FOOTBALL : Les souvenirs de Thomas Mienniel

thomas mienniel, amiens sc football
Ⓒ thomas mienniel, amiens sc football
Publicité des articles du site GazetteSports

Les souvenirs de Thomas Mienniel

L’Amiens SC n’oublie pas les joueurs qui ont marqué ces dernières années, l’histoire du club.

Ce vendredi, Thomas Mienniel sera l’invité et donnera le coup d’envoi du match ASC- Strasbourg (20h30 à la Licorne).
Dès qu’il a été sollicité, Thomas a non seulement donné son accord mais manifesté une joie sincère à l’idée qu’ici, nous ne l’avions pas oublié. De même que les supporters de la Licorne qui, ce vendredi, contre Strasbourg, vont lui réserver une belle ovation.

Thomas Mienniel revient sur son parcours à l’Amiens SC :

L’Amiens SC a été mon premier club. Patrick Abraham était à l’époque professeur d’ éducation physique dans les écoles primaires d’Amiens et il m’avait « recruté »pour jouer dans son équipe de poussin.

C’est à ce moment que commence un parcours de joueur de foot, gravissant les catégories au fur et à mesure de mon âge avec ensuite comme éducateurs M.André Deparis et Gérard Bréant en U13 André Legrand et Julien CLAYSE U15, J C Tonin et René Marsiglia en U17. Suivra ensuite la post formation avec Emmanuel Pires et Patrick Abraham. J’ai eu la chance de rencontrer des éducateurs qui m’ont toujours donné envie de jouer au foot et le plaisir de me dépasser.

Pendant cette période de formation à Amiens, j’ai toujours figuré parmi les joueurs qui montaient de catégorie, sans faire d’éclat.

Pour ma première titularisation en L2 à 18 ans à Sochaux, je connais une fin de match difficile. René Marsiglia avait fait appel a moi après de mauvais résultat de l équipe. La semaine suivante,  je me blesse au genou et je reviens  avec la réserve .
Cette année là, je joue le dernier match de championnat contre Guingamp l’ entraineur est alors Victor Zvunka.
L’ année suivante,  j’intègre enfin le  groupe professionnel. Nous sommes en National. C’est la période au cours de laquelle, j’ apprends le métier de joueur de foot avec ses codes et ses contraintes. Une année avec des résultats extraordinaires. Le coach est alors Denis Trochqui va nous emmener jusqu’à la finale de la Coupe de France.

A la fin de l’ année, je quitte Amiens.

Pour la petite anecdote, pendant l’ entretien avec le coach, il me conseille  d’ arrêter le foot et de me consacrer  pleinement à mes études (je reviendrais plus tard sur cette anecdote ).
J’ arrive alors à Tours pour 3 ans puis Laval où je signe mon premier contrat pro. J’ai  alors 23 ans. Hasard des chaises musicales des coaches professionnels, je retrouve Denis Troch. Mes 6 premiers mois sont très compliqués pour moi, le coach ne me faisant aucun cadeau. Il me faudra un an pour renverser la tendance et lui faire changer d’ avis sur moi . Pour finir l’ anecdote, il s’ excusera même des paroles qu’ il avait  prononcées quelques années avant pour mon départ d’ Amiens. Je parle de cette anecdote parce que Denis Troch a été important pour moi. Il m’a  appris énormément de choses sur mon métier de joueur de foot mais aussi sur le dépassement de soi.

Je vais alors à CLERMONT FERRAND pendant 2 ans puis un an à ANGERS et je me fais prêter la 2eme à Amiens en National.

Je reviens alors à AMIENS. Je deviens le  capitaine et je vis la plus belle saison de ma carrière au niveau des résultats et de l’aventure humaine.

Ce fut une saison exceptionnelle.

Suivra alors cette descente avec une année difficile et un changement de coach pour une nouvelle année en National . Cette année de National a  été  difficile sur tous les points.
Il me restait une année de contrat  mais je suis parti  et est signé une année pour Boulogne sur Mer .
Amiens restera toujours ma ville, L’ ASC mon club. Je  voulais finir ma carrière à Amiens mais je n’ai pas eu cette chance. Je remercie le club de me donner l’ occasion de remercier les supporters et les sponsors avec lesquels, j ai passé des années magnifiques et pleines d’émotions.
Ce vendredi, je vais avoir le bonheur de pouvoir fouler à nouveau cette pelouse une dernière fois.

Merci encore.

Propos recueillis par Lionel Herbet