A l’instar de Vincent Créhin avec Avranches, Jonathan Tinhan a joué contre l’ASC en championnat en fin de saison dernière. C’était même lors du dernier match au stade Bauer contre le Red Star. Mais jamais,  cet attaquant d’origine béninoise, n’aurait imaginé qu’il porterait quelques semaines plus tard le maillot amiénois.

« Non, franchement, je n’en savais rien. J’étais alors en discussion avec le Red Star pour prolonger mon contrat. Cela ne s’est pas fait.  Les premiers contacts avec Amiens remontent  au mois de juin. John Williams puis l’entraineur m’ont appelé. Les discussions ont un peu duré avec mon agent mais j’ai  donné mon accord ».

Et voilà Jonathan Tinhan qui continue son ascension .. géographique. Après avoir joué à Grenoble, Montpellier, Arles et le Red Star, il est aujourd’hui dans le Nord de la France et visiblement, cela lui plait.

« C’est vrai que   cela me fait découvrir de nouvelles régions. »

En un an, il arrive dans un troisième club, après Arles et le Red Star où il avait signé durant le Mercato hivernal. Ce qui lui inspire cette réflexion :

« En ce moment, au niveau de la stabilité, ce n’est pas évident mais il faut essayer de voir avant tout le côté positif. Et puis, cela fait partie du football».

Toutefois, par rapport au Red Star où il était le « nouveau », cette fois à l’ASC, l’intégration s’effectue plus facilement d’autant qu’il connait bien Julien Ielsch qui était son équipier au Red Star.

A 26 ans, Jonathan arrive précédé d’un

palmarès plus que correct. Il a été champion de France avec Montpellier, a joué  en L 2 avec Arles et connu des entraineurs qui lui ont beaucoup apporté. Tels René Girard à Montpellier avec qui il a été champion de France « c’est un souvenir magnifique », ajoute-t-il ;  mais aussi Bazdarevic qui l’a lancé dans la carrière, Yvon Pouliquen qui lui a fait le plus longtemps confiance etc..

Enfin, cet attaquant se distingue par une qualité essentielle : la vitesse.

« Ma qualité première c’est en effet, la vitesse. Mon jeu est basé  dessus. Le  coach connait mes qualités. Avec Vincent Créhin, nous allons bien sûr jouer  autrement ». Soit provoquer les défenseurs adverses et non pas rechercher les contacts physiques. D’où le choix de l’entraineur qui a parlé de profil différent pour ses attaquants dont fait aussi partie Samir Henaini que nous présenterons prochainement.

Lionel HERBET




  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.