AÏKIDO : Portes ouvertes et découverte au club d’Amiens

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Ce jeudi 26 septembre, le club d’Amiens Aïkido proposait une deuxième session de découverte de la discipline, l’occasion pour nous d’en apprendre plus sur cet art-martial.

L’Aïkido est un art martial traditionnel japonnais. D’abord reconnu par le gouvernement japonais sous le nom d’Aikibudõ en 1940, cette discipline sera ensuite renommée Aïkido en 1942. Le fondateur, maître Morihei Ueshiba (1883-1969), avait étudié d’autres arts martiaux au sein de koryũ, c’est-à-dire d’anciennes écoles. Fort de cette expérience, il a alors mit au point des techniques qu’il a ensuite regroupé dans une discipline qui prône une réflexion métaphysique : l’Aïkido. « Do » signifie « La voie« , «  » peut se traduire par « L’union » et « Ki » par « Energie« . Ainsi, l’idée est de s’engager dans la voie d’unifier les énergies. Quelles énergies ? Celles d’un potentiel agresseur. L’Aïkido permet d’apprendre à se fondre dans l’attaque.

Quand on fait de l’Aïkido, on entre vraiment dans un univers.

L’arrière-plan philosophique joue un rôle important dans l’élaboration de cet art. Il s’agit d’un sport de combat qui promeut l’absence de force. « L’idée est d’absorber l’énergie créée dans un coup, ou dans une saisie, puis de se fondre dedans, d’exagérer le mouvement et de contrôler l’adversaire en le projetant, ou en l’immobilisant. Il y a une approche transversale comparée à d’autres disciplines. » Il n’y a d’ailleurs pas de compétitions. Il ne s’agit pas simplement d’apprendre à vaincre l’adversaire, il est question de le contrôler et de réduire sa tentative d’agression à néant. L’Aïkido se pratique aussi bien à mains nues qu’avec des armes telles que le Jo ou le Bokken. Les techniques apprises à mains nues se connectent bien souvent avec le travail aux armes.

Un art praticable dans la vie courante ?

« Difficilement. Les techniques de l’Aïkido sont très fines à mettre en place. Il est compliqué de se glisser dans la garde d’un agresseur. Cela demande une gestion de la distance, du temps, de la force, et de l’intention. Il faut vraiment un très bon niveau pour y parvenir. On travaille sur des saisies ou des frappes convenues, c’est-à-dire que l’on sait d’avance la technique que l’on va utiliser. Dans le cas d’une situation de combat imprévue, ce n’est pas facile de se fondre dans une attaque.« 

L’histoire du club

Ce club amiénois existait auparavant sous un autre nom et fut, à l’origine, un club de Judo. C’est en 1991 qu’il a porté le nom d’Amiens Aïkido. La pratique de cet art nous vient du Japon. Une organisation du Japon appelée l’Aikikai Foundation, créée en 1948 par Kisshomaru Ueshiba avec l’appui de son père pour promouvoir le développement de l’Aïkido, a dispersé des élèves à travers le monde. L’Aïkido a évolué de cette manière, à partir de quelques disciples. En France, il fut importé par le maître Nobuyoshi Tamura, dans les années 1960. Petit à petit, des fédérations se sont organisées. Quand ces fédérations ont commencé à prendre de l’importance, c’est à ce moment-là que le club d’Amiens Aïkido a été créé sous ce nom.

Le club compte actuellement une quarantaine de licenciés. Il y a trois entraînements par semaine : lundi, jeudi et vendredi. Chacun est libre d’assister au cours qu’il souhaite en fonction de ses disponibilités. Notamment, le club organise des stages pour ses licenciés afin de bénéficier de l’entraînement d’un maître.

 

Pour venir découvrir ce sport ancestral, rendez-vous ce vendredi 27 septembre, à 18h, au club Amiens Aïkido – dojo du Coliseum. Ce sera la dernière occasion pour les curieux ou les intéressés de participer aux portes ouvertes du club.

 

Angélique Guénot

 

Crédit photo : Angélique Guénot – GazetteSports

A lire aussi >>

COURSE À PIED : Belle rencontre pour les élèves de Saint-Martin

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.