FOOTBALL : L’Olympique Amiénois un club en plein développement

fb img 1636800031268
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Benjamin Desson, entraineur de l’équipe senior réserve et co-responsable de la communication du club a évoqué pour nous l’essor de l’Olympique Amiénois.

Pouvez-vous nous présenter le club de l’Olympique Amiénois ?

Le club existe depuis 1913, c’est un des plus vieux clubs sur Amiens. On a exactement 13 équipes au club, la première et la plus jeune : ce sont les U7. Il y a même deux équipes dans cette catégorie. Après on a quasiment toutes les catégories jusqu’aux vétérans, on a donc13 équipes et 10 éducateurs au club. Pour ce qui est des entraînements en seniors c’est le mardi et le jeudi de 19h à 21h. On est 3 à gérer les entraînements, il y a l’entraîneur de l’équipe première, moi-même et un préparateur physique. On a une première session d’entraînement le jeudi qui est spécifique aux physiques, aux préventions des blessures, ou aux reprises pour les gens de retour de blessures. Pour les matchs c’est le week-end. Les matchs des jeunes c’est essentiellement le samedi, les plus petits jouent généralement le samedi matin. Ensuite l’après-midi ce sont les autres équipes de jeunes. En sachant que nos équipes jeunes vont jusqu’aux U19. Pour les seniors les matchs se déroulent le dimanche. Nos deux équipes seniors évoluent en district, la première évolue en 2e division et la réserve en 4e division.

Amiens compte beaucoup de clubs de foot, qu’est-ce qui vous distingue des autres ?

Déjà la date de création du club, on fait partie des clubs les plus anciens sur la métropole. Le club a été fondé en 1913. Ensuite nos nouvelles infrastructures qui ont été créées il y a 5 ans, il y a toute une petite ville qui se construit autour de l’hôpital sud. On est en train de créer un nouvel univers autour de l’Olympique Amiénois depuis qu’on est là-bas. On a souvent eu l’étiquette de club sans ambition, un club familial, ce qui n’est pas désagréable à entendre, être un club familial ça sous-entend des valeurs qu’on est fier d’avoir et qu’on cherche à garder évidemment, mais maintenant on est un peu plus axé sur le sportif et l’objectif d’amener une équipe que ce soit en jeunes ou en seniors dans les divisions supérieures.

L’objectif premier de cette saison c’est vraiment de créer un groupe homogène

Quelles sont les objectifs du club cette saison ?

L’objectif premier pour les équipes seniors en général, c’était de recréer un nouveau groupe. On est parti sur une toute nouvelle dynamique avec un changement d’entraineur à la tête de l’équipe première et il y a plus de 50% de l’effectif senior qui a été renouvelé de par le covid, de par des envies d’ailleurs, par plein de facteurs en fait, le groupe a été très rajeuni. Donc l’objectif premier de cette saison c’est vraiment de créer un groupe homogène et de pouvoir évidemment prétendre dès l’année prochaine a une montée. Même si aujourd’hui on est très bien classé, les deux équipes sont premières de leurs groupes respectifs, la montée n’est pas l’objectif de cette saison. Apres si on peut le faire, on va bien sûr pas se gêner et ça serait bien, mais on veut avant tout créer un groupe pour prétendre avoir des ambitions dès l’année prochaine.

Vous parlez d’un club en plein de développement, qu’est ce que ça veut dire concrètement ?

C’est tous les bâtiments qui se construisent autour, c’est aussi surtout la structuration du club. Depuis 5 ou 6 ans on travaille avec des responsables de l’école de foot pour attirer les jeunes et les garder au club et on commence à voir un petit peu le fruit de ce premier travail. Aujourd’hui on a mis un coordinateur sportif chez les adultes qui est également entraîneur de l’équipe première. Donc il gère vraiment la partie seniors-U19 car il faut vraiment faire le pont entre ces catégories-là. Il faut faire ce lien pour garder les jeunes chez nous, pour pouvoir ensuite avoir des jeunes qui se sentent concernés par le projet du club.

img 20211101 110651 520

Mais du coup votre club se développe alors qu’on sort tous juste de deux années compliquées pour les associations, suite au covid. On a l’impression que l’Olympique Amiénois en tant que club s’en est plutôt bien sortie face a la crise sanitaire ?

Il y a bien sûr eu un impact comme sur tous les clubs, on a eu beaucoup de questionnement pour savoir si cette saison allait se dérouler normalement. Les licences ont un petit peu traîné pour être finalisées, être enregistrées sur le début de saison. Maintenant si on parle juste au niveau des adhérents on a 220 adhérents aujourd’hui et c’est 15 de plus que l’année dernière alors qu’on était en plein covid. Donc finalement on a réussi notre communication en interne et on a réussi à structurer l’organigramme du club pour pouvoir obtenir ce genre de résultats en matière de licenciés. Ça nous a permis de restructurer les choses, créer des cellules qui n’existaient pas chez nous, comme la cellule communication. On est sur les réseaux sociaux, avant on avait un ou deux joueurs qui s’étaient lancés en soliste là-dedans. Là on a organisé les choses avec un responsable communication et un co-responsable communication, moi. On a créé un instagram pour le club, mais on a aussi organisé aussi des événements qui sont un petit peu nouveau pour nous. Par exemple, pour octobre rose, (NDLR, dimanche 24 octobre) on a fait un match caritatif avec une équipe féminine en sachant qu’on n’a pas officiellement d’équipe féminine.

Est-ce que c’est un objectif pour vous d’avoir une équipe féminine ?

Ça a en effet était une réflexion lors de la dernière réunion la saison dernière avec les dirigeants du club. Le souci c’est qu’on avait vraiment pas de visibilité sur cette création d’équipe. Cette saison c’est un premier pas vers les féminines, parce qu’on s’est rendu compte que c’est quelque chose qui fonctionnait bien, qui est à la mode aussi je dirais. Après le problème c’est qu’il y a beaucoup de clubs qui s’y mettent mais beaucoup de clubs ont du mal à boucler leurs équipes. Donc on ne voulait pas « faire une équipe pour faire une équipe » et l’envoyer tous les week-ends au « casse-pipe » parce qu’on n’a pas suffisamment de joueuses. Donc on a réfléchi et je pense que ce se fera plutôt l’année prochaine et sur du foot à 8 pour commencer et voir comment ça se développe. Pour éventuellement après, si ça fonctionne, bien les amener jusqu’à du foot à 11.

On aimerait bien devenir une référence dans l’amiénois d’ici quelques années

Quels sont les objectifs du club sur le long terme ?

On essaie de se structurer et chez nous la structuration ça passe par la formation de tous nos éducateurs. On met un point d’honneur cette saison à faire que beaucoup de jeunes joueurs deviennent éducateurs et on a vraiment envie de pouvoir les former à leurs catégories pour pouvoir ensuite les suivre. Très peu de gens le savent mais on a des superbes infrastructures, on a une des meilleures pelouses de l’amiénois donc l’un de nos objectifs sur le long terme c’est de devenir un club attrayant, on aimerait bien devenir une référence dans l’amiénois d’ici quelques années.



Deparis Maxime

Crédit photo : DR