HISTOIRE : Pierre Pardoën, Michel Boquillon, Jacques Allot, Max Lefebvre ont couru à l’Olympique Amiénois

Aujourd’hui quand on évoque le nom de l’Olympique Amiénois, on évoque immédiatement le football. Mais si on revient en arrière, il faut bien comprendre que l’Olympique Amiénois s’est surtout illustré dans le cyclisme.

Nous l’avons déjà signalé : l’Olympique Amiénois toutes sections a été créé en 1908 mais il faut attendre 1925 pour voir apparaître une section cycliste. Ses premiers présidents furent MM. Miannay, Tourbier (un stade porta son nom), Lamollet, Cuisset, Lens. Ce dernier prit ses fonctions en 1948 et le club a alors connu ses heures de gloire avec l’éclosion de futurs champions. Ainsi, le pistard Meurger l’homme aux 500 victoires et qui durant vingt ans fut champion du Nord, Michel Pecqueux spécialiste des Six Jours et Marcel Decroix ont dignement représenté les couleurs de l’O.A.

Par équipes, l’O.A devait terminer deuxième de la course Marseille-Lille avec une équipe de cinq coureurs chacun effectuant un relais de 200km. Par la suite, Pierre Pardoën qui termina le Tour de France en 1952, Zimine, Poire, Vermeire, Allot, Brousse, Derumigny, Debruycker, Binet, Cordier, Bulant, Lemaire, Toso, Fetré, Flet, Dheilly, Lesbros, Belguise, Laisne, Guerin, Hubert, Max Lefebvre, Michel Leclercq etc., ont porté bien haut les couleurs du club qui comprenait un dirigeant hors paire Maurice Lefranc qu’on appelait affectueusement « ch’gosse ».
Maurice Lefranc avait intégré le club en 1913 et il y était encore en 1970 lorsqu’il se fit renverser par une voiture dans les rues d’Amiens. Il succombait alors qu’il avait 85 ans et montait toujours sur son vélo. Maurice Lefranc était aussi celui qui, au cirque d’Amiens, lors des galas de catch, tenait le rôle de chronométreur.

L’Olympique Amiénois a aussi organisé les critériums qui suivaient le Tour de France et commença dès l’année 1952 mais sans la présence de Fausto Coppi qui avait gagné la Grande Boucle. Mais les années qui devaient suivre ont vu au départ à la Hotoie les vainqueurs tels par exemple Roger Walkowiak, Jacques Anquetil, Charly, Gaul, Federico Bahamontes et Gastone Nencini.
En 1955, Louison Bobet était bien présent mais il avait dû déclarer forfait souffrant énormément après les efforts qu’il avait déployés pour gagner son troisième Tour de France. Ces critériums eurent lieu grâce surtout à Roger Lens qui présidait le club et avait à ses côtés un certain Michel Devaux qui sera plus tard adjoint chargé des sports de la Ville d’Amiens.

Par la suite, les critériums eurent toujours lieu mais le plus souvent en avril ou mai avec l’ASC puis PSP car l’Olympique Amiénois fusionnait en 1963 avec Amiens Sports et rejoignait ainsi l’Amiens AC.




Lionel Herbet.  

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.