HOCKEY SUR GLACE : Bercy, découverte pour les uns, retour pour les autres

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Ce dimanche 16 février, Amiénois et Rouennais se retrouvent à Bercy pour disputer la finale de coupe de France. L’occasion de prendre la température auprès de Yohan Coulaud (Amiens) et de Bastien Maïa (Rouen).

Le premier découvrira Bercy à l’occasion de cette finale, le second y revient sous les couleurs rouennaises, un an après avoir glané le titre avec Amiens. Pour les deux, c’est un bonheur d’être dans ce lieu : « Je suis très content, c’est la première fois que je vais jouer dans une patinoire aussi grande et qui, en plus, affiche complet, donc ce sont de bons sentiments », lâchait ainsi Yohan Coulaud. De son côté, Bastien Maïa associait forcément ce lieu à du positif : « Ça rappelle de bons souvenirs. Ça rappelle la joie, le succès, et tout ce que l’on avait dû faire pour parvenir à ça, ce sont surtout ces choses-là que je garde en mémoire de l’année dernière. »

Bastien Maïa, ici en compagnie de Thomas Suire après le titre de l’an dernier

Si le Rouennais peut compter sur son expérience de l’an passé, le défenseur amiénois n’a lui aucune appréhension par rapport à cette finale : « Je pense qu’il ne faut pas se mettre la pression même si c’est une finale, il faut juste réussir à gagner. » Lui qui peut compter sur des hommes d’expérience autour de lui : « Dans le vestiaire, je suis à côté de Lucas Savoye qui l’a gagnée l’année dernière et de Thomas Roussel qui joue sa troisième finale, ça aide. Du coup je leur pose des questions, savoir comment ils ont vécu la chose. »

Le tenant du titre face au plus titré

Vainqueur de la coupe de France la saison dernière, Amiens affronte ce dimanche Rouen, l’équipe la plus titrée dans l’histoire de la compétition avec six trophées. Une équipe normande qui a connu des débuts mitigés, comme nous le confiait Bastien Maïa : « On a eu un début de saison compliqué, on a cherché des solutions un peu partout et on a réussi à trouver à un moment. On s’est dit que l’on ne pouvait pas continuer toute la saison comme ça, parce que ce n’était pas forcément plaisant de venir à la patinoire tous les jours. »

Ce n’était pas forcément plaisant de venir à la patinoire tous les jours

Bastien Maïa

Aujourd’hui, comme le reconnaissait l’attaquant rouennais, les choses vont beaucoup mieux : « Le Finlandais qui est arrivé nous a fait du bien (ndlr Mikko Lehtonen). On avait déjà une bonne équipe et je pense que maintenant elle est encore meilleure.  Ça a rajouté de l’homogénéité dans les quatre lignes que l’on a et je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de trous. » Interrogé sur l’adversaire normand, Yohan Coulaud lâchait d’ailleurs : « Ah, Rouen c’est une très grosse équipe avec un très gros budget et de très gros joueur, c’est le PSG. »

Hockeysurglace Gothiques Vs Nice Kevin Devigne Gazettesports 39
Utilisé en attaque et en défense par Mario Richer, Yohan Coulaud, 19 ans, vit une très belle saison, qui pourrait devenir magnifique ce dimanche…

Quoi qu’il en soit, Bastien Maïa sait à quoi s’attendre pour cette finale : « Pour avoir côtoyé le vestiaire d’Amiens, il y a beaucoup de bons gars et des travailleurs, et connaissant Mario et Anthony, cette équipe ne lâchera pas. On l’a bien vu quand ils sont venus nous battre en fin de match à Rouen, c’est une équipe qui ne lâchera rien donc il va falloir que l’on soit prêts dès le début du match à batailler. » Bien conscient de la chance qu’il a de disputer cette finale à 19 ans, Yohan Coulaud concluait par ses mots : « Il faudra faire le match parfait et ne pas perdre dans les 5 dernières secondes comme au dernier match… »

Un premier titre dans la carrière de Yohan Coulaud à seulement 19 ans ou deux titres consécutifs avec deux équipes différentes pour Bastien Maïa ? Réponse ce dimanche 16 février, aux alentours de 17h30…



Quentin Ducrocq

Crédit photo Leandre Leber / Kevin Devigne Gazettesports.fr