CROSSFIT : À la découverte de CrossFit Samarobriva

Ⓒ Gazette Sports

Le CrossFit est une discipline en pleine expansion à travers le monde depuis plusieurs années. Exemple parfait de ce succès : la salle de CrossFit Samarobriva à Saleux, dont nous parle Pierre Dubois, gérant et coach au sein de la structure.

Bonjour Pierre, pour commencer peux-tu nous parler de CrossFit Samarobriva ?

Nous sommes dans cette salle à Saleux depuis maintenant plus de 2 ans. Avant nous étions en extérieur en association. On a œuvré au parc du grand marais pendant 3 ans et nous avons décidé d’ouvrir avec Timothée par la suite.  

Et aujourd’hui vous avez une grosse communauté qui vous suit…

Oui nous avons une communauté qui grandit avec plus de 3000 personnes sur facebook. Nous sommes contents car cela signifie que nous faisons une bonne communication et que les adhérents parlent bien de nous. Donc ça nous fait plaisir d’avoir un bon bouche à oreille et d’autant plus de contacts et de retours.

Finalement vous vous développez aussi vite que l’activité « CrossFit » ?

CrossFit est la franchise qui marche le mieux au monde

Actuellement on peut dire que c’est l’un des sports avec la plus grosse évolution au niveau mondial. Le nombre d’inscriptions est en pleine expansion, et le nombre d’ouverture de salle n’a jamais été aussi fort. Il faut savoir qu’aujourd’hui, CrossFit est la franchise qui marche le mieux au monde, c’est une chose qui montre que ça fonctionne, il y a des résultats et ça plait à beaucoup de monde.

Combien êtes-vous ici, dans cette salle de Saleux ?

Ici nous sommes 3 coachs :  Simon, Timothée et moi, et il y a environ 250-300 adhérents. Nous essayons d’être assez transparents et ça se voit car les gens apprécient venir ici et nous font de la pub. On est content de les accueillir et d’en accueillir toujours plus. C’est bénéfique d’avoir autant de monde à nos côtés tous les jours.

Comment définirais-tu le CrossFit ?

Alors je dirais que le CrossFit c’est une préparation physique à la portée de tous. Il faut savoir et rappeler à tous les crossfiteurs et les pratiquants, qu’il faut un minimum de 4 ans de pratique pour sortir de la zone débutant; ce qu’oublie beaucoup de monde en se lançant sur des compétitions rapidement. Ici nous sommes plus sur cet esprit de santé, de pouvoir bouger et de sentir bien. Et parfois il se passe quelque chose et on a ce que l’on appelle un PR (record personnel) et là ça fait forcément plaisir. Mais on ne veut pas trop parler de compétition ou quoi que ce soit. Dans une salle, la compétition va toucher moins de 5%  des adhérents donc c’est très peu.

Le CrossFit, c’est du plaisir et de l’entretien physique finalement ?

On est sur un public très hétéroclite et c’est ce qui fait que l’on aime ce que l’on fait

C’est ça, et ici on retrouve tous les profils, on est sur un public très hétéroclite et c’est pour ça que l’on aime ce que l’on fait. On voit plein de personnes différentes, avec pleins de styles et il faut conjuguer avec tout le monde. Nous sommes là aussi pour adapter les mouvements en fonction des capacités de chacun. On a la chance, et c’est vraiment une chose que l’on veut mettre en avant, d’avoir des créneaux qui sont dédiés à nos masters (ndlr : master ce sont les 50 ans et plus).

Notre doyenne a 72 ans et vient toujours 2 fois par semaine. C’est un pur plaisir de les entraîner, de les voir évoluer, de voir que ça leur plait, chercher des mouvements qu’ils n’ont jamais fait de leur vie. Chez nous, il y a un suivi, une adaptation en fonction des capacités et un regard extérieur omniprésent. On ne veut pas laisser place à n’importe quoi, on est là pour s’amuser mais on est là aussi pour faire les choses bien, nous ne sommes pas des animateurs mais des coachs et des entraîneurs avant tout.

Le CrossFit peut être utiliser en complément d’autres sports ?

Là on a un volleyeur de bon niveau, en N2 je crois, un champion de boxe thaï est venu, mais également beaucoup de gens qui font du trail. Ils diminuent leur entrainement de course ce qui diminue aussi les blessures. Donc ils aiment bien aussi changer leur entrainement et se renforcer le haut du corps pour faire un rééquilibrage musculaire.

Votre sport propose une large diversité d’exercices ?

Oui c’est un sport très varié et l’avantage c’est qu’on ne s’ennuie pas, on fait toujours quelque chose de nouveau. C’est le gros avantage de la pratique, on a 3 grandes disciplines : l’haltéro, la gym et le cardio, on les mélange, mais on utilise plein d’outils pour avoir une condition physique générale.

La meilleure façon d’y adhérer c’est d’essayer

Que dirais-tu aux gens pour les attirer vers le CrossFit ? 

Est ce que tu trouves ça dur ? Souvent on me répond oui. Est ce que tu trouves ça fou ? Souvent on me répond oui. Alors la meilleure façon de vérifier ce que tu dis c’est de venir essayer. La plupart du temps les gens sont agréablement surpris, on a une dose de dopamine et d’endorphine qui se met partout dans le corps et on ressent un bien être, et on se dit que c’est peut être fait pour soi. La meilleure façon d’y adhérer c’est d’essayer.

On voit un côté un peu « cliché » au CrossFit, avec des athlètes dans la vingtaine, très bien dessinés et qui réalisent de grosses performances… 

L’inconvénient qu’il y a dans le CrossFit, même si c’est en train de changer, c’est qu’on fait surtout de la communication sur les compétiteurs et les athlètes. Donc on voit des mecs et des filles ultra-baraqués, qui soulèvent des charges énormes et qui sont en mini-short et torse nue tout le temps. C’est ce qu’on voit vraiment tout en haut de l’iceberg, c’est l’étoile sur le sapin de noël, mais tout ce qui est en dessous on en parle beaucoup moins.

Les gens qui viennent et qui au bout de 6 mois ont perdu 10 kilos, les gens qui ont appris à mieux manger, qui ont une meilleure souplesse, tout ceux là on n’en parle pas. Des personnes qui ont commencé le sport à 40 ans et qui à 45 ans n’ont jamais été en aussi bonne forme de leur vie. C’est vraiment ce côté « communication » qui manque un peu sur les personnes de tous les jours. Crossfit a décidé de réagir pour vraiment montrer que c’est un sport accessible à tous

Propos recueillis par Quentin Ducrocq

Crédits photos CrossFit Samarobriva

BOXE: Une dernière pour Sabri Sediri avant le Gala de Boxe du 15 juin