REGARDS CROISES : Pascal Duboille, une vie entre AAC et ASC

0
418
CIT Dessaint

À l’occasion du tournoi international féminin de l’AAC Tennis et du match de l’Amiens SC contre Nîmes, Gazettesports.fr est parti à la rencontre de Pascal Duboille, responsable bar-restaurant du club de tennis, fan inconditionnel de ce sport et de football.

Une figure depuis trente-deux années au club

Pascal est arrivé à l’AAC, durant l’été 1987. À cette époque, le cuisinier de profession finissait son service militaire. À la recherche d’un emploi, un ami lui conseille de postuler au club. Après une rencontre avec l’ancien président monsieur Leclerc, et depuis une première mission “test”, dans laquelle il devait s’occuper de cent couverts, Pascal Duboille n’a plus jamais quitté le club. Passé derrière les fourneaux durant quinze ans, il est aujourd’hui revenu devant l’accueil.

Ce fan de football s’est découvert, par la suite, une passion pour le tennis, qu’il a commencé à pratiquer depuis son arrivée au club. Avant cela, il a été joueur du Racing Club d’Amiens durant treize ans, et est un fan de l’Amiens SC depuis bien plus longtemps, grâce à son père : “Je me souviens de la quatrième division, à Moulonguet, où il y avait 400 personnes, et j’étais dans les 400.” Cette passion commune a, par la suite, été transmise à ses enfants.

Pour cette figure du club, la tenue du tournoi féminin est toujours un grand moment et lui rappelle également des souvenirs : “C’est la vingt-et-unième édition du WTA. Avant on accueillait les hommes. On a eu de très grands joueurs ici. Moi j’ai fait la cuisine pour Ilie Nastase (vainqueur de Roland Garros 73), pour Mansour Bahrami (finaliste de Roland Garros 89) en 1990 pour l’inauguration des nouveaux courts, c’était un grand moment. J’ai aussi assisté à l’éclosion du club de Méru et d’Amélie Mauresmo, d’Emilie Loit, Amélie Cocheteux en ce temps-là.”

Des liens qui forgent une passion

À son grand bonheur, l’AAC Tennis et l’Amiens SC étaient beaucoup liés par le passé, grâce notamment à Pascal Pouillot, qui, licencié au club, faisait venir ses joueurs ici, et Pascal Duboille en garde de nombreux souvenirs : “En deuxième division, à l’époque de Denis Troch, les joueurs venaient manger au club avant chaque déplacement. Il y a quelques années, on avait un partenariat, lorsque que le club était en National et en Ligue 2, tous les joueurs pouvaient jouer sur nos installations. On a eu Thomas Mienniel, Thibault Giresse, Nicolas Raynier, pendant leurs trêves, leurs moments libres.” Des souvenirs également “physiques”, Pascal Duboille a une multitude de maillots de joueurs : “Des anciens, des nouveaux joueurs, des joueurs qui ont joué à Amiens et qui sont partis, comme Ben Khalfallah à Valenciennes, j’ai tous les maillots de Thomas Mienniel quand il était à Amiens, à Angers, à Tours, à Laval, à Clermont. J’ai plein de maillots d’Amiens.”

Après la nostalgie, place au présent chez Pascal Duboille, qui nous donne son ressenti sur la saison de l’Amiens SC : “Depuis la venue de Monsieur Pélissier, c’est exceptionnel, par ce qu’il a fait, jamais on a eu un entraîneur comme lui. Faire monter un club de National en Ligue 1 en trois ans de temps, c’est exceptionnel. Maintenir l’équipe dès la première année, et de se battre avec ses moyens, c’est super. Je vais voir les matchs à domicile, je regarde ceux à l’extérieur, sur ma tablette, et là le match contre Reims (2-2), le scénario m’a rendu fou. Bien sûr qu’avant le match, on aurait signé pour un 2-2, mais vu la physionomie du match, pour moi, on a perdu deux points bêtement. On arrive pas à plier le match, mais bon, faire 2-2 chez le cinquième, c’est super.”

Pour la suite du championnat, Pascal ne semble pas inquiet : “Je suis confiant, on va se battre jusqu’au bout, je le sais, surtout que les deux derniers matchs sont contre Monaco et Guingamp, mais je suis confiant. On a une équipe qui ne triche pas, des battants, ils mouillent le maillot. C’est une équipe de copains, c’est un vrai groupe.”

En résumé, cette personnalité de l’AAC Tennis est un amoureux du sport, un amour qu’il entretient chaque jour à son travail, et chaque week-end, dans le stade, ou devant son écran.

Tous propos recueillis par Romain Prot

Crédits photos – Romain Gambier – Gazettesports.fr

A lire aussi >>

TENNIS : Deux Françaises pour décrocher le titre

 




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.