FOOTBALL : L’Amiens PFC « perd deux ans »

64324128 2290686861192492 6506570553711656960 N
Ⓒ Gazette Sports

Jeune club en constante progression depuis sa création, l’Amiens PFC redescend cruellement de D3 en D4 suite à l’arrêt des compétitions. Ce qui incite Pascal Darguel, président du club, à pousser un coup de gueule contre cette décision. L’occasion pour lui, également, de faire découvrir son club.

Bonjour, pour commencer, pouvez nous présenter votre club ?

Amiens Picardie Football Club est un club créé en 2012. On est sur notre 7ème saison d’exercice et, l’année passée, nous étions monté de D4 en D3. Et sur cette saison, après même pas 50% des matchs, on se retrouve derniers au classement et à redescendre sur une décision sportive bizarre.

Quel a été le déclencheur qui a présidé à la fondation de l’Amiens PFC ?

On a créé le club en 2012 à trois, trois potes : Sébastien Davion, le trésorie, Stéphane Laclautre, le secrétaire, et moi-même. Avec Stéphane, on a entraîné à l’ASC pendant 10 ans. C’est suite à ça que l’on s’est dit « Pourquoi pas créer un club ? » Tout est parti de là, et Sébastien qui était un très bon ami nous a rejoint. On s’est dit qu’avec notre expérience dans le foot, on pouvait se lancer.

Quelle a été l’évolution du club depuis sa fondation ?

Lors de la première saison d’exercice, en 2013-2014, on a fait un coup de poker, on a créé une équipe senior basée sur les étudiants de Sup de Co. Comme je suis éducateur sportif, j’ai proposé aux étudiants que j’encadrais dans le cadre du sport de relever un challenge sportif. Je leur ai dit : « On monte une équipe de foot basée sur un gros noyau de l’ESC et on voit en fin de saison ce que ça donne. » Et la plupart des étudiants étaient partants. Pour la petite histoire, sur les 8 premiers mois, avec les étudiants de Sup de Co, on était en tête de la 5ème division, désormais D7. Et au mois d’avril, sur la dernière ligne droite, les étudiants ont dû faire des stages de fin d’année, j’en ai donc perdu pas mal et on n’a pas réussi à monter.

Lors de la première saison d’exercice, en 2013-2014, on a fait un coup de poker, on a créé une équipe senior basée sur les étudiants de Sup de Co.

Depuis, le club a modifié sa stratégie ?

Après ce coup de poker, on a changé de stratégie, et on a recruté. C’était vraiment pour lancer le projet que l’on a fait ça.

Comment définiriez-vous votre club ?

On est surtout un club familial tourné vers des joueurs qui viennent de partout, notamment du sud et du centre d’Amiens. Et on joue au stade du Grand-Marais, entre Etouvie et Longpré-lès-Amiens

Vous aviez 4 équipes engagées en championnat cette saison…

Oui, en compétition, c’est cela, mais nous avons aussi une école de foot. Et chez les jeunes, nous avons les catégories U10-U11 et U12-U13. Au niveau des adultes, nous avions engagé, c’est vrai, deux équipes mais l’équipe B a dû faire forfait général. Suite à la montée, on a eu des joueurs qui sont partis en vacances et qui sont revenus un peu sur le tard, on recruté des joueurs pour l’équipe B mais qui finalement, ont dû jouer avec la A et se sont un peu installés. Cela explique aussi que l’on se soit retrouvé dernier. On avait des joueurs qui devaient jouer en équipe B qui se sont retrouvés en équipe première. Et la D3, c’est déjà un niveau élevé.

Justement, la descente qui intervient sans que la saison n’aille à son terme, ce doit être une vraie déception ?

Oui, tout à fait. Je veux pousser une gueulante. Ce n’est pas après le président du District ou de la Ligue. Je ne me cache pas, je pousse une gueulante après Noël Le Graët, président de la FFF. Quand on voit ce qu’il se passe dans les autres sports, dans les autres pays, où les fédérations ont eu la main sur le cœur, je lui en veux totalement. Je peux encore comprendre qu’il acte des montées, mais qu’il acte des descentes… Par rapport à cela, chaque club le vit selon sa situation, mais pour nous, qui venons de monter, on doit redescendre après seulement 8 matchs sur 22. On est certes dernier, mais notre concurrent direct, on n’a pas pu le jouer ni au match aller, ni au match retour.

Et je suis aussi en pétard parce que, lors de la dernière journée, on a joué le premier du classement, on a perdu 0-10 alors que notre concurrent direct, Talmas-Fienvillers, devait jouer le Pigeonnier B (5ème du classement, ndlr) et n’ont finalement pas joué du fait d’un arrêté municipal du maire de Talmas. N’ayant pas joué, ils se sont retrouvés avec un match en moins avec le même nombre de points. Ils auraient tout à fait pu perdre ce match et dans ce cas, nous aurions été au coude à coude.

Il y a trop d’éléments qui ne vont pas, qui font qu’il y a de la déception, de la colère, un peu de rage.

On peut me dire que c’est la faute à pas de chances, mais il y a trop d’éléments qui ne vont pas qui font qu’il y a de la déception, de la colère, un peu de rage.

Cela ne met tout de même pas la construction du club ne danger ?

C’est surtout un coup dur pour les seniors parce que l’on venait de monter, que l’on ne peut pas jouer notre maintien et que l’on est relégués sur une décision de la FFF. Mais dans l’ensemble du club, les autres catégories ne sont pas inquiétées. L’année prochaine, on va créer une catégorie U14. Le club dans son ensemble n’est pas en danger, mais sur les seniors, en redescendant, on perd forcément deux ans.

On imagine que l’objectif, pour les seniors, va être la remontée, la saison prochaine ?

Oui, c’est ce que l’on va espérer, c’est ce que l’on veut faire. On ne va pas mettre la charrue avant les bœufs, mais c’est l’objectif prioritaire, oui.

Et plus globalement, quel est l’objectif de développement de votre club ?

On a des pistes de travail. On va donc créer une équipe U14 et on étudie la possibilité de créer une catégorie U16. On pourrait donc avoir deux équipes de jeunes supplémentaires la saison prochaine.

Le projet du club est aussi de développer le fit foot. C’est une discipline qui a été mise en place par la FFF. C’est la pratique du football pour des publics tant féminins que masculins qui consistent en des mouvements de fitness, de coordination avec ballon. La finalité, c’est de finir par des jeux à 2-3 puis un petit match en fin de séance.
L’objectif du club est de développer le football, pas forcément par la compétition, afin d’attirer encore du monde chez nous, avec un public tant féminin que masculin.

Pour terminer, je vous laisse carte blanche.

Et bien, je soulignerai notre parcours en Coupe de France ces dernières années. Cela fait plusieurs années que l’on se fait sortir juste avant les maillots, de pas grand chose par des équipes de division supérieure (les deux dernières années, contre des équipes de D1, dont une fois au tirs au but, contre Gouvieux, en 2018-19, ndlr). A chaque fois, il manque un tout petit peu pour aller chercher les maillots. Tout ça pour dire qu’on a toujours eu une équipe compétitive et on a eu l’occasion de le démontrer contre des équipes plus fortes que nous sur le papier. On va continuer dans cette direction, on ne va pas baisser les bras.
La priorité a toujours été d’avoir au sein de l’équipe senior des joueurs avec un certain bagage technique et une culture technique pour nous tirer vers le haut, bien qu’on évolue dans une petite division. C’est pour cela que l’on a pu faire 4 montées en 6 années.




Morgan Chaumier

Crédit photo : DR