FOOT : « Désormais, il faut compter avec nous »

"Désormais, il faut compter avec nous"
Ⓒ « Désormais, il faut compter avec nous »
Publicité des articles du site GazetteSports

Christophe Pélissier « Désormais, il faut compter avec nous »

Au terme d’un final qu’on peut qualifier d’exceptionnel,  l’entraineur de l’Amiens SC

Christophe Pélissier est venu devant les journalistes et a déclaré : « On s’est donné le droit d’y croire. Il va falloir compter avec nous ».

Une sorte de folie collective s’est emparée de la Licorne, sitôt la fin du match. On a beau se plonger dans son passé, de tels moments sont quand même rares dans la vie d’un passionné de foot et de son club. Marquer un but victorieux à la 93e minute alors qu’il reste à peine une minute à jouer, c’est un évènement exceptionnel. Interdit aux cardiaques en tout cas. Après avoir savouré sa joie avec ses joueurs puis son staff, Christophe Pélissier restait très calme devant les médias.

« C’est le scénario idéal. Quand vous arrivez à marquer comme nous l’avons fait, à l’arraché, je crois qu’il faut y voir un signe. Nous nous sommes donnés le droit d’y croire. Nous avons franchi une étape et il en reste encore cinq. Il faut profiter à la fois du but et de ces moments de partage avec  le public qui a été important. Nous l’avions dit que si nous marquions comme çà à la 93e minute, le public ne serait pas étranger. Il nous a beaucoup aidés et notamment dans les moments difficiles en deuxième mi-temps. Si nous devons avoir un rêve en cette fin de saison, il ne peut être que collectif. Quand je dis collectif, c’est l’ensemble du club, le public, la ville etc. Ce  but est un message fort. Il veut dire qu’il va falloir compter avec nous jusqu’à la fin de la saison. Nous sommes heureux en sachant que nous allons avoir d’autres batailles à livrer, très dures également. On se donne, je le répète, le droit d’y croire. Vous avez noté cette joie incroyable dans le vestiaire mais aussi dans le public et  dans le staff. C’est un moment idéal. Nous aurions dû nous mettre à l’abri plus tôt car nous avons fourni une très bonne première mi-temps au cours de laquelle, nous avons eu beaucoup de corners. Mais à partir du moment où on ne marque pas, cela devient compliqué.

Je ne demande qu’à vivre de tels moments sur le banc

« Je remercie le club qui a su avoir cette initiative dans la semaine. Les joueurs se sont sentis portés et le public a su répondre présent. On n’est pas au bout du rêve mais on est à la lutte pour y croire. C’est là qu’on reconnait la qualité d’un groupe. En tout cas, je ne demande qu’à vivre de tels moments sur le banc. J’ai dit à mes joueurs que nous étions programmés jusqu’à la dernière minute du dernier match. C’est peut-être prémonitoire et je veux bien signer contre Belfort. »

Et puis comment ne pas rappeler que la veille, Christophe Pélissier avait appris qu’il venait de décrocher son diplôme d’entraineur professionnel qui lui permet d’être reconnu par la profession et surtout d’entrainer des clubs pros. Chapeau Christophe. Tout comme chapeau à  Patrice Descamps qui lui a décroché son diplôme lui permettant de diriger un centre de formation et d’entrainer (Brevet Fédéral d’Entraineur Formateur de Football).

Lionel HERBET