Corentin Ermenault était l’invité, lundi soir, de l’Amiens SC afin de donner le coup d’envoi du derby ASC-Lille.

C’était la troisième fois que le fils du champion olympique assistait à une rencontre de foot à la Licorne et à chaque fois, il a assisté à de bons matches mais aussi à des résultats positifs de l’ASC. Au point que Christophe Pélissier, l’entraîneur de l’ASC qui est un passionné de cyclisme (dans son bureau, trône une photo du champion de France Arnaud Demare auprès de qui il se trouve) souhaite que Corentin vienne régulièrement au stade.

On est supersticieux dans le monde du football

Corentin Ermenault a donc passé une excellente soirée et il n’a pas regardé sa montre même si le lendemain matin, il devait se rendre à Marcoussis afin de subir des tests médicaux. Après des vacances bien méritées, Corentin a repris le collier. On sait désormais qu’en cyclisme, la trêve hivernale n’existe quasiment plus. Dans le cas de Corentin qui change d’équipe, il y a la période de connaissance de ses nouveaux équipiers, de stages, etc.

« D’abord, j’ai vécu un bon match. Un 3-0 cela n’arrive pas souvent et c’était le premier derby de l’histoire. Moi qui aurais aimé être footballeur professionnnel, bien sûr que j’aurais aimé jouer ce match. Quant à ma saison cycliste 2018, elle est en préparation. Voici une semaine encore, elle était au point mort. La préparation pour un coureur cycliste, c’est comme les matches amicaux en football. Jusqu’à Noël, il y aura des entraînements à la fois sur route et sur piste. La route sera prioritaire en 2018. Je vais en stage du 28 novembre au 2 décembre près de Vannes. C’est un stage dit de regroupement et qui est fait pour mieux se connaitre. Nous allons renconter les partenaires de l’équipe. Je suis impatient de mieux connaitre mon futur manager Jérôme Pineau et mes équipiers. Puis nous aurons trois stages en Espagne.

Je vais axer sur la route. J’espère participer au Tour des Flandres si l’équipe est invitée. Je suis prévu sur Paris-Roubaix et Jérôme en a déjà parlé dans les médias. Je n’ai pas peur des pavés et j’adore ce genre de courses. J’entre dans le grand bain. » 

2018 sera donc consacré à la route

« Mais en 2019, je vais reprendre la piste. Parce qu’il y a en 2020 les Jeux de Tokyo et la qualification commence fin 2018. Une chose est sure : je vais mettre la barre très haut. Certes, il n’y a aura plus de poursuite individuelle. Seulement la poursuite par équipes. Il y a aussi une américaine et pour l’heure je n’ai pas de certitudes« .

Enfin, Corentin Ermenault est vraiment heureux d’intégrer cette nouvelle équipe : Vital Concept, au sein de laquelle, il va retrouver de nombreux anciens équipiers et adversaires chez les amateurs et, surtout, un leader revanchard : Bryan Coquard. « Il a confiance en nous comme nous avons confiance en lui« . Quant au Tour de France, Corentin fait preuve de sagesse : « Je ne me sens pas prêt pour le faire ».

Lionel HERBET

Crédits photo : Lionel Herbet – GazetteSports.fr

A lire aussi >>

CYCLISME : Corentin Ermenault manque le doublé

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.

Laisser un commentaire