ATHLÉTISME : Victoires sans conteste pour les lauréats de « Courir la Jules Verne »

Ⓒ Gazette Sports

Après notre retour rapide avec les principaux résultats de « Courir la Jules Verne », il est temps de revenir en détails sur l’ambiance qui a régné pendant l’événement et d’exposer les réactions des vainqueurs. 

Les Amiénois ont profité du spectacle 

Le nouveau tracé citadin empruntant notamment les rues Victor Hugo, de l’Oratoire, des Jacobins et Duméril a particulièrement plu aux coureurs. Des spectateurs au nombre fluctuant en fonction des rues, ont encouragé les coureurs par leur voix et leurs applaudissements. Si certains enfants brandissaient fièrement des écriteaux adressés à un proche ou parent, les riverains ont aussi pu profiter du spectacle. Nombreux ont observé depuis leurs fenêtres, certains découvrant à l’ouverture de leurs volets la file multicolore des coureurs se succédant sur la chaussée.

Mélanie Doutart, sans l’ombre d’un doute 

La locale Mélanie Doutart (Amiens UC), un temps à la lutte avec Nassima Sabour (Coureurs de Fond du Cateau), l’emportait finalement assez facilement à l’arrivée jugée Place Alphonse Fiquet. Plus que la performance chronométrique de Mélanie qui signe 36’13, c’est sa victoire qui est à retenir.

Comment s’est passée ta course ? Tu arrivais plutôt confiante ?

 

Je savais que ma concurrente avait fait 34’47 à Valenciennes, je ne savais pas si je les avais dans les jambes actuellement même dans des bonnes conditions. J’ai joué stratégique je suis restée derrière. On n’est pas parti trop rapidement j’étais bien. À un moment donné vers le troisième kilomètre j’ai eu un petit doute j’ai senti que j’avais un peu plus de mal qu’elle. Je me suis calée dans sa foulée.

Tu es parvenue à gérer la chaleur pour finalement aller l’emporter, c’est une satisfaction j’imagine ? 

Quand j’étais rafraîchie à l’Hôtel de Ville ça allait un peu mieux. Elle a commencé à être moins bien et à ce moment j’ai essayé de la détacher. J’ai essayé de maintenir l’allure le plus possible. J’avais un peu peur que cela remonte parce qu’elles allaient être deux et puis finalement ça s’est bien terminé. Je ne pense pas avoir trop craquée sur la fin de la course. La chaleur nous écrase un peu. J’ai essayé d’être bien placée pour courir. Je suis contente de mon chrono vu les conditions.

C’est toujours particulier de faire des courses à domicile, ici tout le monde te connaît. Tu t’es sentie poussée par le public ? 

Ça fait du bien au moral d’être encouragée. Faire des courses relevées parfois c’est dur mentalement surtout quand on n’arrive pas à faire ce qu’on veut. Faire des courses comme ça aussi cela fait du bien on sait qu’il y a des gens derrière. Je trouve le parcours pas mal, à part l’épingle et le faux-plat montant qui mine un peu le moral. Mais j’aimerai bien que cela soit le samedi soir, ça attirerait plus de monde.

Stephen Ogari, sans contestation 

Chez les masculins, c’est avec encore un peu plus de facilités que l’athlète kényan Stephen Ogari a disposé de ses concurrents locaux. Celui qui a déjà réalisé 1h01 sur semi-marathon, a d’abord fait course commune avec Menad Lamrani (Amiens UC) et Antoine Dubreucq (Amicale du Val de Somme) notamment. A l’impulsion du futur gagnant, ses dauphins samariens qui termineront respectivement deuxième et troisième céderont petit à petit du terrain. Seul en tête, Stephen n’avait qu’à gérer la suite de sa course pour aller l’emporter en 31’11.

« J’étais pas mal aujourd’hui en terme de sensations. Je ferai le 10km Adidas de Paris dimanche, il y aura de la concurrence. Je ferai de mon mieux. Je reviendrai faire la Transbaie cette année. » Le Kényan habitué des courses en France sera en effet une nouvelle fois au départ de la « classique » de la Somme et aura à cœur de l’emporter comme lors des deux précédentes éditions.

Alexandre Dees et Saliha Rarbi s’adjugent le 5km

Chez les masculins, la victoire est revenue au sociétaire de la VGA Compiègne en 16’37. Rapidement à l’avant, Alexandre Dees a progressivement pris la poudre pour l’emporter très largement sur Christopher Harlay (17’22) et Kevin Daniel (17’36). Domination également sans partage pour Saliha Rarbi, en période de jeûne. Elle s’impose en 18’47 devant la jeune Marie Desmarest (19’21) et Aïcha Zouaoui (20’53).

Alexandre Dees a surpris son monde pour s’imposer sur le 5 km

Vincent Guyot

Crédits photos : Léandre Leber / Kévin Devigne – Gazette Sports

ATHLÉTISME : Retour en photos sur l’événement « Courir La Jules Verne »