CYCLISME : Le cyclisme, premier de cordée à L’Olympique Amiénois

5-eme-quart-temps.
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Le cyclisme, premier de cordée à L’Olympique Amiénois

Officiellement, l’Olympique Amiénois aurait dû fêter en  juin 2013 son centenaire. 1913 coïncide en effet avec les vrais débuts de la section cyclisme au club. Durant cette année, l’A S de la Bijouterie qui avait été créée en 1908 par un groupe de sportifs amoureux de cyclisme, disparaissait et laissait alors la place à l’Olympique Amiénois.

Georges CUISSET qui fut un des grands dirigeants de ce début de siècle, en football mais également d’autres disciplines (lutte et haltérophilie), a en effet rappelé que le cyclisme avait été le premier sport pratiqué à l’O.Amiénois. Paul MIANNAY devint le premier président puis devaient se produire des fusions avec d’autres clubs de la ville, en particulier Saint-Germain. Le président était alors M. Raoul LAMOLLET qui avait succédé à Paul MIANNAY. Raoul LAMOLET fut un président débonnaire, aidant financièrement le club et chaque année, il organisait la classique Paris-Amiens. Mais son état de santé devait le contraindre à démissionner et il fut remplacé par Achille COZETTE dont l’intérim fut plutôt bref. Il fut dès lors remplacé par Georges CUISSET.

Ce dernier a marqué l’histoire du sport non seulement à Amiens mais dans tout le département. Il fut un dirigeant éclectique et ses compétences furent reconnues à l’échelon départemental puisqu’il fut durant de longues années le collègue le plus proche d’Henri LECLERCQ qui a régné pendant un demi-siècle dans le football. Mais revenons au cyclisme qui a vécu des heures de gloire à l’Olympique Amiénois.

Ainsi, par exemple, en 1952, Pierre PARDOEN parvint à terminer son premier Tour de France. A son retour à Amiens, il reçoit un accueil triomphal, digne d’un chef d’Etat. Le président de cette période faste était Roger LENS tandis que dans l’ombre, Roger LEFRANC occupait le  secrétariat. Poste que plus tard allait occuper Michel DEVAUX, futur adjoint chargé des Sports à la Ville d’Amiens, sous le règne de Gilles de ROBIEN. Durant cette période de l’avant-guerre, l’Olympique Amiénois devait révéler de nombreux champions tels Charles MEUGER, spécialiste de la piste, Michel PECQUEUX, spécialiste des Six Jours et Marcel  DECROIX. Epoque bénie des cyclistes qui avaient la possibilité de se produire sur la piste du Vélodrome d’Amiens.  Ce vélodrome André HOTTE  était situé dans le quartier est de la ville et il disposait d’une piste en bois de 250 mètres. Construit aux alentours des années 20, le Vélodrome devait «durer» jusqu’en 1938 et il fut démoli pendant la guerre. Il avait même accueilli une arrivée du Tour de France en 1932. Plus jamais par la suite, Amiens n’a eu la chance d’avoir un tel outil de travail.

L’Olympique Amiénois a produit des champions mais aussi de bons coureurs régionaux. Citons pêle-mêle outre Pierre PARDOEN, Michel VERMEIRE, JEROME, ZIMINE, POIRE, Jacques ALLOT, BROUSSE, DERUMIGNY, DEBRUYCKERE, Jimmy BINET plus tard président de … l’Amiens SC, CODIER, BULANT, LEMAIRE, TOSO, FETRE, FLET, DHEILLY, LESBROS, LOYER, BELGUISE, LAISNE, GUERIN, HUBERT, Max LEFEBVRE, Michel BOCQUILLON professionnel ensuite, Michel LECLERCQ qui terminera  5e du Tour de l’Europe remporté par Roger RIVIERE,  les frères LENTE, NOBLESSE, SALLEMBIEN, CORNET, BALONCHARD qui deviendra ensuite cameraman pour France 3 Picardie, NOIRET, CANDELIER, MONTIGNY, RECHER, TROGNEUX, HARDY, LENGELE, BRARD.

Sous la présidence de Roger LENS, l’Olympique Amiénois a pris l’habitude d’organiser des critériums d’après Tour de France qui avaient lieu sur le circuit de la Hotoie. Les coureurs qui venaient de terminer la Grande Boucle le dimanche à Paris avaient rendez-vous le lundi en fin de journée à Amiens. Ainsi, Louison BOBET, Roger WALKOWIAK, Jacques ANQUETIL, Charly GAUL, Federico BAHAMONTES et Gastone NENCINI furent les vedettes de ces épreuves qui obtenaient toujours un gros succès populaire. En 1961, Amiens vit de grandes fusions. Un seul grand club va donc réunir une grosse partie de tous ces clubs de quartier (excepté toutefois le football). L’Olympique Amiénois (cyclisme) fusionne avec Amiens Sports.

Le nouveau club s’appelle Amiens S C. Pour le football, l’Olympique Amiénois continue son petit bonhomme de chemin.

Lionel HERBET