TENNIS DE TABLE : « Famille de bénévoles » – Sellier (4)

9 Ag 2018 (26)
Ⓒ Xavier Bouzy à l’AG 2018
Publicité des articles du site GazetteSports

Pour conclure ce zoom sur la famille Sellier, bénévole au sein de l’ASTT, nous sommes allés à la rencontre de Xavier Bouzy, trésorier du club.


Pour commencer, pouvez-vous nous parler de votre passé sportif ?

Xavier (52 ans) : J’ai pratiqué le tennis de table et la course à pied durant ma carrière sportive. Le tennis de table, toujours à l’Amiens Sport Tennis de Table, de l’âge de 10 ans jusqu’à 30 ans. Ensuite j’ai arrêté pendant pratiquement vingt ans et j’ai repris il y a 5-6 ans, pas sur le plan sportif mais au niveau administratif. Au tennis de table j’étais entraîneur, dirigeant et joueur à partir de mes 16 ans. Et aujourd’hui je m’occupe de la comptabilité depuis quatre saisons à peu près.


Quel est votre rôle au sein du club ?

Je suis trésorier depuis quatre ans, mais avant je n’avais pas vraiment lâché parce qu’on me demandait de contrôler les comptes pendant des années, j’étais vérificateur. J’ai fait ça pendant peut-être 10 ou 15 ans.

Ce qui s’est passé c’est qu’en fait il y a eu une succession de trésoriers, un premier qui a arrêté parce qu’il y avait un conflit d’intérêt avec son boulot; il y a eu ensuite une trésorière qui est arrivée, qui s’est fait remplacer par une autre personne. Toute une succession en fait et finalement j’ai accepté d’être trésorier.


Qu’est-ce qui vous a poussé à venir en aide au club ?

Disons que maintenant c’est très compliqué de trouver des bénévoles dans les associations et le trésorier c’est quand même quelque chose à part entière. Tout le monde ne peut pas le faire, il faut avoir des connaissances de comptabilité, ça peut être un peu compliqué, mais de profession je suis comptable. Arnaud est suffisamment bien placé pour le savoir puisque c’est mon beau-frère, c’est pour ça qu’il m’a demandé. Ça faisait déjà plusieurs années qu’il me demandait mais le problème c’est qu’il faut pouvoir faire plusieurs choses et ce n’est pas forcément évident. Professionnellement je suis quand même pas mal occupé, j’avais reculé en demandant toujours s’il pouvait trouver quelqu’un d’autre, mais il n’y avait plus grand monde. Donc j’ai fini par accepter de le faire.


Diriez-vous que l’organisation du club est soudée ?

Au niveau du club ça tourne essentiellement autour de deux personnes, c’est-à-dire Arnaud Sellier et Denis Chatelain, moi je viens en support de la trésorerie. Je me mets à part et je considère que leur binôme est très important au niveau de l’ASTT. Sans eux, sans leur dévouement, ce serait bien plus compliqué.


Est-ce que c’est un investissement qui est difficile à suivre pour vous ?

Comparativement à Arnaud et Denis Chatelain, non. Moi j’ai mis en place des outils qui permettent de gagner énormément de temps, d’avoir un suivi quotidien au niveau de la trésorerie, choses qui n’existaient pas avant. Donc en faisant tout ce travail là, ça a permis à chacun de savoir ce qu’ils pouvaient faire, où ils pouvaient aller etc. C’est un appui plus qu’une participation quotidienne. De toute façon je n’ai pas le temps de le faire et je ne vous cache pas que tout ce qui est trésorerie, le président en fait aussi beaucoup. Je lui ai mis en place des outils et il est bien content parce qu’à une période il n’y avait rien de tout ça. C’est pour cela que je vous dis que n’importe qui ne peut pas être trésorier. Il faut avoir un minimum de connaissances comptables.

Le gros du travail est fait par Denis Chatelain, moi j’ai mis en place les outils. Je ne peux plus m’impliquer comme j’ai pu le faire pendant 14 ans en tant que dirigeant. Je passais une trentaine d’heures à la salle, alors que maintenant ce n’est plus possible, ma vie de famille et professionnelle ne me le permettent plus.


Est-ce un sujet de discussion courant entre vous ?

Quand on est en famille avec Arnaud, oui. J’en profite toujours pour demander comment ça va au niveau du club, parler des objectifs du club : il y a quasiment toute la famille impliquée dedans. Avec sa femme dans le tennis de table, ses fils, on sent que tout le monde est impliqué à 100% dans le tennis de table.

Arnaud et Denis forment un binôme absolument formidable


Bénévolat à vie ?

Je ne dis pas que ça va s’arrêter, honnêtement je n’en sais rien. S’il trouve un nouveau trésorier, quelqu’un qui voudrait l’être, ça ne me dérangerait pas de laisser ma place. Je ne suis pas attaché au poste ni à la fonction, mais c’est très difficile de trouver quelqu’un. J’avais accepté pour les aider, pour dépanner, et je l’ai fait avec plaisir. Mais c’est sûr que le jour où ils arrêteront, je ne sais pas si je continuerai. Arnaud et Denis forment un binôme absolument formidable, derrière je sais qu’il n’y aurait pas de soucis, je ne sais pas si d’autres dirigeants seraient capables de faire pareil.

Retrouvez les précédents numéros de notre série :
#1 « Famille de bénévoles » – Sellier (1)
#2 « Famille de bénévoles » – Sellier (2)
#3 « Famille de bénévoles » – Sellier (3)


Propos recueillis par Timothée / Mis en forme par Océane KRONEK

Crédits photos : droits réservés