ATHLÉTISME : Bonne première journée pour l’Amiens UC

exif jpeg 420
Ⓒ Thomas Jordier vient de couper la ligne en vainqueur, et avec son record à la clef.
Publicité des articles du site GazetteSports

Ce n’étaient que les séries, mais les sociétaires de l’Amiens UC ont fait le travail lors de cette première journée de compétition aux championnats d’Europe de Munich.

Si cela a commencé difficilement pour l’équipe de France avec l’abandon précoce de Kevin Mayer, c’est du côté de la Belgique qu’on avait plutôt le sourire après une première journée de décathlon, et avec un pensionnaire de l’Amiens UC. Car si le bilan global peut paraître nuancé, Niels Pittomvils l’affirme : « Je n’avais pas beaucoup d’attentes, je suis heureux. » En effet, « je n’ai pas fait de beaucoup de compétitions, explique le Belge, j’étais blessé l’année dernière, j’ai eu une déchirure à la cheville donc je suis content d’être ici. »

exif jpeg 420
Des hauts et des bas durant cette première journée du décathlon, mais avant tout du positif pour Niels Pittomvils.

Dans le détail, malgré un 18ème temps, « je suis content de mon 100 m, c’est propre, même si ce n’est pas extraordinaire. » En revanche, « en longueur (14ème, ndlr), je suis un peu déçu. Le vent changeait beaucoup donc c’est dur de trouver les bonnes marques. Le dernier essai, c’est à 7,10 m, mais ce n’est pas ce que je voulais. » Mais il est finalement parvenu à lancer complètement sa journée avant la pause, sur le lancer du poids, en réalisant la 3ème performance : « Le poids, c’est correct, j’ai battu mon record il y a deux semaines, c’était la première fois que je faisais plus que 15 m, je suis content de ça ! »

De quoi arriver le midi en 13ème position, « un bilan correct ». À ce moment de la journée, « la santé est encore bonne. Je crois que ça se présente bien pour la suite, on verra à la hauteur », nous confie-t-il. Et on l’a plutôt vu à son avantage, avec une 7ème place à 2,02 m. « Je suis content, niveau technique, je ne l’ai pas beaucoup travaillée après la blessure et ça a très bien été », se réjouissait-il en fin de journée. Après, donc, un 400 m moins réussi, avec le 18ème et dernier chrono des athlètes encore en lice. Pas de quoi miner le moral du Belge qui y voyait une explication logique : « Sur le 400, je pensais que j’irai un peu plus vite, mais je ne me suis beaucoup entraîné dessus. Après 4 épreuves, dans un décathlon, mon corps n’est peut-être pas encore prêt pour faire un bon chrono. » Désormais 14ème, il n’en est toutefois encore qu’à mi-parcours, « je vais faire un peu de récupération, bien dormir et ensuite, ça recommence. » Dès 9h13 ce mardi.

Direction les demies

Quant aux séries sur les courses, elles ont été plutôt probantes. Kobe Velminckx n’a certes pas fait d’exploit mais il a assuré l’essentiel, c’est-à-dire une 3ème place de sa série du 100 m avec un chrono de 10.34. De quoi le revoir ce mardi à 20h19 dans une demi-finale qu’il sera difficile de surmonter mais qui lui permettra d’affronter le champion olympique en titre, Marcell Jacobs.

exif jpeg 420
S’il est tout sourire avec Gilles Biron, Thomas Jordier sait que le plus dur reste à faire en demi-finale ce mardi.

Quant à Thomas Jordier, dans la foulée de son 28ème anniversaire, il s’est distingué sur le tour de piste, non seulement en dominant sa série, mais en signant en plus son record personnel : 45.39 ! Alors, forcément, « je suis très content, c’est un chrono que je cherchais depuis quelques années. » Pour autant, l’Amiénois reste sur la réserve : « Maintenant, il faut faire beaucoup mieux pour arriver à ce titre européen et à une finale mondiale. » Et avant même cela, « le plus important, c’est de se hisser en finale, de réitérer cette performance » et même de l’améliorer, notamment, « partir un peu plus vite. Je suis parti assez lentement sur le premier 150 et ça s’est mis en route en deuxième partie de course. Il faudra être plus pointilleux sur le départ. »

Rendez-vous est donc donné ce mardi à 12h33. Et avec « 9 concurrents qui rentrent, le championnat commence vraiment maintenant » estime Thomas Jordier, pour qui « il faudra hausser encore le niveau. » Avec des jambes mieux rodées, ce qui ne constitue pas un avantage selon lui : « Je pense que sur le 400, il n’y avait pas besoin de se mettre en route tout de suite, ça reste une course pointilleuse en termes énergétiques, je pense qu’ils sont très contents de ne pas avoir une course en plus. » À commencer par Kevin Borlée et Alex Haydock-Wilson, les deux hommes les plus rapides de la saison dans cette série et qui partent donc favoris pour les 2 places en finale.


À Munich, Morgan Chaumier
Crédit photo : Morgan Chaumier