée, c’était de se retrouver un peu avant par rapport aux nouveaux qui allaient arriver, pour qu’ils voient les infrastructures, les joueurs qui étaient déjà dans l’effectif… Donc on a déjà commencé une « pré-préparation » pour voir les états de forme des uns et des autres.

Par rapport à cela, on va leur donner un programme individualisé 15 jours avant la reprise. A partir du 27, on fera quelques tests afin de voir les états de forme des uns et des autres. On va probablement être obligés, sur la première semaine, d’individualiser. Et puis, après cette première semaine on sera sur des phases d’entraînements en espérant qu’il n’y ait pas une deuxième vague de virus qui passe par là.

Quel est le programme au niveau des matchs amicaux ?

On jouera Camon (R1) le 9 août, La Montoye (R3) le 12 août, Pont-Sainte-Maxence (R2) le 16 août, Béthune (R1) le 22 août, Itancourt (R1) le 30 août et le SC Abbeville (R1) le 6 septembre.

Pour ce qui est de la construction de l’effectif, quels sont les arrivées à noter ?

La première chose à savoir, c’est que l’on est en train de travailler sur l’arrivée d’une personne qui prendrait en charge la préparation physique. C’est important au vu du travail qu’il y a à faire en termes athlétique après cette longue période d’inactivité. Ensuite, chez les joueurs, on connaît pas mal d’arrivées car c’était un souhait de ma part pour pouvoir combler les carences que l’on avait l’année dernière tant en quantité qu’en qualité. On en était toujours réduit à mettre le même effectif à un ou deux éléments près. On avait des difficultés aussi bien en nombre qu’au niveau des performances donc on a vraiment voulu palier à cela. Donc on a fait un recrutement assez conséquent avec à la fois des joueurs mutés et des joueurs non-mutés.

On connaît pas mal d’arrivées car c‘était un souhait de ma part pour pouvoir combler les carences que l’on avait l’année dernière tant en quantité qu’en qualité.

Dans la première catégorie, il y a Camille Poidevin, attaquant qui vient de Chauny, en R1, Joffrey Devauchelle, défenseur en provenance du RC Amiens, Mickaël Somon, attaquant qui arrive du Pigeonnier, trois joueurs qui viennent de Camon, Michel Monteiro et Samir Boulafrad en attaque et Hicham Arkoub au milieu, trois joueurs de l’AC Amiens, Alexis Njamen en défense centrale et Abdelnour Bedrouni et Jean-Eudes Gélin au milieu, Anthony Huppy, défenseur de Montières et Martin Langlet et Arthur Langlet, respectivement défenseur et milieu de Holnon.
Parmi les joueurs libres, on enregistre les arrivées de Demba Gningue dans les buts, Abdoulaye Touré en défense, Alain Dorsaint et Salomon Piim en attaque.

Et j’insiste sur le fait que nous avons trois équipes seniors. On a vraiment pour objectif que ces trois équipes fonctionnent correctement, d’où l’intérêt d’avoir recruter en masse. C’est réfléchi et vu avec tous les joueurs qui ont signé. Peu importe l’équipe dans laquelle ils joueront, ils se doivent de jouer alors que cette année, certains joueurs qui étaient arrivés n’étaient pas forcément dans cette optique et c’est pour ça que l’effectif a très rapidement diminué une fois que certains n’étaient pas dans l’équipe qu’ils voulaient. L’objectif, c’était de recruter pour les trois équipes et pas seulement pour l’équipe première.

Vous expliquez que les arrivées compensent des manques numériques, est-ce que cela va tout de même entraîner des départs ?

On a deux départs de joueurs qui jouaient en équipe première. Il y a Charly Delaporte, notre capitaine, qui part à Longueau. Il était important parce que c’était quelqu’un qui était au club depuis quelques temps, qui avait joué au-dessus, avec de l’expérience, qui avait une influence positive pour le groupe. On a dû recruter à son poste pour palier à son départ, même si, à la base, on aurait espéré le garder. Mais il a été très correct dans sa démarche, et il va jouer un cran au-dessus. Ça c’était un départ auquel on ne s’attendait pas forcément.

Il y a également le départ de Kévin Dervillé qui est un départ moins important. S’il était resté, ce n’était pas plus mal, mais il n’y a rien à dire. De toute façon, il fallait absolument qu’on recrute offensivement parce que l’on marquait trop peu de buts. C’était vraiment un axe de recrutement. On a énormément recruté dans ce secteur parce que c’était la grosse priorité.

Quels sont les objectifs pour cette saison ? Sont-ils revus à la hausse par rapport à une saison dernière difficile mais que vous aviez pris en cours ?

Oui et non. On a repris le projet en cours avec les difficultés que vous connaissez, mais on ne va pas tout changer en une intersaison. On a fait un recrutement plutôt cohérent mais il va falloir que ça prenne. On visait également certains joueurs mais ce virus fait que c’est parfois compliqué financièrement de s’engager. C’est aussi un aspect dommageable.

On va être prudent. D’autant que les groupes sont constitués et qu’on est dans un groupe assez costaud. Je pense que c’est très homogène et cela risque d’être relevé.

On va être prudent. D’autant que les groupes sont constitués et qu’on est dans un groupe assez costaud. Je pense que c’est très homogène et cela risque d’être relevé. Je pense que c’est le groupe le plus difficile, très honnêtement. Donc on va déjà essayer d’avoir un maintien beaucoup plus confortable que cette année. Et après, en tant que compétiteurs, ce qu’il y aura à gratter, on ira le gratter. Mais la prudence est de rigueur. L’idée est d’abord d’obtenir un maintien le plus rapide possible pour voir ce que l’on peut faire derrière.

La saison dernière, à partir de votre prise de fonction, vous avez fait de nombreux matchs nuls. Il s’en fallait de peu pour que la bascule se fasse dans le bon sens ?

On est d’accord que cela s’est joué à quelques détails. Mais ce sont des matchs qui auraient aussi pu basculer dans le mauvais sens. Je pense que l’on a que ce qu’on mérite, donc si on a fait des matchs nuls, c’est qu’on ne méritait pas mieux. C’est pour ça que cette année, on a recruté dans les secteurs où l’on était le plus en difficulté.

Parce que lors de tous ces matchs nuls, on ne prenait pas énormément de buts, cela veut dire qu’on était plutôt cohérents sur le plan défensif. Mais on ne marquait pas beaucoup de buts, c’est ça qui nous a fait défaut.

Vous évoquez un groupe difficile, on aurait pu penser, à la lecture d’un groupe ne comprenant qu’un relégué et quatre promus un peu plus d’optimisme. Qu’est-ce qui fait considérer ce groupe comme relevé ?

Football Amiens Portugais Vs Breteuil Sur Noye Reynald Valleron 33

Et bien, déjà, vous avez parmi les promus une équipe réserve d’une N2, qui vient de dominer son championnat de la tête et des épaules en R3, avec des recrues en quantité et en qualité. Pour moi, Beauvais, on est plus proche du niveau d’un relégué de R1 que d’un promu de R3. Il y a aussi la réserve de Marcq et celle de l’AC Amiens. Ces derniers ont eu une saison très difficile mais je m’attends à un sursaut d’orgueil. Et les premiers ont un projet de jeu très intéressant. Il y a aussi une équipe de Bully qui certes monte de R3 mais est sur une phase ascendante. Je me suis renseigné sur les équipes que je ne connaissais pas, c’est une équipe compliquée à jouer.

Il y a aussi Étaples qui n’est plus à présenter et qui, l’année dernière, avait une belle équipe. L’équipe de Gamaches est toujours difficile à manœuvrer chez elle, on en a fait l’amer expérience la saison dernière en Coupe de France. Il y a également Breteuil qui est une équipe habituée aux joutes de la DH picarde et qui est très compliquée à jouer chez elle aussi. Je connais aussi deux joueurs à Lambersart, il y a Nogent qui vient de recruter Adama Camara…
En faisant le point en regardant au-delà des noms et des montées, quand on regarde en profondeur, par rapport aux effectifs, aux arrivés, aux vécus de ces clubs, cela s’annonce un groupe très relevé, même si tout cela n’est que sur le papier.



Morgan Chaumier

Crédits photos : Audrey Louette / Reynald Valleron – Gazettesports