Bruno Stefanczyk «Une semaine riche en émotions»

Bruno stefanczyk stravius
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Bruno Stefanczyk «Une semaine riche en émotions»

La semaine dernière, aux championnats de France de natation, le kiné Bruno Stefanczyk était dans le coin de Jérémy Stravius dont il est il est le kiné. Jérémy s’est illustré en ramenant trois titres et surtout la qualification directe pour Rio.«Je suis encore sur mon petit nuage» a avoué Bruno qui a retrouvé son cabinet de kiné à la Licorne.

Jérémy Stravius, le meilleur champion de notre région de tous les temps ?

A l’exception peut-être du cycliste Philippe Ermenault et du rameur Jean-Christophe Bette, cette affirmation est plus que plausible. Jérémy Stravius a l’avantage de n’avoir pas encore achevé sa carrière qui devrait prendre une autre dimension à Rio en aout prochain. Pour sa part, Bruno Stefanczyk partage cet avis.

Alors que Jérémy et ses proches dont Michel Chrétien, son entraineur, goûtent des vacances bien méritées, Bruno a repris son activité au sein de l’ASC. Il a  retrouvé  le cabinet de kiné qu’il partage avec Olivier Henneuse et il faut l’avouer, ce mercredi matin, les joueurs défilent. Ils viennent pour saluer leurs copains mais aussi se faire masser. Bruno est évidemment un kiné heureux. D’abord, il a la chance d’avoir à s’occuper d’un grand champion qui, de plus, n’est guère exigeant. Bruno est au club d’Amiens depuis maintenant quatre ans et il a aussi intégré le groupe France. Cerise sur le gâteau, il pourrait très bien aller à Rio aux Jeux Olympiques.

Pour l’heure, trois kinés sont en concurrence pour deux places. Mais étant donné que Bruno Stefanczyk est le kiné attitré et préféré de Jérémy Stravius qui est, qu’on le veuille ou non, le meilleur nageur français du moment, il a une chance d’être retenu.

«Au niveau du palmarès, je pense franchement que Jérémy est le meilleur champion amiénois de tous les temps, souligne Bruno. Cela fait quatre ans que je suis au club de natation d’Amiens et la semaine que je viens de passer à Montpellier, a été la plus riche en émotions. Elle a été aussi éprouvante mentalement.

Le kiné que je suis fait partie du staff et il ressent les mêmes émotions. Autant après le 200m, nous avons été frustrés car nous pensions qu’avec le temps aussi proche, Jérémy pouvait être repêché. Mais après le 100m, nous avons tous explosé de joie, tous les quatre avec Michel Chrétien, Fabien Leblond, le préparateur. Nous  avons sauté de joie et nous nous sommes pris dans les bras.

Je ne sais pas l’équivalent avec  un match de football au niveau de l’émotion ressentie mais je pense qu’il faudrait comparer avec un grand match de coupe, une finale par exemple ou un match d’accession.  Ce genre d’émotions, il n’y a vraiment qu’en sport que nous les vivons. Ce matin, je suis encore dans l’euphorie. J’ai du mal à redescendre sur terre et je suis encore sur mon petit nuage. Avec trois titres, Jérémy est le nageur français qui a eu le plus de succès aux championnats  de France. Il a deux billets individuels, il va participer aux relais.

Il ne m’a pas vraiment surpris au niveau de ses résultats. Quand on connait bien Jérémy, on se dit qu’il peut le faire. Et quand il le fait, on se dit qu’il est vraiment costaud. Dans n’importe quelle discipline, il brille. Ce qu’il a fait en passant du dos au crawl, c’est comme si en athlétisme, on passe du javelot  au marteau. Il a réussi son pari et il a démontré qu’il pouvait être encore plus fort sur 200m que sur le dos. Et surtout, à chaque fois, il ne manque pas d’adversaires de qualité. Je suis convaincu qu’en libre, il peut encore progresser.  

Il a fait un choix et en a parlé à Michel. Tous deux sont en parfaite osmose et il n’y a eu aucun problème. Il y a chez eux un fonctionnement de travail complémentaire. Chaque année, ils évoluent pour être plus performants.

Bruno Stefanczyk va repartir en mai aux championnats d’Europe. «Je pense que ces championnats d’Europe seront une étape dans sa préparation pour Rio. Le départ pour le Brésil aura lieu une semaine auparavant ».

Lionel HERBET