FOOTBALL : Amiens, si près mais finalement si loin

0
36

Amiens, si près mais finalement si loin

Face à l’Olympique de Marseille, l’Amiens SC a longtemps donné le change avant de s’écrouler en l’espace de deux minutes (0-2). Si cette défaite met fin à une série de succès, elle démontre aussi le chemin qu’il reste à parcourir pour atteindre l’objectif du club : le maintien.

Pris à son propre piège

Tout au long de la semaine, l’entraîneur amiénois a martelé que, bien que mal-en-point, Marseille restait un adversaire de premier plan. Et sans être flamboyants, les Olympiens ont su livrer un match solide en gagnant notamment une majorité de duels. Alors que la première mi-temps a été axée sur la dimension physique, les Amiénois ont réussi à faire jeu égal avec leurs adversaires. Cependant, leur mauvais début de seconde période a définitivement annihilé toute chance de faire un bon résultat. Et pour cause, Amiens a finalement été pris à son propre jeu : celui de l’engagement et de l’intensité. « Je ne sais pas si le score est mérité mais Marseille n’a pas volé sa victoire. Ils ont fait leur match alors que nous n’avons pas été très dangereux », concède Harrison Manzala.

« A partir du moment où l’adversaire gagne plus de duels, c’est difficile pour nous de gagner, ajoute-t-il. Je ne dirais pas que nous leur avons facilité la chose mais ils ont profité de nos erreurs pour l’emporter ». Deux erreurs en l’espace de deux minutes pour permettre aux Marseillais de s’envoler dans un match longtemps haché et disputé mais loin d’atteindre des sommets footballistiques. « Nous ne pouvons pas vraiment être déçus. Ce n’était pas un grand match de football mais nous devons vraiment être frustrés de perdre le match de cette manière, assène Julien Ielsch. Cette deuxième mi-temps nous coûte le match. C’est vraiment un aspect sur lequel nous devons travailler car nous avons déjà eu un quart d’heure difficile en deuxième mi-temps à Strasbourg. » Un temps faible que l’ASC avait traversé sans encaisser le moindre but.

L’expérience fait la différence

Or, ce genre de relâchement reste rarement impuni contre un adversaire du calibre de l’OM. Ainsi, Clinton Njie a profité des errements de la défense picarde pour plier le match et mettre fin à tout suspense.  « Il n’y avait que les journalistes et les supporters qui étaient unanimes sur le fait que l’on allait battre l’Olympique de Marseille. Il suffit de regarder cette équipe, de voir qu’il n’y a que des internationaux, pour redevenir lucide, rappelle le latéral gauche reconverti milieu de terrain depuis Nice. Cela reste une très grosse équipe de Ligue 1 et nous n’avons pas à rougir de notre match. » Néanmoins, les Amiénois n’ont pas su saisir leur chance quand celle-ci s’est présentée à eux. « Dans leurs temps faibles, où nous pouvons marquer sur trois-quatre occasions, ils parviennent à faire le dos rond et à ne pas encaisser de but. A l’inverse, nous avons cinq minutes de battement et nous perdons 2-0 », résumé Ielsch.

Effectivement, si Amiens a traversé un vrai temps faible, l’OM a également eu le sien en fin de première période. Cependant, les joueurs de Rudi Garcia ont eu le mérite de ne pas sombrer en s’appuyant sur une réelle discipline et, il est vrai, une certaine part de chance. Pourtant, les Amiénois n’ont pas donné le sentiment de se laisser griser par le contexte autour de ce match. « Personne n’a joué pour sa poire mais nous n’avons pas vraiment appliqué ce que le coach nous avait demandé », reconnait Harrison Manzala. Avec deux victoires pour quatre défaites, le début de saison de l’Amiens SC dénote une certaine forme d’inconstance. S’il est vrai que les coéquipiers de Thomas Monconduit ont affronté des adversaires de premier ordre – parmi lesquels le Paris Saint-Germain, l’AS Saint-Etienne et l’Olympique de Marseille – leur inconstance au sein même des matches est très certainement l’axe d’amélioration prioritaire du staff technique.

Nul doute que Christophe Pelissier ne serait pas contre l’idée de voir son équipe réaliser un match plein contre Caen, samedi. Si tel était le cas, l’Amiens SC devrait rentrer de Normandie avec le sourire aux lèvres. A contrario, cette inconstance pourrait à nouveau s’avérer fatale.

Romain PECHON

A lire aussi >>

FOOTBALL – Serge Gakpé : « On a tout perdu en cinq minutes »

Crédits photo : Leandre Leber – GazetteSports.fr




  • LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.