BASKET-BALL : Stéphane Noé : “On ne peut plus accepter de se faire arbitrer comme ça”

Basket Esclams Longueau Vs Juvisy 0049 Leandre Leber Gazettesports
Ⓒ Gazette Sports

Après la défaite de son équipe face à Pays-de-Fougéres, la cinquième de suite, Stéphane Noé est revenu sur la rencontre. 

Ce soir il y a de la déception, car vous aviez fait le plus dur ? 

Il n’y a pas forcément de déception, mais plus de la frustration. On a bien joué pendant un peu plus de vingt minutes, mais cela ne suffit pas. Il y a beaucoup de frustration, car on a trop souvent oublié nos fondamentaux. Je pense que l’on pouvait faire mieux surtout sur la fin de match. Après encore une fois on ne se fait pas arbitrer normalement et l’on ne peut pas gagner un match en étant arbitré de la sorte. On ne se cherche pas d’excuses, mais ça commence à faire beaucoup depuis le début de saison. On ne peut plus accepter de se faire arbitrer comme ça.

Aujourd’hui, vous êtes plutôt bons défensivement avec 80 points encaissés face à l’une des meilleures équipes de la poule, mais offensivement c’est toujours aussi compliqué ? 

On ne respecte plus les consignes, on ne monte plus dans les spacings, on ne respecte plus les écrans. Cela rend les choses difficiles et c’est alors plus facile pour eux de défendre. Je pense qu’en étant cohérents, on aurait pu jouer la victoire malgré le fait que l’on marque seulement 67 points. Après dans le dernier quart-temps on les laisse trop facilement driver et marquer. Et ils ont un point d’ancrage à l’intérieur que l’on a pas de notre côté, la relation poste 1 – poste 5 n’a pas existé. 

Vous avez encore une fois perdu des ballons qui coûtent cher ? 

On perd moins de ballons sur des remontées de balles, mais on perd des ballons sur des remises en jeu, sur des fautes offensives limites, un shoot du milieu alors qu’il reste du temps, une reprise de dribbles sur un rebond offensif. Tout cela ajouté fait beaucoup au final. Ce sont des détails, mais qui coûtent cher. Pourtant on insiste là-dessus, mais pour le moment le message ne passe pas assez. À ce niveau chaque possession compte et l’on doit jouer quarante minutes.

Aurélien Finet

Crédit Photo : Léandre Leber – Gazettesports