Lesueur, Coulibaly et Moulinet out mais pas pour les mêmes raisons

 Coup dur pour l’athlétisme français qui va peut-être perdre trois athlètes susceptibles d’être sélectionnés pour les championnats du monde qui se dérouleront à Pékin fin août. Chaque cas est cependant spécifique et mérite quelque attention.

Prenons d’abord Eloyse LESUEUR, fille souriante et vraiment sympa. Elle est  double championne d’Europe et également championne du monde en salle 2014 du saut en longueur.

On sait que le saut en longueur mais aussi le triple saut sont des disciplines qui exigent beaucoup de la part de l’athlète. Les muscles sont très sollicités surtout les ligaments. L’accident est donc fréquent.

C’est ainsi qu’à l’entrainement, Eloyde LESUEUR s’est gravement blessée. Elle souffre d’une rupture partielle du ligament postérieur du genou droit. Une blessure qui va nécessiter de longues semaines de repos et de rééducation. Souhaitons beaucoup de patience à cette championne qui espère effectuer sa rentrée fin juin.

Le cas de Toumany COULIBALY est hélas, plus dramatique.

Voilà ce garçon champion de France en salle du 400m, grand espoir de l’athlétisme tricolore qui se met à commettre une série de cambriolages.

Résultat, il a été arrêté et mis en examen.

En attendant d’être jugé, il a pu participer à un meeting à Bamako au Mali. Il a triomphé sur 400 en 46s13. Mais rien ne dit que la Fédération française le retiendra pour Pékin.

Enfin et ce cas nous intéresse beaucoup plus, celui du marcheur de l’Amiens Université Club Bertrand MOULINET.

On connait la situation de ce marcheur qui a disputé les Jeux Olympiques de Londres en 2012, terminant 8e sur 20km et 12e sur 50km. Il réside dans la région de Toulouse et met rarement les pieds à Amiens. Mais lorsqu’il est sélectionné pour les Jeux, il est clair que sa notoriété rejaillit également sur son club et notre région.

Bertrand MOULINET est donc Picard, non pas parce qu’il vit dans notre région mais parce qu’il est licencié dans un club picard. Ce jeudi matin, on ne s’attendait pas à ce que le nom de MOULINET soit à la « Une » de l’actualité. Mais pas pour un résultat mais tout bêtement, une affaire de dopage.

Dans sa crédulité, MOULINET a lui-même devancé l’information en informant ses amis sur sa page Facebook qu’il s’était fait pincer par la patrouille. Il a avoué qu’il avait pris un produit interdit par le Code Mondial anti-dopage, en l’occurrence un FG 4592 soit un agent stimulant la production de l’E P O. Dès qu’on prononce E P O, cela devient vraiment inquiétant. Il est évident que Bertrand MOULINET va être suspendu, la question étant de savoir pour combien de temps.

Peut-être va-t-il, comme il en a le droit, se défendre mais il est clair, que pour  beaucoup de sportifs qui croyaient en lui, une barrière s’est effondrée. Mais ne jetons pas la pierre à Bertrand MOULINET qui pratiquait un sport  difficile, ingrat et surtout pas lucratif pour un sou.

Mais quand même,  cher Bertrand, pourquoi se doper?

Lionel HERBET




  • Laisser un commentaire