TENNIS : Un « break » forcé vécu de l’intérieur

Aac Tennis Itf Jeudi 0094 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports

L’annonce faite par l’ITF, de suspendre toutes les compétitions de tennis jusqu’au 20 avril, est survenue en plein tournoi international féminin à Amiens, qui a dû clore son tournoi avant les quarts de finale simples, et les demi-finales doubles.

Une décision dure à encaisser, mais comprise par toutes

Aac Tennis Itf Jeudi 0095 Leandre Leber Gazettesports
Selena Janicijevic : « Je suis forcément déçue, parce qu’on aurait forcément voulu continuer le tournoi. »

En fin d’après-midi, ce jeudi 12 mars, l’International Tennis Federation annonçait dans un communiqué que toutes les manifestations de la balle jaune étaient annulées, et ce, jusqu’au 20 avril, comme la plupart des fédérations internationales sportives, en raison du COVID-19. Ce communiqué a suscité une grande déception à l’AAC Tennis, organisatrice du tournoi international féminin, qui était toujours en cours, et où notamment, des joueuses encore sur le court n’ont pas eu l’information en même temps que les autres joueuses, réunies dans une salle autour notamment de la directrice du club Karla Mraz, venue annoncer la nouvelle. Une nouvelle qui a mis fin aux espoirs des joueuses encore en lice, déçues mais compréhensives, comme Selena Janicijevic : « Je suis forcément déçue, parce qu’on aurait forcément voulu continuer le tournoi, jouer notre match demain. Mais après, ce n’est pas nous qui décidons, ni même le tournoi, c’est l’ITF donc on n’a rien à dire, on doit juste écouter.« 
Une décision sans contestation possible, même si certaines auraient préféré finir le tournoi, comme Ipek Oz, qui reste tout de même compréhensive : « Sur le moment, je pense qu’on aurait dû finir le tournoi, il restait trois jours, on aurait pu les jouer. Mais nous ne pouvons rien dire contre la décision, donc je vais me concentrer sur ma saison et continuer à travailler.« 

Le fait d’arrêter le tournoi est difficile à encaisser pour les joueuses, comme Selena Janicijevic, qui préférait tout de même cette décision à la possibilité d’annuler d’entrée le tournoi : « Ça fait toujours des matchs en plus à jouer sur cette saison. J’ai fait de beaux matchs ici, c’est plutôt encourageant. Après je voulais juste que ça continue, mais ça aurait été décevant si ça avait été annulé avant.« 

En plus de voir le tournoi se stopper brutalement, les joueuses apprenaient également qu’elles ne pourraient pas reprendre de compétitions avant le 20 avril minimum, un fait qui peut briser une dynamique : « Ça va être une longue période d’entraînement, mais je crois qu’on reprend la semaine du 27 avril, donc les tournois vont être très forts, les filles seront prêtes », relate Selena Janicijevic. « Ça sera un vrai challenge de voir le niveau des tournois et d’aller chercher des beaux matchs. Là, je commençais à enchaîner trois-quatre tournois de suite, donc je vais m’entraîner et essayer d’enchaîner le plus possible après ça, si on reprend. »

Aac Tennis Itf Jeudi 0065 Leandre Leber Gazettesports
Ipek Oz : « C’est mauvais pour moi, parce que je recommençais à jouer, mais ce n’est pas grave. »

Dans une dynamique de tournois réguliers, Selena Janicijevic se montre assez déçue mais sa situation demeure quelque peu moins grave de celle d’Ipek Oz, revenue de blessure il y a peu, et donc en manque de jeu : « J’étais blessée lors de la pré-saison, c’était mon troisième tournoi de la saison. C’est mauvais pour moi, parce que je recommençais à jouer, mais ce n’est pas grave, c’est mauvais pour tout le monde je pense, mais il faut continuer à s’entraîner. »

Lucie Wargnier : « Ça sera à celle qui gérera le mieux cette période qui en sortira la plus forte »

Aac Tennis Itf Jeudi 0002 Leandre Leber Gazettesports
Lucie Wargnier : « On est toutes logées à la même enseigne« 

Dernière Picarde en lice, en simple et en double, Lucie Wargnier réalisait jusque là le tournoi parfait, pour la première fois sur la terre battue amiénoise qui ne lui réussissait pas avant. La tête de série numéro trois en double, en binôme avec Ipek Oz, relate sa version des faits et montre sa compréhension, mais aussi sa déception : « Ce qui est rassurant c’est qu’on est toutes logées à la même enseigne et qu’il n’y a pas de favoritisme à ce stade. Ce qui est frustrant pour nous toutes sur ce tournoi, c’est qu’on l’a commencé et qu’on ne prend pas une telle décision en une heure. Hier, j’ai fini mon match de double à 16h30, personne ne m’a rien dit et je suis repartie chez moi à Noyon. Je reçois un appel à 19h30 pour me dire que le tournoi est annoncé comme annulé par un journaliste. Je trouve qu’il y a un problème.
De plus, sur ce tournoi, je sentais que c’était mon tournoi. Que mes efforts sur certains aspects de mon jeu étaient en train de prendre forme sur le terrain de match, et que cette annonce n’annule pas seulement le tournoi d’Amiens mais tous les tournois jusqu’au 20 avril minimum.
« 

En plus de l’enjeu sportif, Lucie Wargnier s’interroge sur la suite, et montre quelques signes d’inquiétudes sur la situation : « Il y a un gros soucis quand même dont il faut parler et diffuser : l’avenir. Au niveau financier et niveau de progression de classement. Nous sommes officiellement au chômage technique sauf que les tennismen/tenniswomen ne sont pas des « travailleurs » lambdas, ni des footballeurs. Nous n’avons zéro garantie, rien. Nous n’avons aucune certitude de reprendre à cette date précise, donc nous avons une vision réduite sur l’avenir. Ça sera à celle qui gérera le mieux cette période qui en sortira la plus forte. »

Propos recueillis par Romain Prot

Crédits photos : Léandre Leber – Gazettesports.fr