HOCKEY-SUR-GLACE : Ouvrir le compteur

Ⓒ Gazette Sports

Totalement dominés au match 1, les Gothiques ont relevé la tête de belle manière au second match mais se sont finalement inclinés à nouveau. Menés 2-0 dans la série, ils retrouvent le Coliseum à l’occasion du match 3 pour tenter de marquer un premier point dans cette demi-finale.

Pas le droit à l’erreur face à une telle équipe

Malgré un second match très encourageant à Polesud, qui avait vu les Picards mener à l’entame du dernier acte, les Grenoblois l’avaient finalement emporté 3-2. Une rencontre qui s’est aussi joué sur des petites erreurs pour Mario Richer: « On a fait 2 erreurs bêtes, il faut bloquer les lancées, il ne faut pas laisser leurs défenseurs faire des lancers ! Hardy et Bisaillon on des gros shoots, si tu laisses Bisaillon tirer de l’enclave il y a de bonnes chances que ça aille au fond ». 

Le coach amiénois appuyait ensuite sur l’importance d’éviter les revirements face à des défenseurs aussi présents en zone offensive: « Il faut éviter les revirements, ce sont les revirements qui ont donné des palets de contre attaque. Le premier but c’est une contre attaque, le 2ème c’est un turnover. Si tu leur donnes la possibilité d’avoir des contre-attaques tu te mets en difficulté. Chez eux les contre-attaques ne viennent pas seulement des attaquants, ils ont des tas de défenseurs qui rentrent dans le jeu, donc tu as toujours un Hardy, un McEachen ou un Bisaillon à l’offensive. »

Jouer son meilleur match 

Lors du second match, les Amiénois ont prouvé qu’ils pouvaient faire jeu égal avec cette formation. Ce n’était pas une première pour les Picards cette saison, puisqu’ils avaient emmené les Brûleurs de Loups en prolongation lors de la première rencontre au Coliseum (défaite 3-4), avant de les battre 5-2 lors du second match à domicile, « Ça prouve que l’on peut les battre, on s’attend à ce qui il y ai beaucoup de monde dans la patinoire », lâchait Mario Richer.

Mais pour battre ces Isérois, il n’y a pas de secret selon le coach amiénois, tout le monde doit être à son meilleur niveau : « Il faut jouer notre meilleur match, il faut que tous les joueurs soient dans le système et jouent leur meilleur match, c’est la seul manière. Si on a des moments de repos, des moments où on n’est pas focus, d’inconscience, de relâchement, on va perdre l’avantage ». 

C’est donc un rendez-vous crucial qui attend les Gothiques ce soir face à une « équipe à part », selon les mots de Mario Richer, qui signalait également que Buysse était toujours incertain pour la rencontre. Un match pour marquer un premier point dans la série, un match pour ne pas voir Grenoble mener 3-0, un match pour rester en vie…

Quentin Ducrocq

Crédits photos Leandre Leber

FELIX PLOUFFE : « Il faut faire attention aux petits détails »