EDITO : Tony Yoka devra être fort mentalement pour rebondir

Ⓒ Tony YOKA ( FRA )
Publicité des articles du site GazetteSports

Près de dix mille spectateurs ont assisté samedi soir à Paris à la première défaite chez les professionnels de Tony Yoka.

Si on n’a pas vu le combat chez Canal-Plus, la défaite aux points en dix reprises pourrait être honorable. Mais tel n’est pas le cas et nous estimons, au contraire, que cette défaite devrait être au contraire, lourde de conséquences. C’est que cette défaite va bien au-delà d’un revers en dix reprises.

Tony Yoka a été nettement battu par le Congolais Martin Bakole, un dur au mal et qui avait parfaitement préparé son affaire. C’est aussi un boxeur qui a l’habitude d’aller dans les camps d’entrainement des plus grands tel Fury.

Toutefois, en regardant la première reprise, nous nous sommes demandés si nous n’étions pas revenus dix huit mois en arrière. Souvenons nous. Tony Yoka avait immédiatement pris le dessus sur l’Abbevillois Johann Duhaupas qui se retrouvait rapidement dans les cordes puis au sol. Nous n’étions seulement que dans le premier round et l’arbitre n’avait pas hésité. Il avait arrêté  le combat estimant que la santé de Duhaupas était en jeu. Le boxeur picard subissait un cinglant échec avant la limite dont il s’est remis difficilement.

Samedi, la situation fut quasiment la même en ce sens que Bakolé a d’entrée surclassé Yoka qui s’est retrouvé dans les cordes puis au sol. Mais cette fois l’arbitre n’a pas mis fin au combat. Il a compté 8 Yoka qui est reparti au combat.

Le champion olympique a été compté une deuxième fois mais ce n’était pas à la suite d’un coup mais d’un problème avec une cheville. En n’arrêtant pas Yoka, l’arbitre lui a permis de récupérer progressivement et parfois de faire bonne figure face à un homme qui en a surpris plus d’un.

On n’est donc pas surpris d’apprendre que les adversaires de Bakole ne se bousculent pas au portillon. La victoire de Bakole ne souffre d’aucune contestation.

Et pourtant, au moment du verdict, on a vu un juge se prononcer pour un nul. Mais oui… Un scandale et après on se demande pourquoi la boxe engendre des scandales comme par exemple aux Jeux Olympiques de 2016.

On comprend maintenant que le CIO cherche à enlever la boxe de son programme. C’est le mal de la boxe surtout dans les réunions d’amateurs. Si vous ne gagnez pas par ko chez votre adversaire, vous serez battu. Honte aux juges malhonnêtes. 

Pour  revenir à Tony Yoka, dont on sait maintenant qu’il ne sera jamais un …Georges Carpentier, il faut maintenant qu’il se repose et se refasse une santé morale. Il reste un grand champion qui mérite notre respect pour son courage samedi soir et surtout que Canal-Plus ne l’abandonne pas.. Mais là c’est une autre histoire.

Lionel Herbet

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.