PÉTANQUE : L’ASPTT accueillait le Comité Départemental Handisport

235418003 2064252470390402 1107104380482470027 n
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Samedi dernier avait lieu, à l’initiative du Comité Départemental Handisport et accueilli par l’ASPTT Pétanque, un tournoi de pétanque mixte handi-valide. L’occasion de mêler compétition et moment de convivialité.

Deux semaines et huit activités plus tard, le programme High Five du Comité Départemental Handisport était de retour à Amiens ce samedi 14 septembre. Plus précisément au boulodrome de l’ASPTT Amiens Pétanque. Ils étaient précisément 23 sportifs présents, 11 du mouvement handisport associés en doublette (mais avec également une triplette) avec des boulistes du club amiénois. Un événement qui regroupait, du côté du mouvement handisport, aussi bien des participants issus du FAM d’Harbonnières que des habitués du programme High Five inscrits individuellement.

Le concours se déroulait sur la matinée, de 9h à 13h. Après la constitution, par tirage au sort, des doublettes, afin que « que les joueurs ne soient pas forcément toujours avec la même personne, c’est l’occasion de créer du lien social », selon Benjamin Gallien, du CD Handisport, celles-ci disputaient jusqu’à 4 rencontres pour obtenir un classement effectué au point-average pour ne pas léser les doublettes ayant disputé moins de matchs. S’il n’était pas question de prendre l’événement à la légère, comme nous le confirme André Dournel de l’ASPTT qui estime que « si on joue sans conviction, cela serait vexant pour les sportifs handicapés qui sont avec nous », ce n’est toutefois pas le résultat qui constitue l’attrait principal de cette demi-journée sportive.

Un événement convivial

Benjamin Gallien nous explique d’ailleurs que l’un des intérêts de cet événement, c’est « la convivialité. on n’est pas axé que sur la pratique de compétition, on est beaucoup sur la promotion du sport-loisir, de venir chercher du plaisir avant l’aspect compétitif. C’est important. Aujourd’hui, c’est un tournoi mais les gens viennent pour se faire plaisir avant tout et pour trouver cette convivialité qu’on retrouve à la pétanque. »

« On est là pour s’amuser » confirme ainsi Romain, l’un des participants. Et si le fait qu’il y ait « un bon niveau » permet de rendre les rencontres plus agréables, c’est aussi la certitude de passer un bon moment qui incite tout le monde à revenir. En effet, tous les participants avec qui nous avons pu échanger s’étaient tous déjà pris au jeu par le passé et sont revenus parce qu’ils en avaient apprécié l’ambiance, que ce soit Kelly, nageuse malentendante, Romain et ses deux camarades du basket-fauteuil ou encore Johany, du FAM d’Harbonnières, qui ne cachait pas son plaisir à l’issue de la demi-journée, même s’il n’avait pu renouveler la victoire acquise lors de sa précédente participation.

Une situation favorisée par l’implication de l’ASPTT Pétanque, un partenaire régulier du CD Handisport. « L’ASPTT Pétanque fait depuis des années des sorties avec nous. On est très bien accueilli à chaque fois et ils sont très volontaires sur ce genre de manifestations. L’ASPTT a une section handisport déjà affiliée à la Fédération Française Handisport, donc qui connaît déjà un peu le monde du handicap », souligne Benjamin Gallien.

Décloisonner les pratiques

Pour autant, même dans un club déjà mobilisé, ce dernier estime que ce genre d’événement permet « de montrer que la pétanque peut se jouer en fauteuil aussi. Ça sensibilise les valides au sport handicap. » A l’inverse, cela permet aussi « d’être confrontés à d’autres personnes parce qu’on retrouve souvent les mêmes compétiteurs durant l’année, de créer des échanges, sur le handicap, sur le sport, sur les adaptations possibles », nous explique Benjamin Gallien

Dany Tonneau, président du Comité Départemental de Pétanque, estime par ailleurs, que « c’est une ouverture de la pétanque vers le monde extérieur. » Et Laurence Peltot de l’ASPTT d’ajouter en évoquant les sportifs du mouvement handisport : « Ils nous apportent beaucoup ! » Mais l’inverse est vrai aussi. Benjamin Gallien détaille ainsi à propos de la mixité du tournoi : « L’idée de se confronter avec des valides, c’est aussi rechercher la technicité de la pratique. Ce sont des joueurs de pétanque à l’année, ils sont formatés pétanque, c’est aussi cette expertise qu’on vient chercher. » Ce que ne contredira pas Romain qui, énumérant les intérêts d’un tel tournoi, met justement en avant le fait d’être « avec les joueurs du club, du coup, c’est sympa, ça nous permet d’apprendre. »

Le sport, un outil pour évoquer le handicap

Alors que toutes les parties prenantes insistent sur le fait que cet événement est profitable à tout le monde, cela fait dire à Benjamin Gallien que « le sport est un superbe outil pour évoquer le handicap, les gens viennent transpirer, comme vous et moi, viennent se confronter à un adversaire, comme vous et moi. On retrouve les mêmes valeurs qu’on soit en situation de handicap ou non. » Ce que confirme André Dournel quand, évoquant le handicap de ses partenaires et adversaires du jour, souligne qu‘ »on finit par ne plus le voir ».

Un outil qui sera utilisé de manière différente lors de la prochaine session pétanque puisque, cette fois, le 4 septembre prochain, il s’agira d’un déplacement dans un club abbevillois pas encore affilié au mouvement handisport, avec dans l’idée « de leur montrer comment ça se déroule et pourquoi pas créer une affiliation pour que ce club soit aussi ouvert à accueillir des personnes en situation de handicap moteur ou sensoriel. »


Morgan Chaumier

Crédit photo : Benjamin Gallien – CD Handisport 80