FOOTBALL : L’Amiens SC est sur son petit nuage

Ⓒ but et joie de Konate Moussa
Publicité des articles du site GazetteSports

Alors que la fin de la phase aller se profile, l’Amiens SC pointe à une étonnante – mais ô combien méritée – dixième place. Auteur de son cinquième succès de la saison, samedi soir à Metz (0-2), le promu engrange de précieux points et marque également les esprits.

Une confiance à son summum

Lanterne rouge au soir de sa défaite à Saint-Etienne (3-0, 3ème journée de Ligue 1), l’Amiens SC apparaît comme transfiguré un peu plus de trois mois plus tard. Troisième meilleure défense du championnat et invaincue sur ses sept dernières rencontres (toutes compétitions confondues), la formation entraînée par Christophe Pelissier a véritablement pris la mesure de son nouvel environnement. Timorés voire résignés en début de saison, les Amiénois affichent désormais une sérénité sans commune mesure. Bousculés à Metz, ils ont d’abord su résister avant de prendre, au fil des minutes, les commandes de la rencontre. « C’est une victoire logique. Nous avons su être costauds et efficaces dans la zone de vérité, résume, avec justesse, Emmanuel Bourgaud. Même si nous loupons deux occasions nettes de se mettre à l’abri en première mi-temps, nous avons réussi à poursuivre notre série de matches sans défaite tout en parvenant à ne pas prendre de but. C’est une grosse satisfaction. »

Buteur pour la quatrième fois de la saison, il est vrai que Moussa Konaté aurait pu donner un peu plus de relief au succès des siens. Néanmoins, l’attaque amiénoise s’est, elle aussi, mise en route après des débuts difficiles. Porté par Gaël Kakuta, troisième au classement des passeurs avec quatre offrandes au compteur, le secteur offensif samarien convertit désormais la grande majorité de ses opportunités. Pour preuve, Amiens a marqué sur ses deux seuls tirs cadrés contre Metz. Un cas loin d’être isolé puisque Manzala avait déjà trouvé le chemin des filets sur les deux premières tentatives cadrées de son équipe face à Lille, lundi dernier. D’une efficacité quasi clinique, Amiens semble avoir trouvé le parfait équilibre, en misant sur un jeu de transition parfaitement rodé. Sur ce point, le but de Bongani Zungu est le parfait exemple d’une équipe misant, avec succès, sur la verticalité.

Une dynamique à entretenir

Pour autant, il serait intellectuellement malhonnête de faire l’impasse sur un fait de jeu favorable aux Amiénois. Qui sait quelle tournure aurait pris ce match si M. Gautier avait accordé un penalty à Opa Nguette, lorsque ce dernier s’est écroulé au duel avec Bakaye Dibassy ? Personne. A contrario, il serait également inapproprié de remettre en cause ce cinquième succès de la saison. Et pour cause, malgré un effectif particulièrement inexpérimenté à ce niveau, l’ASC fait mieux que rivaliser en s’appuyant sur des valeurs de cohésion et de solidarité faisant sa force depuis deux ans. Détonnant, le promu en arrive même à aborder certains matches, comme celui contre Metz, dans la peau d’un favori légitime. « On était avant tout venu à Metz pour gagner et nous avons réussi à le faire. Il y a quelques temps, il était inespéré de penser que l’on aurait dix-huit points à ce stade de la saison, reconnaît Bourgaud. C’est énorme, tout tourne bien pour nous mais j’espère que cela ne va pas s’arrêter là. »

Il serait effectivement de bon ton d’entretenir cette dynamique puisque les Picards défient, dès ce mardi, un nouveau concurrent direct au maintien, Dijon. « Ce sera un match à six points, on a aura encore à cœur de prendre des points », commente, sobrement, Régis Gurtner. Davantage prolixe, Thomas Monconduit se méfie d’un adversaire au profil totalement différent des Messins : « Dijon est une équipe offensive qui pratique un beau football. Je suis persuadé que ce sera un bon match ouvert entre deux bonnes équipes. » Avec trois victoires en quatre matches, les Dijonnais – également sur une pente ascendante – comptent bien poursuivre leur série positive et mettre ainsi fin à celle d’Amiénois qui ne pourront guère se payer le luxe d’un hypothétique relâchement. « Nous avons une barrière de 40-45 points à atteindre. Tant que l’on ne l’aura pas atteinte, on sera toujours sous pression, assure le capitaine de l’ASC. Pour le moment, on n’a que dix-huit points et ce total n’est pas suffisant pour nous maintenir. »

Romain PECHON

Crédits photo : PanoramiC

A lire aussi >>

FOOTBALL : Régis Gurtner élu joueur du match FC Metz-Amiens SC

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.