BOXE : Un champion du monde blanc et un autre… noir

Frank Moran Jack Johnson Match Paris (15224278687) (cropped)
Ⓒ Gazette Sports

Quand on remonte dans le temps et qu’on consulte les journaux sportifs de l’époque, on constate que le langage a beaucoup évolué. Notamment au sujet de l’origine des champions.

C’est ainsi qu’au début des années 1900 et bien au-delà, un athlète de couleur était tout simplement un « nègre ».  Aujourd’hui cette appellation est irrespectueuse, raciste tout simplement.
Le mot nègre était surtout utilisé dans le monde de la boxe dont nous rappelons aujourd’hui qu’elle a fait son apparition en Angleterre  en 1719 avec le premier champion du monde des poids lourds qui s’appelait James Figg. Celui-ci avait rendu la boxe populaire dans ce qu’on appelle la haute société anglaise.

Par la suite, la boxe émigra dans les années 1860 aux Etats-Unis et firent leur apparition les boxeurs noirs. C’était encore l’époque où les combats se disputaient à poings nus et il était fréquent que la police vint arrêter les combats qui duraient parfois plus de deux heures.

Pour revenir au sujet qui nous intéresse, il faut savoir qu’en 1889, Sullivan considéré comme le premier champion de l’ère moderne, n’a jamais voulu se mesurer à un boxeur noir. A cette période, Peter Jackson boxeur de couleur qui sera invaincu de 1884 à 1898, est un adversaire potentiel très dangereux.  Mais il est noir et Sullivan ne veut pas en entendre parler.  

Un peu plus tard, la catégorie des poids lourds est dominée par Jack Johnson. Un noir champion du monde, quasiment imbattable de surcroit, cela ne plait pas à la… race blanche et notamment au syndicat occulte des boxeurs de race blanche (mais oui). Celui-ci a tout fait pour que soit destitué Jack Johnson.
Jack Johnson était quasiment imbattable et les boxeurs blancs ne se pressaient pas pour le rencontrer. Un fut contraint de le rencontrer : le Canadien Burns.

Celui-ci obtint que le combat ait lieu en Australie en 1908 à Sydney. Mais Johnson était trop fort et l’emporta en 14 reprises. De fait, c’est la police qui vint arrêter le combat en voulant éviter que le boxeur blanc ne prenne une belle raclée. Jack Johnson était certes un immense champion mais trop arrogant. Il aimait parader et faire le beau mais cela ne plaisait pas à la race blanche. Mieux, Jack Johnson aimait les femmes blanches. Quel culot !
La suite fut moins glorieuse puisqu’il fut poursuivi par la police. Il se retrouva en prison, dut partir incognito en France et surtout, il a perdu l’argent qu’il avait gagné sur les rings. 

Dans le papier qui lui est consacré, dans le Miroir des Sports de juin 1921, le journaliste conclut : « C’est la première fois qu’un nègre a été champion du monde de boxe. Mais il a payé cher sa royauté. Elle montre à quel point la haine de l’homme de race noire est tenace aux Etats Unis. »

En 1921, le tenant du titre des lourds est Jack Dempsey qui a battu l’année précédente le Français Georges Carpentier. Dempsey a juré que jamais il ne rencontrerait un « boxeur nègre ».
D’où celle conclusion du journaliste : « Il faut donc s’attendre à ce qu’un jour, il y ait deux champions du monde : un blanc et un noir. Et si la race jaune vient à s’en mêler ?« 



Lionel HERBET