FOOTBALL – Titi Buengo : « On est déboussolé »

Football Camon Vs Avion Audrey Louette Gazettesports (42)
Ⓒ Gazette Sports

Face à une situation inédite, les clubs se retrouvent dans l’expectative quant à la suite des événements. C’est notamment le cas à Camon.

La décision de l’arrêt des championnats et des entraînements par la FFF, si elle apparaît nécessaire dans le contexte actuel de crise sanitaire aiguë, a été un coup dur pour les acteurs du football. A Camon, Titi Buengo avouait sa frustration dans les heures qui suivaient : « Le terrain, cela a été et c’est encore ma vie. On est déboussolé, on ne sait plus quoi faire. » Pour autant, Christophe Richard, le président de l’US Camon admettait déjà, à chaud, y voir « un mal pour un bien. On ne peut pas vivre dans la peur, il vaut mieux être sur qu’il n’y ait aucun souci et que l’on puisse, ensuite, redémarrer sur de bonnes bases. »

« Déboussolé », c’est bien le maître mot de cette période où rien n’apparaît vraiment clair sur l’évolution de la situation. Ainsi, si vendredi soir, alors que le stade 3 n’était pas encore activé, le coach camonois espérait au moins « individualiser les entraînements », l’évolution des mesures prises par le gouvernement pour endiguer la propagation du virus semble de plus en plus écarter cette possibilité. Dans la soirée, Christophe Richard publiait d’ailleurs un communiqué actant au niveau du club cette suppression des entraînements.

« J’aimerais que ça reprenne, mais je pense que c’est mal parti. »

Ce qui vient donner du grain à moudre au raisonnement que tenait déjà Titi Buengo : « On se demande comment on va repartir. Comme on ne peut pas s’entraîner, on ne sait pas dans quelle condition on sera, il faudra repartir de zéro, ce serait compliqué. Je n’attends rien de la saison. J’aimerais que ça reprenne, mais je pense que c’est mal parti. En arrêtant tout comme cela, tu ne peux pas repartir dans 3 semaines ou dans un mois, ce n’est pas possible. »

Un constat partagé par son présidant. Si celui-ci « aimerait que le championnat reprenne pour que l’on termine ce que l’on a commencé », il en mesure également la difficulté, le championnat ne pouvant se tenir n’importe quand, notamment d’un point de vue de l’effectif : « Il ne faudrait pas que l’on joue au mois de juillet. Il y aurait des joueurs partis en vacances. »

Si Christophe Richard semblait plutôt résigné quand au sort de la saison d’un point de vue sportif, anticipant l’éventualité d’une année blanche, c’est le côté financier qui l’inquiétait insistant sur les pertes à prévoir : « Si la Métropole ne modifie pas ses dotations, cela aura un impact financier parce que l’on avait un tournoi international que l’on ne va pas faire, plein d’évènements que l’on ne peut pas faire. Toutes ces choses qui se greffent, ça aura des incidences… »

Un véritable casse-tête pour le club, qui doit désormais attendre les prochaines annonces et mesures pour savoir de quoi la suite sera faite.



Morgan Chaumier

Crédit photo : Audrey Louette – Gazettesports