FOOTBALL : Sébastien Maugard : “Je veux transmettre cette passion que j’ai du foot”

0
255

A quarante-quatre ans, le gardien du Racing Club d’Amiens, Sébastein Maugard montre toujours son amour pour le football et son envie d’être sur les terrains. La rédaction de Gazettesports.fr est parti à sa rencontre, pour parler de lui, du club, et du futur.

Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Je suis Sébastien Maugard, gardien de but au Racing Club d’Amiens . Ça fait exactement trente ans que je joue au foot, je suis revenu au RCA il y a sept-huit ans, quand on était en excellence. On est monté en R3, et au R2 où on est depuis quelques années. Je suis très bien au RCA, que j’ai connu que j’avais vingt-deux ans, c’était un retour aux sources.

Vous avez également jouer en National, à l’US Roye (ndlr : en 2004-2005), ça a dû être une belle expérience ?

J’ai fait parti de l’aventure du président Lespine à Roye. Quand je suis arrivé, on était en DH, on a fait les montées successives en N3, qui s’appelait CFA 2 à l’époque, puis en CFA, et enfin l’année de National, qui a été une super expérience. Ça fait de beaux souvenirs, on était dans de beaux stades, comme aux Costières, à Nîmes, il y avait quelques belles équipes aussi, comme Libourne Saint-Sernin, où il y avait l’ancien Marseillais Mathieu Valbuena. C’était de superbes années.

Vous avez toujours évolué au poste de gardien ?

Oui, j’ai toujours été gardien, je n’ai jamais été doué de mes pieds (rires). J’ai commencé, je devais avoir huit ans, donc j’ai toujours été gardien.

Quel est votre premier bilan de votre saison, assez difficile avec le RCA ?

C’est une saison compliquée. Avec le regroupement des régions, on a vu des grosses équipes arriver, on avait pas l’habitude au RCA de jouer contre l’équipe première de Camon par exemple. On a fait notre maximum pour suivre le rythme, mais ça n’a pas été évident. Souvent, ça s’est joué sur peu de choses sur les matchs, le calendrier a été difficile. Malgré nos efforts, c’est difficile de raccrocher le wagon, mais au club, tout le monde a continué à bosser, on sait qu’on a toujours une chance, mais ça va être dur je pense. On a eu un manque d’efficacité pour tuer les matchs, comme face à la réserve de l’AC Amiens (ndlr : défaite 3-2), contre Camon (ndlr : 0-3), on perd des matchs contre des équipes de haut de tableau sur des détails, ils arrivent à tuer le match, à être efficaces dans la surface, et derrière, nous on prend trop de buts, moi le premier. C’est ce qui fait la différence entre les équipes de haut de tableau, et celles du bas.

C’était frustrant de remporter des matchs uniquement face à des équipes moins classées que vous ?

C’est très frustrant. Notre niveau de jeu a été meilleur en 2019. On était déçu du bilan comptable et de notre qualité en 2018, là il y a des choses qui se sont mises en place dans le jeu, c’est dommage, ça nous aurait permis de gagner quelques matchs de plus et de rester à proximité du groupe qui pourrait se maintenir.

Vous avez une fin de calendrier plutôt favorable, où on allait retrouver trois équipes que vous avez battu à l’aller, ça peut vous aider à vous maintenir malgré votre classement (ndlr : 11è) ?

On donne notre maximum.

C’est sûr que la majorité des infos qui nous parviennent c’est pour annoncer six descentes, et dans ce cas là, ça ne sera pas jouable. Comme il y a toujours des possibilités que ça change, on s’accroche, on donne notre maximum, il faut absolument gagner les matchs qui sont à notre portée, mais même contre les grosses équipes, donc on ne lâche rien, on est souvent proche de la victoire, mais on la laisse filer. Il y aura de la frustration, mais on a envie de reconstruire, repartir sur de bonnes bases, si on descend. Il y a aussi une très bonne entente au club, tout le monde bosse bien, on sait qu’il ne faut pas tout jeter.

Vous croyez toujours au maintien ?

Oui, tout le monde y croit, moi le premier. Quand je rentre sur le terrain, c’est pour gagner, peu importe l’adversaire et notre classement. Je dirais que l’on fait abstraction, on fait notre maximum. Chaque saison, on voit aussi des surprises, des clubs repêchés, donc il ne faut rien lâcher, se battre, ça sera peut-être ça qui fera qu’un miracle se produira.

Avez-vous un match référence cette saison ?

Malheureusement, je dirais qu’il nous manque ce match référence, car on a gagné contre des équipes plus faibles, même si on a fait de bonnes performances face aux plus forts, on a jamais eu le match référence, où, en plus de bien jouer, on aurait pu l’emporter. Ce week-end, c’était un bon exemple, sur une belle équipe de Chambly (c)(ndlr : défaite 0-1), qui était renforcée par quatre joueurs du niveau supérieur, on s’est vraiment bien battu, tout le monde a fait son maximum, mais on prend un but magnifique. On a quelques occasions par la suite, mais leur gardien fait des arrêts extraordinaires, ça reflète la saison. Donc il nous manque ce match référence, qui, j’espère va arriver bientôt, pour pourquoi pas, faire une série qui serait superbe.

Le fait d’être le doyen de l’équipe est important ?

Oui, l’expérience apporte, j’espère, de l’aide aux plus jeunes. Malheureusement, cette expérience n’est que dans les buts. J’aimerai avoir aussi un pilier sur le champ, même on l’a un peu, en la personne de Thomas Venin. Moi dans mon but, je parle beaucoup pour replacer les joueurs, mais vu ma place sur le terrain, je ne peux pas apporter mon aide en permanence. C’est bien qu’on soit plusieurs à se relayer tout de même.

Pour vous, le poste de gardien est-il ingrat, en raison de la forte responsabilité, notamment sur les buts encaissés ?

Il y a des points négatifs, quand on prend des buts, c’est parce que le gardien n’a pas fait entièrement le travail. Mais moi j’adore ce poste, parce qu’il est à part, il y a beaucoup de responsabilités, que je peux endosser sans problème. Il y a des points extrêmement positifs, comme lorsqu’on sort des arrêts décisifs qui font basculer une rencontre. Il y a ce rôle de placer ses joueurs, d’encourager, d’avoir cette vision du terrain différente des autres, et parfois, par la parole, on évite un but, non pas par un arrêt en pleine lucarne, mais en disant à un joueur de se déplacer à cinq mètres, à gauche, et à droite. C’est un poste ultra intéressant, où il faut être concentré tout le temps, car si on fait une faute de concentration, ça ne pardonne pas. C’est super important d’avoir de l’impact sur le score d’un match, des fois en notre faveur, d’autres fois en notre défaveur.

Vous êtes donc gardien du club, le doyen mais également le capitaine, vous avez, j’imagine, un fort impact dans le vestiaire ?

j’essaie de leur faire comprendre que c’est l’équipe avant tout.

Dans le foot, ça a toujours été comme ça, même plus ces dernières années. Dans le vestiaire, je veux transmettre cette passion que j’ai du foot, cette envie de faire toujours de mon maximum. Je suis quelqu’un qui adore m’entraîner, bosser, et peu importe l’adversaire, je fais toujours mon maximum. De temps en temps, on a l’impression que ça se perd pour certains joueurs, qui sont plus dans la jongle, le sombrero, c’est parfois dur à vivre, donc j’essaie de leur faire comprendre que c’est l’équipe avant tout. Faire son petit truc personnellement, c’est pas le message que j’ai. C’est un sport collectif, on se bat pour les autres, et moi j’essaie d’apprendre, en toute humilité, qu’il faut bosser, s’encourager et se donner à fond. Parfois c’est insuffisant par rapport au niveau, comme cette année dans ce groupe relevé. Dans certains matchs, si on avait plus des guerriers, même si je n’aime pas ce terme, des gens qui avaient envie de s’arracher jusqu’au bout, on aurait sans doute un peu plus de points, c’est un des regrets. C’est le message que je veux faire passer, il faut s’accrocher. Je suis par ailleurs enseignant au collège, donc je veux inculquer aussi ça, dans la vie il faut en vouloir pour avoir quelque chose.

Vous serez toujours sur la pelouse la saison prochaine ?

Chaque année, depuis quelques temps, tout le monde me dit que c’est la dernière saison. Il ne faut pas faire celle de trop. Je n’ai pas encore pris ma décision, j’ai toujours autant de plaisir à jouer. C’est plus dur physiquement, avec les blessures, donc je me pose la question. Il faut aussi laisser la place aux jeunes qui poussent, et il y en a de très bons au club. Je me donne à fond jusqu’à la fin de la saison, et après je verrai tranquillement.

Avez-vous une équipe fétiche ?

Non, je suis du genre à encourager tous les clubs français quand ils sont en coupe d’Europe, je suis ni Marseillais, ni Parisien, je suis content quelque soit le club qui joue. Je suis évidemment Amiens, parce que je trouve ça extraordinaire qu’on ait une équipe en Ligue 1, qui en plus, fait de bons résultats, qui fait rayonner la ville. C’est une grande fierté pour nous tous de voir cette équipe, qui a réussi à monter, à se maintenir, à faire des belles prestations, ainsi qu’être mieux reconnu, car au départ, on nous prenait pour l’équipe qui allait redescendre tout de suite. Là, entendre les commentateurs habituels dire que ça joue pas mal à Amiens, que le club a une mentalité de gagneur, dans laquelle je me retrouve, ça fait plaisir. Donc, oui, s’il y a une équipe, c’est Amiens.

Et un joueur favori ?

Vu ma catégorie d’âge, ça serait Gianluigi Buffon, qui est un modèle, par rapport au message qu’il fait passer. C’est un amoureux du football, il adore être sur le terrain, je me retrouve en lui. C’est ça le plus beau message, on parle toujours des sponsors, de l’argent, mais lui, s’il veut continuer, c’est vraiment qu’il a envie. On voit que les années pèsent un peu, il est moins capable de faire des choses extraordinaires, mais ça restera quand même un joueur incroyable, même si il a arrêté la tête de Zidane sous la barre (ndlr : en finale de la Coupe du Monde 2006). (rires)

Propos recueillis par Romain Prot

Crédits photos – Romain Gambier / Léandre Leber / Reynald Valleron / Kevin Devigne & Coralie Sombret – Gazettesports.fr

A lire aussi >>

FOOTBALL : Le RCA doit continuer à se battre

 

 




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.