Retenus en équipe de France de hockey-sur-glace pour affronter la Slovénie, la Biélorussie et la Lettonie lors du tournoi EIHC des Quatre Nations, Jérémie Romand et Rudy Matima ont livré leurs impressions en marge de la venue des Bleus à Amiens.

Romand « content de revenir »

Pour son retour en équipe de France après cinq ans d’absence, Jérémie Romand se montrait satisfait de son bilan. « J’ai pris le temps de jeu que l’on m’a donné, et j’ai essayé de faire mon maximum, expliquait-il. Je pense que j’ai fait ce que l’on m’avait demandé de faire, à savoir jouer simple et travailler. C’est dommage pour les trois défaites, mais je suis content dans l’ensemble. J’avais à coeur de revenir en équipe de France ! »

S’il n’a joué que deux matches sur les trois, l’expérimenté attaquant Amiénois retenait beaucoup de positif de ce séjour en Bleu. « Je suis content d’avoir pu faire partie de ce stage, savourait Romand. On est forcément content quand on porte ce maillot, mais quand on le met devant nos supporters, notre famille et nos amis, ça fait plaisir. Je suis aussi content que Rudy ait pu faire partie de l’équipe avec moi, et je suis satisfait de notre match ».

« Fierté » et « humilité » pour Matima

Moins expérimenté que son compère d’attaque Amiénois, Rudy Matima était également satisfait de porter le maillot de l’équipe nationale. « Porter ce maillot Bleu à Amiens, c’est beaucoup de fierté et d’humilité, avouait le jeune attaquant. Ca fait très plaisir. C’est un bon groupe avec des bons gars qui m’ont bien accueillis ».

Il se montrait toutefois déçu de son temps de jeu face à la Lettonie, devant le public Amiénois. « Je suis un peu mitigé par rapport à ce match, puisque j’ai été coupé, avouait-il. Je pense que je n’ai pas donné ce que le coach voulait ». De quoi créer un peu d’insatisfaction. « Je suis un peu frustré, mais c’est la vie, il faut rebondir ».

Cependant, le talentueux produit de la formation Amiénoise voulait terminer sur une note positive. « J’ai encore des années pour travailler, et je reviendrai plus fort. Maintenant, pour les prochains rassemblements, la décision appartient aux coaches ». S’il relativise sa frustration, il concède néanmoins que ce stage est « une leçon à retenir ».

Adrien ROCHER

Crédit Photo : Léandre Leber – Gazette Sports