PÉTANQUE : Focus sur l’ASPTT Pétanque, et une discipline au nouveau visage

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Depuis sa création, l’ASPTT Pétanque a su prendre énormément d’ampleur, faisant aujourd’hui de lui le plus gros club des Hauts-de-France.

Créée en 1964 par Messieurs Marcel Milhau et Robert Gomila et atteignant près de 350 licenciés par an, la section Pétanque de l’ASPTT Omnisport connaît un succès grandissant. Au cours de toutes ces années, de nombreux présidents se sont succédés au sein du club, en passant par Marcel Milhau, Daniel Tavernier, Dany Tonneau, ou encore Noëlla Germain. Désormais, depuis le mois de décembre, David Tonnellier est à la présidence de celui-ci.

Ce club accueille dès l’âge de 6 ans et affiche un effectif complet, représentant toutes les tranches d’âge (benjamins, minimes, cadets, juniors, seniors, vétéran). Allant du loisir à la compétition de manière à combler les envies de chacun, le club offre alors l’opportunité à ses athlètes de toutes catégories de briller en compétition. De beaux titres sont d’ailleurs à mettre en valeur tels que celui de championne de France de Laurence Morotti (2014), ou ceux de champions nationaux de Jacky Richard (2008 ; 2018), Sébastien Richard (2008), Didier Pichenot (2008), Djillali Benhenni (2016 ; 2018), Vincent Béavisage (2016) et Guy Diquelou (2016 ; 2018). De plus, il y a deux ans de cela, trois benjamins sont parvenus à décrocher le titre de champion départemental de la Somme et ont participé au championnat de France, à Caen. De beaux résultats qui témoignent de la bonne dynamique de l’ASPTT Pétanque.


La pétanque, en constante évolution

Onzième sport en France avec près de 300 000 joueurs, la pétanque tient son origine du jeu provençal. Le terme de « pétanque » est né de l’expression « pés tanqués », qui signifie « pieds joints ». Puisque, effectivement, contrairement au jeu provençal où le joueur peut prendre de l’élan pour lancer la boule, la pétanque se joue quant à elle avec les pieds ancrés sur le sol. Discipline vieille de plus de 100 ans, elle a longtemps été considérée comme un sport loisir (vacances, camping, etc). Mais depuis 2005, la pétanque de haut niveau a été mise en place par le ministère de la Jeunesse et des Sports et sa médiatisation grimpe en flèche.

Cela fait cinq ans maintenant que le monde de l’audiovisuel s’intéresse à la pétanque. Les retransmissions télévisuelles ont permis de faire grandement avancer la pétanque, de mettre en lumière énormément d’athlètes de haut niveau, de développer une nouvelle image de cette discipline et de rendre compte de l’accessibilité de celle-ci. En effet, certains boulistes confient avoir l’envie de côtoyer de grosses manifestations dans l’espoir d’avoir la chance de se confronter aux meilleurs joueurs de France, voire même du monde. Une opportunité que d’autres sports ne permettent pas, ou difficilement.


D’ailleurs, il convient de noter que les boulistes de l’équipe de France de pétanque sont de redoutables adversaires et se classent parmi les meilleurs au monde. Seulement, cette discipline se développant de plus en plus au fil des années, plusieurs nations parviennent désormais à les talonner. Remporter le titre de champion du monde devient plus compliqué qu’auparavant. Des équipes telles que la Thaïlande, Madagascar ou encore la Belgique ont mis en place d’imposants pôles d’entraînement, des structures pour faciliter les déplacements des meilleurs joueurs, et se rapprochent ainsi énormément du niveau français. Un progrès croissant qui met en évidence le niveau très relevé des compétitions de pétanque, tant bien chez les hommes que chez les femmes.

Enfin, il faut savoir que les boulistes ont désormais l’obligation de porter tenues règlementaires sportives sur les compétitions, de manière à différencier les deux équipes confrontées et à suivre aisément chacun des athlètes. Un nouveau changement qui contribue davantage à la reconnaissance officielle de la pétanque comme sport à part entière, et qui est notamment un préalable pour espérer voir un jour le sport pétanque aux Jeux Olympiques. Le président du club, David Tonnellier s’exprime à ce sujet : « Il ne faut pas désespérer. Cela va dans le bon sens. Il y a énormément d’améliorations qui sont faites par les clubs, les comités et la fédération. Je pense que dans quelques années, on aura peut-être l’opportunité de voir la pétanque aux Jeux Olympiques. »


La féminisation de la pétanque

L’arrivée des femmes sur les boulodromes témoigne d’une superbe évolution de la discipline. D’abord réservés à la gente masculine en 1946, les premiers concours dédiés aux femmes ne sont apparus qu’à partir des années 70. La pétanque a alors longtemps été masculinisée. Mais aujourd’hui, la discipline et les mentalités ont changé. Elle séduit de plus en plus de femmes, et celles-ci disposent d’un niveau aussi élevé que celui des hommes. De ce développement des boulistes féminines découle la création, par les clubs, les comités et la fédération française, de nouvelles compétitions réservées aux femmes. Ainsi, cela leur permet de se confronter, de s’améliorer et d’être présentes sur toutes les manifestations. L’ASPTT Pétanque est d’ailleurs très attaché à cette notion de féminisation et organise chaque année, fin septembre, un national féminin. David Tonnellier, ajoute : « Les femmes s’investissent de plus en plus, et le niveau féminin est très élevé. Selon moi, il y a des femmes qui sont bien meilleures que les hommes. »





Angélique Guénot

Crédits photos : Coralie Sombret & Léandre Leber – Gazettesports.fr

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.