Cette année ne fait pas exception : les reports pour causes météorologiques se succèdent à travers des arrêtés interdisant l’utilisation des terrains. Hé oui, nous sommes en Picardie et c’est l’hiver ! Mais plutôt que de pester dans le vide, nous avons préféré interroger les entraîneurs ou dirigeants de clubs pour savoir si une trêve hivernale plus longue serait une solution envisageable, selon eux. Voici leurs réponses :

Azouz Hamdane, entraîneur de l’AC Amiens (actuellement deux matches reportés)

On a des championnats de plus en plus tronqués

Du temps où j’étais joueur, on jouait sur des terrains entièrement gelés. Aujourd’hui, ça n’a rien à voir. Maintenant, pour la moindre goutte de pluie, on a des arrêtés. C’est vrai que c’est difficile. Je serais pour allonger même d’un mois la trêve hivernale pour pouvoir reprendre tranquillement début février et encore ! On a déjà vu des débuts février où c’était très compliqué. Alors une trêve, le bon côté ce serait de pouvoir disposer de bons terrains. Mais derrière, il faudrait aussi trouver le moyen aux joueurs de rester concernés parce qu’un championnat trop morcelé… Je ne sais pas. C’est vrai que c’est une décision assez difficile à prendre. On a des championnats de plus en plus tronqués ; il y a des équipes qui ont trois, quatre matches de plus que les autres. On a du mal à se projeter. Pour certains, on va jouer le mercredi puis le samedi. C’est tout, c’est comme ça. On va le faire parce qu’on doit le faire.

Abilio de Sousa, président Amiens Portugais (actuellement deux matches reportés)

Je pense que ce sera difficile à instaurer

On n’a pas pu s’entraîner pendant deux mois et demi. C’était vraiment compliqué, d’autant que les amicaux ne remplacent pas la compétition. Maintenant, c’est compliqué de décréter une trêve avant le début de la saison. Cela dépend vraiment du temps qu’il fait chaque semaine. Je pense que ce sera difficile à instaurer. Après, il faut prendre en compte que ça coupe en deux une saison. L’an dernier, on avait bien repris après cette période hivernale compliquée. Je ne sais pas comment ce sera cette saison mais ça n’aide pas les clubs à travailler sereinement.

Julien Valeri, entraîneur Amiens Portugais (actuellement deux matches reportés)

Tout le monde est logé à la même enseigne

Je suis favorable à une vraie trêve. Cela pourrait permettre de développer en parallèle un championnat en salle comme le font d’autres sports. Après, cela fait 25 ans que l’on vit avec ce genre d’incertitudes. Il ne faut surtout pas que ça devienne une excuse quand un club commence à avoir de mauvais résultats. Tout le monde est logé à la même enseigne. C’est vrai que c’est difficile de trouver des adversaires pour des amicaux mais sur Amiens nous ne sommes pas à plaindre. On peut même trouver un synthétique pour que certains continuent à jouer.

Titi Buengo, entraîneur-joueur US Camon (actuellement cinq matches reportés)

Je pense que l’on peut jouer tout le temps

On pourrait instaurer une trêve hivernale, comme c’est le cas en Suisse. On y joue davantage l’été en précaution du temps qu’il fait en hiver. Alors, certes, on n’a moins de vacances l’été mais cela permet d’éviter cette période d’incertitude. La vraie trêve est pratiquement en hiver où tu peux rester deux mois et demi voire même trois sans jouer. Cependant, la grosse difficulté est que l’on ne sait pas comment l’hiver va tourner. Si les terrains sont praticables, c’est dommage de ne pas jouer. Personnellement, je pense que l’on peut jouer tout le temps. L’être humain est fait pour s’adapter.

Benoît Sturbois, entraîneur de l’AC Amiens (b) (actuellement cinq matches reportés)

Ce serait nettement mieux à mon sens

À terme c’est ce qui devrait arriver. Moi je suis pour que l’on décide de faire une grosse trêve plutôt que dire « on joue » puis on joue pas. Ça saccade et au final on ne joue toujours pas, ou alors on joue et après on ne joue pas pendant trois semaines puis on reprend. C’est vrai que c’est compliqué pour les coachs. Il faudrait qu’on ait un vrai calendrier avec une grosse trêve, qui permette dans un premier temps de laisser les gens plus en vacance, puis de reprendre avec une vraie préparation. Ce serait nettement mieux à mon sens.

A.R., C.M., E.N., P.F., R.P

Crédit photo : Roland Sauval – GazetteSports

À lire aussi >>

HUMEUR : Il est temps de faire une trêve !




  • Laisser un commentaire