AMIENS SC – Philippe Hinschberger : « On a pris 10 buts en 3 matchs, mais il n’y a pas de quoi s’inquiéter »

football ligue 2 amiens sc paris fc kevin devigne gazettesports 79
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

De retour de Belgique, où ils se sont inclinés 4 buts à 2 sur la pelouse de Louvain, les Amiénois accueillent pour la première fois de leur préparation un pensionnaire de Ligue 2, Le Havre. À cette occasion, Philippe Hinschberger nous a accordé un entretien pour faire le point à deux semaines de la reprise.

Es-tu satisfait du contenu du match de mercredi chez un adversaire qui a terminé 11ème en élite belge la saison passée ?

Il a fallu qu’on résiste au bon pressing des Belges, on l’a plutôt bien fait sur les 15, 20 premières minutes, le temps qu’on s’organise pour rentrer dans le match. Après, les grosses occasions en première mi-temps sont pour nous. Deux têtes à bout portant d’Aliou Badji qui, je pense, auraient eu un meilleur sort la saison dernière et un face-à-face où le gardien fait une parade extraordinaire. Donc trois occasions en première mi-temps, sans compter Leautey, Gomis, ou encore Tolu qui en trois matchs aurait pu mettre 5 buts, je pense… On est à la recherche de cette efficacité, sur laquelle je n’ai pas la main, mais mon objectif, c’est qu’on se crée des occasions. Après, il faut les mettre au fond. Je suis plutôt content de ce qu’on a pu produire dans ce contexte.

Un buteur qui ne marque pas, c’est comme un sprinteur qui ne gagne pas, c’est dans la tête…

Il faut mettre les gens en confiance, ne pas se prendre la tête, Aliou c’était sa première mi-temps, on sait ce que ça vaut. Tolu, ce n’est pas un garçon qui marque souvent. La saison dernière il a marqué 8 buts, mais il les a mis en 6 matchs. Il a une cadence de matchs pour marquer qui n’est pas importante aujourd’hui, ce n’est pas comme Charbonnier (AJ Auxerre) où tu sais qu’un match sur deux il va marquer ou faire une passe décisive.

C’est important qu’on trouve les bons automatismes, qu’on apprenne à bien connaître son partenaire.

Voici le quatrième match de préparation qui arrive : est-ce qu’on se rapproche de l’équipe type ?

On cherche nos connexions. On a refait notre défense. Nicholas (Opoku) n’a quasiment pas joué avec nous la saison dernière. Avec Barry, ça fait deux nouveaux défenseurs sur trois. Pour l’instant, on n’a pas refait notre attaque parce que nos deux attaquants étaient déjà là, donc c’est plutôt pas mal en terme de connexion. C’est important qu’on trouve les bons automatismes, qu’on apprenne à bien connaître son partenaire, c’est l’objectif.

Sur les premiers matchs que l’on a pu voir, le gros chantier semble être la défense ?

Oui et non. On a pris 10 buts en 3 matchs, mais on ne peut pas non plus s’inquiéter pour ça. À Louvain, on finit la dernière demi-heure contre une belle équipe belge, avec Kassoum Ouattara et Junior Fofana qui sont un arrière gauche et un milieu de terrain dans un poste de défenseur d’axe à trois, ils n’ont pas du tout de repères, donc ce n’est pas un cadeau que je leur ai fait. Pour moi, le score est anecdotique, parce qu’on peut aussi mener 3-0 à la mi-temps quand on voit les occasions d’Aliou Badji. Le jour où on prendra des buts à la pelle avec notre défense type, je serai un petit peu inquiet.

Est-ce qu’on prépare un match amical de la même manière qu’un match de championnat ?

On regarde un peu comment ils jouent pour ne pas être surpris. Les Belges, on sait que ça presse beaucoup. Le Havre va sûrement venir sur le même système qu’ils ont utilisé dans l’année, un 4-3-3. Ça nous donne une petite indication par rapport au système, mais on essaye surtout de se mettre en place, nous.

Le Havre joue également en Ligue 2 : est-ce important de rencontrer des futurs adversaires pour pouvoir se jauger ?

Oui, surtout que Le Havre est un peu dans le même périmètre. Ils ont fait une dernière saison qu’ils attendaient meilleure aussi. C’est un club qui aspire aussi à remonter. C’est intéressant entre ce match et Quevilly – Rouen Métropole la semaine prochaine, dans un style différent, de se comparer. C’est mieux que de jouer des D1 belge qui, a priori, sont plus fortes que nous.

Lomotey et Formose Mendy ne joueront pas.

Est-ce qu’il y a des absents contre Le Havre ?

Lomotey et Formose Mendy ne joueront pas.

Es-tu satisfait de ce que tu as pu voir des dernières recrues sur le peu de temps de jeu qu’ils ont eu ?

Si on prend Barry, je trouve que ce qu’il fait, c’est plutôt bien techniquement. Gélin va nous apporter beaucoup par sa vision du jeu, son expérience, son expertise et sa connaissance. Leautey nous amène beaucoup de vitesse, de qualité de dribble, de percussion, mais aussi de jeu dans l’espace, c’est important. Ring met un peu plus de temps à s’acclimater, avec la langue, il va se trouver un appartement avec sa femme et leurs deux enfants, ce sera déjà un peu plus facile pour lui. Ange Chibozo, on ne l’a vu que 30 minutes, mais de ce qu’il nous montre à l’entraînement, c’est un petit gabarit, très accroché au sol, très adroit devant le but. Ce n’est pas un joueur de profondeur, c’est un garçon qui aime avoir le ballon dans les pieds, donc il peut être complémentaire.

4ème rencontre amicale, samedi 16 juillet, 17h30, stade annexe de La Licorne, Amiens (entrée : 5€, gratuit pour les partenaires et les abonnés, 299 places disponibles) : Amiens SC – Le Havre

Julien Benesteau
Crédit photo : Kevin Devigne – Gazette Sports