ÉDITO : Christophe Laporte a évité l’humiliation

christophe laporte paris roubaix 2022
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Lionel Herbet revient sur la seule victoire française du dernier Tour de France, intervenue in extremis.

C’était vendredi soir au stade de la Licorne à Amiens. L’entraîneur de l’Amiens SC Philippe Hinschberger était venu, le plus simplement du monde, devant la poignée de jeunes journalistes qui voulaient s’informer avant le dernier match amical qui allait opposer le lendemain l’ASC à Quevilly.

gif gazette illustrator avec effets

Visiblement, l’entraîneur amiénois qui aime le cyclisme se félicitait d’entrée de la belle victoire remportée par le Français Christophe Laporte au terme de la 19e étape qui menait les coureurs du Tour de France à Cahors.

Ouf ! Il était temps et déjà, les médias tentaient de plonger dans leurs archives afin de retrouver la dernière année au cours de laquelle un Tour de France s’était achevé sans une seule victoire d’étape française. C’était au siècle dernier.

Le travail de l’ombre récompensé

Christophe Laporte est un coureur français qui a porté le maillot de Cofidis mais qui, surtout, s’est transformé depuis qu’il a rejoint l’équipe Jumbo-Visma. Une formation redoutable qui, dans ce Tour de France, a eu la chance de compter le maillot jaune Jonas Vingegaard et le porteur du maillot vert Wout Van Aert.

Jusqu’à présent, Laporte s’était beaucoup sacrifié pour ses deux leaders et dans le dernier kilomètre de cette 19e étape, van Aert lui a rendu en quelque sorte sa liberté et de jouer à fond sa carte personnelle. C’est ce qui s’appelle un véritable travail d’équipe. Visiblement, Van Aert, à qui on a parfois reproché son individualisme, possède l’esprit d’équipe qui compte énormément dans le Tour de France. Et ce n’est pas le sociétaire de la Groupama FDJ David Gaudu qui dira le contraire, lui qui a été aidé souvent dans les cols par son équipier Valentin Madouas.

Les Français en retrait, conséquence de l’internationalisation du cyclisme

Certes, Christophe Laporte est français mais il porte un maillot d’une équipe étrangère dans laquelle il s’épanouit totalement. Un peu comme par exemple Karim Benzema qui a remporté une nouvelle Ligue des Champions cette année avec le Real Madrid. Du coup, on ne pourra pas dire que le cyclisme français revient bredouille de la Grande Boucle puisqu’au-delà de ce succès de Laporte, il faut quand même reconnaître que Gaudu et même Romain Bardet ont su parfois tirer leur épingle du jeu. On regrettera en passant les abandons forcés pour cause de Covid de Warren Barguil et Guillaume Martin.

Maintenant, les Français n’ont gagné qu’une seule fois, mais il faut évidemment constater que le cyclisme est aujourd’hui mondial et qu’elle est bien loin, cette époque qui voyait ce sport se pratiquer essentiellement en Europe et seulement dans quelques pays (France, Italie, Espagne, Belgique, Hollande). Toutefois, on ne peut que déplorer les absences d’Arnaud Demare et Julian Alaphilippe. Ces deux champions auraient sûrement franchi au moins une fois la ligne d’arrivée en levant les bras. Mais ce sont des choix non seulement des directeurs sportifs mais aussi des firmes qui emploient ces champions.

Pour ce qui concerne le Picard Arnaud Demare, nous souhaitons évidemment le voir en action dans les rues d’Amiens le vendredi 26 août à l’occasion du critérium Jean Renaux

Lionel Herbet
Crédit photo : Clémence LN – CC BY-SA 4.0

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.