FOOTBALL : Christophe Pélissier en colère

Une lourde defaite
Ⓒ Une lourde défaite
Publicité des articles du site GazetteSports

Christophe Pélissier en colère

La défaite des Amiénois vendredi soir à Epinal, a provoqué le courroux de l’entraineur Christophe Pélissier qui, avant de reprendre la route pour Amiens, nous a fait part de son sentiment.

Qui aurait en effet imaginé après le succès obtenu à Fréjus   que l’ASC se ferait battre coup sur coup par le C A Bastia et Epinal qui étaient lanternes rouges au coup d’envoi ?

Personne et surtout pas  Christophe Pélissier qui avait pourtant prévenu ses joueurs du piège qui les attendait surtout qu’ils venaient de commettre un premier faux-pas,  avec l’élimination en coupe de France à Marck.

« Je suis vraiment en colère parce que nous avions le match en main et que nous avions réussi l’entame que nous voulions faire. Nous avons marqué mais ensuite, nous avons suivi les évènements. Nous lâchons encore trois points qui étaient à notre portée et cela me met en colère. Mais on s’aperçoit que ce championnat est particulier et nous l’avons vu avec la défaite de Strasbourg au C A Bastia. Mais ce qui est inquiétant, c’est notre prestation dans tous les domaines.»

Avant un match, l’entraineur amiénois n’a pas l’habitude de parler des absents.  Il fait confiance aux joueurs qui sont sur le terrain. Il est clair qu’il a été déçu.

« Il nous manquait  quand même quelques leaders, des joueurs cadres . Avant le match, on ne pense pas aux absents.  Après, quand on a la chance de jouer, il faut prouver ce dont on est capable. Le football ne pardonne pas. Le train ne passe pas deux fois.

« De plus, Thomas Monconduit a du sortir au bout d’un quart  et cela nous a complètement déréglés. Il s’est fait surement une grosse entorse.

« Nous sommes dans le dur parce que nous restons sur deux mauvais résultats. Nous sommes dans le dur parce que nous avons des joueurs blessés. « Maintenant, dès ce samedi matin nous reprenons le travail. Un décrassage est prévu. Si nous restons sur la même prestation contre Strasbourg, cela peut nous coûter cher. »

Evidemment, cette  semaine va être importante pour les Amiénois qui sont dos au mur avec l’impératif, juste avant la trêve de faire un résultat contre Strasbourg.

« Mais de grâce, arrêtons de parler de montée  alors que nous ne sommes pas capables de prendre des points contre les derniers. Sur le banc, nous vivons une situation frustrante et énervante. Il va falloir plus d’humilité et faire en sorte que ce groupe qui subit trop les choses et qui  manque d’un leader soit en mesure de faire en sorte  que l’équipe se révolte. Mais c’est à moi de trouver les clés ».

Lionel Herbet