HOMMAGE : Jean-Claude Bouttier, il aimait la boxe et les boxeurs

Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Cela nous a fait un choc ce samedi soir alors que nous nous étions installés dans la tribune de presse du stade de la Licorne à Amiens. Machinalement, nous regardions notre téléphone afin d’avoir les dernières nouvelles…

Il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent car dans l’après midi, le PSG avait battu Rennes très loin en Chine. Et puis, ce fut le choc : les réseaux sociaux se mirent à annoncer la triste nouvelle : Jean-Claude Bouttier est décédé suite à une longue maladie. Il avait 74 ans.

Jean Claude Bouttier qui fut assurément le meilleur poids moyen français depuis le décès tragique de Marcel Cerdan voici près de 70 ans

Ce dimanche matin, les commentateurs des radios annonçaient la nouvelle en rappelant le nom de Marcel Cerdan et la comparaison n’est pas imméritée même si la gloire de Bouttier a surtout été entretenue après deux défaites. Deux défaites valeureuses concédées face au monstre de l’époque dans cette catégorie : Carlos Monzon.

A chaque fois, Bouttier s’était incliné de façon valeureuse et on se souvient que pour le deuxième championnat du monde en 1973, Bouttier avait reçu toutes les aides financières et matérielles de la part d’Alain Delon pour bien se préparer.

Lorsque Jean Claude Bouttier mit un terme à sa carrière, alors que Canal-Plus débutait dans la retransmission des grands combats en direct, Charles Bietry fit appel à Jean Claude Bouttier en tant que consultant.

Un duo qui a fonctionné plus de quinze ans et qui était surtout complémentaire

Bouttier n’avait rien à voir avec certains consultants qui n’en finissent pas de critiquer les joueurs parce qu’eux-mêmes l’ont été. Jamais, Jean-Claude (nous l’appelions par son prénom et avions l’habitude de le tutoyer) ne rappelait qu’il avait été un champion.

Il  aimait la Boxe et surtout les Boxeurs à qui il donnait parfois d’utiles conseils. C’est ce qu’ont répété ce matin sur RTL le champion olympique Brahim Asloum et le champion du monde Mahyar Monshipour qui ont beaucoup insisté sur ce détail.

Le hasard a fait que personnellement, nous avons rencontré à plusieurs reprises le grand Jean-Claude Bouttier. D’abord en 1972 et à l’époque, il était à quelques mois de son combat contre Monzon. Il avait effectué une exhibition dans le cadre de la Fête des Sports à Amiens et nous avions eu le bonheur de l’interviewer (notre photo). Par la suite, nous l’avons revu à chaque fois qu’il est venu, soit en Picardie et plus particulièrement à Amiens lors du championnat d’Europe La Rocca-Fernandez, ou de ce combat inédit qui opposait dans les rangs amateurs l’Amiénois Ghezouli au rugbyman Vincent Moscato.

Devenu journaliste…

Jean Claude Bouttier était plus qu’un consultant. Il était devenu un vrai journaliste et nous nous souvenons qu’à un certain Congrès des Journalistes Sportifs de France, à Calais, il était heureux de nous présenter sa carte de presse. Nous avons ensuite revu Jean Claude à Laval, sa ville dans laquelle le Tour de France faisait étape.

Jean Claude Bouttier aimait le cyclisme, un sport qu’il aurait aimé pratiquer dans sa jeunesse. Il était de la même région que les frères Madiot. Mais raconte-t-il dans son livre « 15 rounds de ma vie » alors que ses idoles s’appelaient Louison Bobet et André Darrigade, Jean-Claude a bifurqué vers le noble art..

Jean Claude Bouttier a rarement boxé dans notre région. Chez les professionnels, le 10 novembre 1965 à Soissons, il avait battu Merlier aux points. Ce fut la seule fois où il devait se produire dans notre Picardie.

Mais chez les amateurs, il devait rencontrer pour le compte du championnat de France l’Amiénois Jean Ramon qui, à cette époque disosait d’une réelle force de frappe. Bouttier l’avait emporté  difficilement aux points et longtemps après, il se souvenait de ce choc. D’autant qu’il se situait à quelques mois de son passage dans les rangs professionnels.

Le nom de Jean Claude Bouttier ne va pas disparaître de sitôt car déjà, un peu partout en France, des salles de boxe, des gymnases portent son nom.

Adieu Jean-Claude.

Lionel HERBET

Crédit photo DR

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.