HOCKEY SUR GLACE : U22, Amiens vs Angers (suite)

hockey sur glace - u 22 - les gothiques 0130 - leandre leber - gazettesports
Ⓒ hockey sur glace – u 22 – les gothiques 0130 – leandre leber – gazettesports
Publicité des articles du site GazetteSports

U22 la deuxième manche

Ce lundi soir, un peu moins de monde que dimanche pour suivre la deuxième manche de ce quart de finale U22 Elite ; il est vrai que l’heure ne facilitait pas vraiment la venue d’un public nombreux. Mais gageons que tous ces jeunes ont dû apprécier la fidélité du public amiénois.

Amiens U22 débute cette rencontre avec trois buts d’avance du match de la veille…donc à priori, pas trop d’inquiétude.

1er tiers-temps :

La rencontre démarre sans vraiment de round d’observation, les ducs savent très bien qu’il leur faut marquer très vite pour espérer combler leur retard. Le jeu est intense mais équilibré, les tirs sont un peu trop imprécis pour espérer tromper les deux gardiens. C’est Matisse Bienaimé qui adressera le premier tir cadré, pour Amiens, mais ne surprend pas le goalie. Angers répond par Augustin Nalliod-Izacard, sans plus de réussite. Les charges sont nombreuses, et c’est César Boucault qui sera le premier à être puni, 2’ pour «charge contre la bande», 14’52. Les angevins mettent la pression et tirent à la cage, mais finalement, Cunsolo tiendra bon. A 17’09, Rudy Matima écope à son tour de 2’ pour «charge avec la crosse», les picards, en infériorité numérique durcissent encore leur jeu, les ducs souffrent et ont du mal à encaisser ; Arrive la 19’ et les picards se font punir pour «surnombre», c’est Romain Carpentier qui s’y colle.

Il n’y a que 10 secondes de jouées, à  3 contre 5, les Gothiques partent en contre et Loïc Coulaud va crucifier  Depanian, pourtant jusqu’à présent impeccable (assisté de César Boucault et de Théo Beauvillain). Angers est encore en supériorité numérique, et à 3 secondes de la fin de la période, les picards sont à deux doigts de doubler la marque.

La fin du tiers est sifflé sur ce score d’un but d’avance pour nos Gothiques U22. La tâche devient encore plus difficile  pour les angevins.

2ème tiers-temps :

Toujours en infériorité, Amiens s’offre un break, mais tire au-dessus de la cage des ducs. A 22’37, les angevins veulent, à leur tour, imposer un jeu plus viril, et, aussitôt, c’est Maxime Burellier qui est pris par la patrouille (2’ pour accrocher). Les picards fusillent Depanian mais ce dernier renvoie inlassablement. A 26’13,  Maxime Pillot-Griet part en contre avec deux autres angevins mais tire sur Cunsolo, oubliant totalement ces deux compères totalement démarqués. Les picards subissent le jeu et ne procèdent que par contre. Le jeu est vraiment rapide et agréable. Les deux gardiens sont excellents. A 28’44, Thomas Suire, hauteur d’un «faire trébucher» écope de 2’ de cachot. C’est au tour des ducs de pilonner le but samarien, mais Corentin est intraitable. La 34’ arrive, et un amiénois subit une légère charge, il joue bien le coup et l’angevin se trouve sur le banc pour «accrocher» ; Les ducs tiendront pendant 1’40, moment où Fabien Kazarine, qui n’avait pas encore fait parler de lui,  trompe Depanian avec un tir excentré, (assistance de Loïc Coulaud et Romain Carpentier), en supériorité numérique. A 37’17, Jason Thorrignac, suite à un «coup de genou» va, lui aussi, goûter les joies du banc, mais les ducs sont un peu moins bien, et les Gothiques ne souffriront pas trop de cette infériorité, au contraire, il ne reste que 3 secondes à jouer quand Mattéo Toneatto prend 2’ pour «obstructions», laissant les ducs en infériorité pour le début de la troisième période.

Les Gothiques U22 ont maintenant un avantage de deux buts et peuvent attaquer la dernière période en toute confiance.

3ème tiers-temps :

Six buts à inscrire pour aller en prolongation, sans en prendre un seul : mission impossible pour les ducs.

Certainement conscient de ce fait, les ducs font tourner et changent leur gardien.

A 41’33, les picards mettent la pression sur le nouveau gardien et ça paie ; Romain Carpentier adresse une passe à Rudy Matima qui dévie le palet du patin, servie idéalement, Rémi Thomas trompe le gardien et inscrit le 3ème but de la soirée. Les ducs continuent de presser, ils veulent sauver l’honneur, et à 42’50,  ils frappent la transversale de Corentin. A 43’41, Alexandre Bruyant, hauteur d’une charge incorrecte, laisse ses coéquipiers, et il ne faudra qu’une minute à Jason Thorrignac suite à une passe caviar de Louis Olive, pour aggraver le tableau d’affichage, par un tir pleine lucarne qui laisse le goal angevin sans réaction. Il reste à peine 12’ de jeu, et Angers, en supériorité numérique veut vraiment ouvrir son score ; mais Corentin veille. Peine perdue pour les ducs, à 51’26,  suite à une très belle action collective, Alexandre Jeanjean y va de son but, assisté de Thibaut Thuillier.

Se trouvant une nouvelle foi en supériorité, (51’31) les ducs pilonnent Cunsolo, mais voyez-vous Corentin l’a décidé «ça ne passera pas». Les picards auront ensuite une double supériorité, mais ne pourront en profiter. Il ne reste qu’à peine une minute de jeu, et les picards déploient une action en percussion depuis leur zone défense, conclue par un dernier but de Rudy Matima (assisté d’Adrien Josse).

Amiens triomphe sur le score sans appel de 6 buts à 0, soit 12 buts à 3 sur les deux matches.

S’il devait y avoir un «meilleur homme du match», ce serait, pour nous, sans conteste, Corentin Cunsolo, tant il aura, à lui seul, écœuré  les ducs durant cette partie.

Rendez-vous pour la demi-finale au Coliséum, les 21 et 22 février ; les Gothiques U22 recevront les dragons rouennais….

Retenez ces dates.

Patrick GRAUX