FOOT US – Steeve Guersent : « tout le monde va être capable de battre tout le monde et tous les matchs vont être disputés »

Ⓒ Gazette Sports

La saison des Spartiates est sur le point de débuter avec un premier match ce samedi. À l’aube de cette confrontation, nous sommes allés à la rencontre de Steeve Guersent, head coach de l’équipe Élite pour recueillir son ressenti sur la saison à venir.

Comment s’est déroulée la préparation de votre saison, en termes d’arrivées, de départs ?

Testing Day Pole France 2020 Kevin Devigne Gazettesports 24

On a eu une bonne préparation sur laquelle on a vraiment misé sur la prépa physique parce que l’analyse de l’année passée montre que c’est ce qui nous avait porté préjudice en demi-finale. On a recommencé dès septembre avec une grosse préparation physique qui a duré jusque fin décembre, avec un groupe qui n’a pas toujours été présent en totalité mais on peut dire qu’il y a eu une forte présence sur cette prépa. L’effectif n’a pas trop changé non plus, hormis quatre ou cinq départs ou arrêts, mais dans l’autre sens on a été renforcés par des transferts français puisque cette année on évoluera sans joueur Américain

Peut-on parler de ces transferts français ?

On a tout d’abord Brice Durand au poste de Running Back qui vient des Fox de Chantilly. Emerick Lebrun fait son retour au club après être passé par les Flash de La Courneuve ; autre retour il y aura également Pierre-Gilles Keita sur la ligne offensive. Quentin Danès, qui était uniquement coach l’an dernier, sera entraineur / joueur sur la ligne offensive également cette année. 
On a ensuite Julien Smail au poste de Line Backer, ancien joueur du Pôle qui est trop âgé pour cette formation mais qui reste ici pour ses études donc il a embarqué avec les Spartiates tout comme Billy Pernier, qui n’est plus éligible pour le Pôle mais qui reste pour ses études. 

Il y a quelques autres transferts mais ce sont des joueurs qui, pour l’instant n’auront pas de gros impact sur l’équipe. On compte un total de 9 joueurs transférés dont seulement 8 pourront faire partie de la feuille de match ce samedi. Parmi les transferts il y a aussi Tristan Trinquar au poste de Line Backer, Kevin Ribeiro et Yves-Emmanuel Koko (defensive line), Yassine Gharrak et Max Gaye (offensive line) ainsi que Johan Bea II (Wide receiver).

Cela fait maintenant un an que le club compte une équipe “B”, est-ce que dans cette équipe, qui permet une transition entre les cadets et l’équipe première, il y a déjà de l’influence pour cette équipe “A” ?

En effet la nouveauté cette année, à la demande de nouveaux joueurs qui étaient avec nous l’an dernier, et sous l’impulsion de joueurs Élite qui se sont mis au coaching, on a remis en place une équipe “B”. Ce collectif a pris forme en septembre avec de très bons résultats en termes d’effectifs puisqu’on a 35 joueurs licenciés en équipe “B”, quasiment que des nouveaux ; on n’a pas d’anciens briscards qui reviennent jouer et se faire plaisir. Aujourd’hui ce n’est plus trop d’actualité, les vieux arrêtent pour laisser place aux jeunes.
On a vraiment un bon groupe et ils ont déjà fait quelques scrimmage (ndlr : mêlée), des matchs amicaux, certains ont aussi pris part aux deux premiers matchs amicaux de l’équipe Élite. Entre 5 et 8 joueurs de l’équipe “B” qui partiront avec l’Élite samedi soir, avec plus ou moins de temps de jeu, mais ils seront avec nous en tenue à La Courneuve !

C’est sûr que cette équipe est un plus pour nous donner un peu de profondeur et de compétition au sein du club.

De nouvelles règles ont-elles été mises en place pour cette saison ? Y a-t-il des ajustements à faire ?

Il n’y a rien de très marquant sur les règles de jeu, uniquement des petits points techniques qui n’ont pas trop d’influence dans le jeu ni sur les « règlements de quotas de transferts ». Rien n’a bougé, tout reste comme l’année précédente.

Avez-vous un objectif qui a été fixé pour le club cette saison ? Est-ce que l’absence d’imports est une grosse prise de risque ?

On a fait le choix de ne pas prendre d’Américains parce qu’on avait aussi un impératif financier, on aurait pour le coup pris des risques financiers en recrutant un Américain. Et puis mon staff et moi-même nous sommes dit que ne pas en avoir ou en prendre un, certes ça pourrait nous donner quelques gros jeux, peut-être nous faire gagner un ou deux matchs par-ci par-là, mais au final la construction de la saison et les résultats qu’on va avoir seront définis et déterminés par ce que va faire le groupe français qui est là

On a également renforcé le staff puisque nous sommes quatre coaches avec Quentin Danès qui remplit la fonction d’entraineur / joueur alors que l’an dernier nous n’étions que trois, c’est donc un +2 au niveau des coaches. Et puis avec l’effectif français, les transferts de bonne qualité qui ont tout de suite remplacé les joueurs qu’on a perdus et l’apport des joueurs de l’équipe B pour nous donner un peu de profondeur, on a estimé qu’un joueur Américain nous ferait perdre de l’argent sans faire changer la donne sur la fin de saison. 

Qui seront les quatre coaches cette année ?

Moi j’occupe la place de head coach, Jean-Baptiste Gassies qui sera le coordinateur défensif comme l’an passé et qui sera assisté de Adnane Hamani, un nouvel arrivant venu tout droit d’Orléans. Sur le plan offensif, Cédric Bacot sera également de retour pour m’assister, c’est quelqu’un de bien connu au club, il y a fait ses armes et plus. Il m’accompagnera donc sur l’attaque, avec donc Quentin Danès, qui jouera et coachera aussi la position de ligne offensive. On a donc des coaches de qualité qui ont de l’expérience et qui connaissent le foot en France, ainsi que les Spartiates. Je pense que ça va aussi être un plus par rapport à la saison précédente.

Quand j’ai vu le calendrier sortir j’étais ravi puisque je préfère démarrer une saison avec une grosse équipe

Steeve Guersent

La première confrontation de la saison ce weekend chez votre « éternel rival », les Flash de La Courneuve, vous met immédiatement dans le bain ?

Il n’y a pas mieux pour commencer une saison ! Quand j’ai vu le calendrier sortir j’étais ravi puisque je préfère démarrer une saison avec une grosse équipe, parce qu’il faut se le dire, au vu des bruits qui courent et des transferts acquis par le Flash, c’est un candidat plus que sérieux au titre. Ils se sont également inscrits sur la Coupe d’Europe, donc les connaissant, quand ils annoncent qu’ils vont faire une coupe d’Europe, qu’ils ont eu des retours, ils annoncent « une belle saison » et ils s’en donnent les moyens. On connait toute la fierté et l’orgueil qu’a cette équipe, il faut s’attendre à ce que ce soit un prétendant sérieux au titre cette année. Donc quand j’ai vu le calendrier j’étais vraiment ravi parce que, sans manquer de respect à aucune équipe, je préfère démarrer contre un candidat au titre plutôt qu’une petite équipe où les joueurs prendraient le match un peu à la légère et ne se mettraient pas tout de suite dedans. Avec le déplacement chez les Flash en ouverture, on sera mis dans le bain immédiatement et on saura à quoi s’attendre pour cette saison.

Après, tomber sur un gros en début de saison, c’est comme au foot rencontrer le PSG au mois d’août. Il faut s’attendre à un gros match, ce n’est pas parce que les Flash seront un des favoris qu’il faut y aller défaitiste : on va jouer nos chances et on compte bien aller chercher une victoire là-bas comme on l’a fait l’an dernier. Ils étaient venus gagner ici et on était allés les battre chez eux au retour : deux matchs disputés, mais on va faire tout ce que l’on peut pour revenir avec une victoire et en tout cas avoir un bon match dans le contenu, peu importe le score. Bien évidemment on veut gagner, mais si on sait qu’on a fait un match plein et qu’ils nous ont battus, on sait qu’ils seront meilleurs que nous mais ça ne voudra pas dire qu’on a raté ce match en tant qu’équipe. 

Les Flash comptent-ils toujours Paul Durand dans leurs rangs ?

Parmi les fameux retours emblématiques, il y a celui de Paul Durand, ancien Spartiate qui a gagné le titre 2012 ici et qui a été MVP de cette saison 2012. Il fait donc son grand retour, ce qui ne nous arrange pas trop et puis les choix ont été bien faits au niveau des Flashs avec en plus deux imports qu’ils prennent et qui sont deux joueurs de ligne offensive pour les mettre dans de bonnes conditions. Il y a aussi une pléthoresque de grands noms qui reviennent aux Flash, des joueurs qui étaient partis à l’étranger dans des championnats comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Finlande ; certains joueurs qui étaient partis dans d’autres clubs en France reviennent également. On va avoir affaire à l’équipe de France quasiment, ou une « All Star Team » comme c’était un peu le cas des Spartiates à la grande époque où on avait une vingtaine de joueurs internationaux. Gros challenge samedi soir au stade Geo André.

Est-ce que votre cohésion peut encore faire face aux détracteurs ?

On l’espère ! C’est vrai que l’an dernier notre objectif était de se maintenir et à notre surprise, quand à mi saison on a vu que malgré le mauvais début de saison la deuxième partie se passait mieux, alors à la cinquième journée on s’est dit « l’équipe tourne bien, il faut réévaluer les objectifs. » À partir de là, l’objectif était de faire les play-offs, ce qu’on a réussi à atteindre même si on perd de peu à Thonon, même si le match en le jouant 10 fois on peut le gagner deux fois. On a quand même atteint la demi-finale avec un match disputé.

L’objectif de cette année est un peu le même, aller faire les play-offs et ensuite tout pourra se passer, ça ne sera que du plus ! Pourquoi pas finir 2èmes de la poule, même si, je l’ai dit, les Flash seront un concurrent sérieux. Derrière il y a d’autres équipes comme les Molosses qui avaient un bon groupe l’an dernier.

Foot Us Spartiates Vs Centaures 1 4 Final Playoff 0064 Leandre Leber Gazettesports 1017x678 1
Spartiates vs Centaures, Wild Care 2019


Quelles équipes composent votre poule ?

Cette année on retrouve les Flash, les Molosses, les Corsaires, les Vikings et les Cougars. Ces derniers seraient un peu « l’équipe en chute » parce qu’ils ont perdu leur coach qui était aussi le manager général et qui faisait énormément pour le club ; ils ont perdu d’anciens joueurs comme Olivier Bourdin (Offensive Line de l’équipe de France). Il y a eu pas mal d’arrêts dans le club donc je pense qu’ils auront besoin d’un ou deux ans pour se remettre mais rien ne dit qu’ils ne seront pas en haut du panier à la fin de la saison. Les Corsaires ont également perdu leur head coach et reconstruisent un peu le club, il y a des transferts de qualité qui ont été faits. 

Honnêtement dans la poule Nord ça va être comme l’an dernier : tout le monde va être capable de battre tout le monde et tous les matchs vont être disputés. Mais pour l’instant sur le papier, mis à part les Flash que je vois peut-être au-dessus, je ne serais pas capable de dire aujourd’hui qui finira en play-off et qui sera dernier relégable.

Comment se dessine la dernière phase d’une saison de foot us ?

Actuellement il y a deux poules de six équipes, une conférence Nord et une conférence Sud. Iront en play-off les trois premiers de chacune : le premier de chaque est qualifié d’office pour les demi-finales et ensuite le 2ème Nord croise avec le 3ème Sud et vice versa pour un premier tour appelé « Wild Care » qui pourrait s’apparenter à un quart de finale. Sur les quatre équipes qui font ce premier tour, deux se qualifient pour jouer les 1ers de chaque poule. 

Au jour d’aujourd’hui, l’objectif d’aller en play-off n’est pas élevé, il est juste à notre niveau et au niveau du championnat. Par rapport à l’an dernier l’équipe n’a pas trop changé mais ça reste la réalité du terrain donc à voir si l’on sera capables de réaliser les mêmes performances, à voir si les autres équipes n’ont pas elles aussi progressé et seraient donc meilleures que nous.

Est-ce qu’il y a toujours un déséquilibre géographique entre les deux poules de France ? 

La poule Nord se compose de beaucoup d’équipes d’Île-de-France, c’est une poule très serrée et si on analyse les dernières saisons, c’est vrai que la poule Sud était déjà presque déterminée à mi-saison. En effet les Blue Star de Marseille jouent souvent les premiers rôles, à côté les Centaures de Grenoble ont fait une surprise l’an dernier puisqu’ils montaient de D2 comme nous mais sont parvenus à se qualifier pour les play-offs. Les Black Panthers, à l’image des Blue Star, font partie des deux équipes qui dominent la poule Sud, ensuite il y a aussi les Argonautes d’Aix-en-Provence, les MFA Hurricanes de Montpellier et les Grizzlys catalans qui ont été promus de D2 comme les Vikings ici.

Finalement il n’y a pas d’équipe dans l’Est ou l’Ouest de la France même si c’est assez étiré dans le Sud contrairement au Nord. Ici depuis quelques années, mis à part Amiens, Lille ou Rouen qui ont aussi été en Élite, la poule reste assez parisienne. C’est aussi une demande qui a été faite des clubs parce qu’avant, quand il y avait des matchs inter-poules, les déplacements étaient longs et coûteux. De plus, comme les joueurs ne sont pas pros, si l’on part le vendredi les gars sont obligés de prendre un jour de congé : ce modèle a été mis en place comme ça se faisait en D2 puisque cette version était très appréciée de tous les clubs.


Propos recueillis par Léandre Leber / Mis en page par Océane KRONEK

Crédits photo : Jérôme Fauquet – Gazettesports.fr