VOLLEY (F) : La bonne opération du LAMVB

Gazette Lamvb Volley 76 1
Ⓒ Gazette Sports

Souveraines en Normandie, les protégées de Clément Bevilacqua bénéficient également de résultats favorables. Une belle journée en soi !

Il est des échéances où tout vous souri ! Les demoiselles du Longueau Amiens Métropole VB peuvent d’ailleurs en témoigner. Toutes heureuses de préserver leur invincibilité sur le parquet de l’Agglo Sud Volley-Ball 76 (1-3), elles apprenaient – dans la foulée – le faux-pas des représentantes du Vésinet Stade Saint-Germanois, « balayées » à domicile par le VC Liévinois (0-3)

« C’est un peu comme la cerise sur le gâteau. Loin de moi la volonté de me réjouir du malheur d’autrui mais cela est bien connu, dans une compétition d’ordre sportive, il fait (souvent) le bonheur des autres. Les probants résultats des Parisiennes suscitaient en nous une réelle inquiétude. Ce revers dénote qu’elles sont vulnérables, que cet exercice se révèle être également plus ouvert qu’il n’y parait » argumentait Clément Bévilacqua. Responsable d’une troupe qui, dans le confortable fauteuil de leader de Nationale 3, saisissait l’opportunité d’asseoir un peu plus encore leur… suprématie sur ce championnat.

N’allons pas trop vite en besogne ! S’il est une donnée qui m’apporte énormément de satisfaction, c’est la conviction de se rapprocher un peu plus encore de notre objectif initial, le maintien.

Clément Bevilacqua

« N’allons pas trop vite en besogne ! S’il est une donnée qui m’apporte énormément de satisfaction, c’est la conviction de se rapprocher un peu plus encore de notre objectif initial, le maintien » précise l’intéressé. Dont le discours pourrait bien évoluer au fil des prochaines rencontres. À l’image d’ailleurs de cette prétention…

Opposées à un hôte plongé dans des eaux troubles, les partenaires d’Eléonore Malivoir ont donc continué à surfer sur cette belle vague d’euphorie. Celle qui les accompagne depuis les trois coups d’ouverture de ce championnat.

Lamvb Volley 76 2
Les Amiénoises ont célébré comme il se doit cette nouvelle victoire

« Nous avons certes « égaré » un set durant cette confrontation, un set mais il ne tient qu’à nous de nous en vouloir. Bien moins concentrées, nous avons alors laissé l’initiative aux Rouennaises, lesquelles ont su en profiter » se remémore Clément Bévilacqua. Éphémère période de doute d’autant que les ambassadrices du LAMVB, piquées dans leur orgueil (?), s’empressaient de remettre les choses bien à leur place… Appuyant de nouveau sur l’accélérateur, elles veillaient à ôter tout suspens au troisième acte (9-25) puis au dernier (14-25).

« Les filles ont fait preuve de maîtrise. Avant match, les forces en présence paraissaient déséquilibrées. Ce sentiment s’est donc rapidement justifié » acquiesçait un entraîneur tout sourire. Plaisir qui néanmoins s’avérait sensiblement atténué par les « douleurs dorsales ressenties par Florence Leclère dès les premières offensives. » Légère inflammation devenue toutefois un « mauvais souvenir » pour la capitaine d’un effectif à qui tout semble (vouloir) réussir !

C’est un peu comme la cerise sur le gâteau. Loin de moi la volonté de me réjouir du malheur d’autrui mais cela est bien connu, dans une compétition d’ordre sportive, il fait (souvent) le bonheur des autres.

Clément Bevilacqua

« N’y découvrez pas un désir de se jeter des fleurs mais rien n’arrive par hasard. Les filles récoltent le fruit de leur implication. Le groupe vit bien, s’implique activement dans ce projet. Il est logiquement récompensé. Maintenant, il convient surtout de conserver les pieds sur terre, de ne surtout pas se croire plus « joli » que nous le sommes… » mentionne Clément Bevilacqua. Tel un appel à la vigilance !

  • SOTTEVILLE-les ROUEN – Gymnase Buisson. Longueau Amiens Métropole VB bat Agglo Sud VB 76 3-1 (25-18 en 25’ ; 23-25 en 32’ ; 25-9 en 25’ ; 25-14 en 27’)
    Arbitres : MM. Rey et Cornicard
  • LONGUEAU AMIENS METROPOLE VB : Lentz, Carreel, Cadart, Loubard, Leclère (cap), Allemeersch, Canlers, Darras, Malivoir, Lapeyronie, Devaux, Yuwei


Fabrice Biniek

Crédit photos : Thierry Carreel