HANDBALL : Deux Dunkerquois à Amiens

Chicot-Vandewalle-APH_Elie-Leber
Ⓒ Gazette Sports

Suite à la publication de son calendrier de compétitions pour la saison à venir, le staff de l’Amiens Picardie Handball officialise ce lundi deux signatures au sein de l’effectif. L’occasion pour Gazettesports d’aller à la rencontre des deux joueurs.

Tous deux en provenance du club de Dunkerque et issus du Pôle Excellence, Axel Chicot (génération 2001) et Léo Vandewalle (génération 2002) rejoignent donc le groupe amiénois pour la saison 2020/2021. 
Le premier, formé au Paris Sports Club puis passé par Compiègne à l’époque où le club jouait en Nationale 2, évoluait au poste d’arrière gauche avec l’équipe réserve de l’USDK. Le jeune homme a en effet intégré l’effectif N1 en septembre 2019 à la fin de son parcours avec le centre de formation dunkerquois. 
Léo Vandewalle quant à lui n’est pas inconnu au club amiénois. Formé à Feuquières, l‘ailier gauche a ensuite joué avec l’entente Val de Somme -18 (Championnat de France) constituée des clubs d’Abbeville et d’Amiens. C’est donc un retour dans la région pour Léo suite à la relégation de Dunkerque en Nationale 2.

Leur contrat fraîchement signé, les deux jeunes joueurs ont accepté de répondre à nos premières questions de la saison.

Présentations…

Directement je suis parti avec l’objectif de finir le plus haut possible

Axe Chicot
Chicot-Coachs-APH_Elie-Leber

Bonjour Axel, pour commencer peux-tu nous présenter ton parcours dans le handball ?

J’ai fait du foot mais j’ai vite arrêté parce que ce n’était pas particulièrement une passion pour moi. J’ai également fait de l’athlétisme pendant quatre ans et j’adorais ça, mais il manquait encore un peu de dureté et d’affrontement pour moi. C’est comme ça que je suis arrivé dans le hand. Comme je suis né à Paris, j’ai fait mes premiers entraînements dans le 20ème au Paris Sports Club et depuis je ne me suis jamais arrêté. Je suis passé par Chambly dans l’Oise après un déménagement, et ensuite Compiègne, puis le Pôle Espoir d’Amiens avant la fusion des régions. Et cette année je me retrouve ici, au sein de l’APH. Je ne suis pas quelqu’un de réservé alors je m’adapte facilement à mes changements de club. 

C’était un objectif d’atteindre le haut niveau dès tes premiers pas dans ce sport ?

Dès le début je regardais les matchs à la télé et j’étais vraiment très passionné, mon père était aussi très impliqué dans le hand alors je vivais en quelque sorte ma passion à travers la sienne. Directement je suis parti avec l’objectif de finir le plus haut possible. Tout s’est un peu enchainé pour moi mais j’étais focus de A à Z durant ma formation depuis ma première sélection en Pôle.

Quels sont tes objectifs sur le court terme avec le club ? Et sur le plan professionnel en dehors des terrains ?

En dehors du handball j’ai un second projet parce qu’on ne sait jamais ce qu’il peut se passer dans le sport, une blessure est vite arrivée. J’avais pour ambition de faire des études de kiné puisque je suis déjà en STAPS, mais enchaîner ce cursus et pratiquer du hand à côté chaque jour c’est très compliqué. Donc pour le moment je reste en STAPS mais pour aller en filière APA et rester dans l’univers médical. On verra ce que ça me donne par la suite mais pour l’instant je n’ai pas d’idée précise sur le débouché des études en APA.

Concernant le club, je souhaite m’intégrer correctement au groupe et continuer en N1 le plus longtemps possible, mais si un jour j’ai l’occasion d’aller encore plus haut, je ne dirai pas non évidemment. Je suis très content d’être au sein du club, maintenant il faut voir tout au long de l’année comment va se passer la saison. 

Par la suite, pourquoi ne pas essayer de faire monter le club

Léo Vandewalle
Vandewalle-Coachs-APH_Elie-Leber

Bonjour Léo, tout d’abord peux-tu nous parler de tes expériences dans le handball ?

J’ai commencé le hand à l’âge de 4 ans à Feuquières-en-Vimeu où je suis resté sept ans. Ensuite à l’âge de 11ans je suis allé à Abbeville pour continuer ma formation et l’année dernière je suis finalement parti à l’USDK pour terminer ma formation au Pôle Espoir et évoluer au plus haut niveau avant de revenir ici. 

Quelles sont tes ambitions personnelles et en tant que joueur ? 

J’ai un double projet bien établi depuis quelques années : je veux être kiné du sport. Je rentre donc en fac de STAPS en septembre. Mon projet handballistique c’est d’aider l’APH à se maintenir en N1 Élite et c’est également le projet établi avec les coachs. En dehors de ça je souhaite continuer à m’épanouir sur le terrain et surtout à progresser ! Par la suite, pourquoi ne pas essayer de faire monter le club ou aller encore plus haut.

Comment appréhendes-tu ta saison au sein de l’APH ? 

Je connais quelques uns de mes futurs coéquipiers, dont notamment Axel parce qu’on a fait nos quatre années de formation ensemble. Mais aussi quelques uns avec qui j’ai déjà fait certains entraînements… les plus jeunes de façon générale ! Ce n’est pas la première fois que je change de club et dans le hand tout le monde aide à ce qu’on s’intègre bien dans le groupe dès le début. On a tous le même projet dans une équipe. 
Je suis très content d’arriver au club, vivement que le Coliseum soit plein et que l’on puisse s’épanouir dans le championnat ! 

Les deux premières recrues amiénoises viennent donc pérenniser la politique de rajeunissement du club qui ne cesse d’intégrer des jeunes prometteurs depuis plusieurs saisons.




Océane Kronek

Crédits photo : Elie Leber – Gazettesports.fr