TRIATHLON : Pour Chloé, le SMAC Triathlon a mis les pieds dans les pédales pendant 24 heures

95997327 1577654412384031 1337600167712391168 N
Ⓒ Gazette Sports

Pendant 24h, les membres du SMAC Triathlon et d’autres sportifs ont eu à cœur de pédaler pour venir en aide à l’association « Tous Ensemble pour l’Avenir de Chloé. »

Le week-end dernier, une belle initiative a été engagée par le SMAC Triathlon en faveur de l’association « Tous Ensemble pour l’Avenir de Chloé« . L’objectif ? Pédaler 24h en relais pour cette jeune fille de 19 ans, atteinte de deux maladies orphelines. Flora Bove, l’investigatrice du projet, revient sur cet événement qui a suscité l’intérêt de nombreux sportifs, alors qu’il n’était à l’origine réservé qu’aux licenciés du club, et qui a permis d’offrir du soutien à Chloé, et à sa famille, tout en relevant un joli défi sportif.


Bonjour Flora ! Pouvez-vous nous livrer une brève présentation de vous ?

J’ai 27 ans, j’habite à Salouël. Je fais du triathlon depuis deux ans mais je suis quelqu’un qui touche à plein de sports. Avant, j’étais à fond dans le kayak. Je me suis mise au cross-fit et au triathlon. Ce que j’ai voulu avoir dans un club de triathlon, c’était surtout l’esprit familial et des défis. C’est pour ça que j’ai intégré le SMAC Triathlon.

Tout d’abord, en quoi consistait le « 24h à pédaler pour Chloé » ?

Ça a démarré juste entre licenciés du club. On était tous confinés chez nous, il y en avait beaucoup qui avait un home trainer, et on faisait nos sorties chacun de notre côté. On avait besoin de défis, parce que toutes les courses sont annulées, etc. C’est un petit peu compliqué psychologiquement pour les sportifs. Du coup, le défi consistait à faire un 24h, en relais. Au début, on était 8 participants du SMAC Triathlon. J’avais divisé les 24h en huit, pour faire une heure et demi à chaque fois. Comme ça, tous les 24h étaient comblés par quelqu’un du SMAC. Il y avait quelqu’un qui pédalait de 12h à 13h30, de 13h30 à 15h, etc. Même entre 1h30 et 3h du matin, il y avait toujours quelqu’un. Puis après, on était beaucoup plus, et tant mieux. Le défi, c’était aussi d’avoir un but derrière ça. Parce que, pédaler 24h, c’est bien, c’est beau, c’est un défi, mais au final, c’est un petit peu individuel. C’est le challenge sportif, mais c’est tout. Alors qu’en ce moment, on traverse une crise qui nous incite à réfléchir. On a besoin de contact humain, on a besoin d’aider les gens, de servir à quelque chose. C’est pour ça que j’avais pensé à l’association « Tous Ensemble pour l’Avenir de Chloé.« 

Pouvez-vous nous parler l’association « Tous ensemble pour l’avenir de Chloé » et nous expliquer la raison pour laquelle votre choix s’est porté sur celle-ci ?

Chloé, c’est une jeune fille de 19 ans qui est atteinte de deux maladies orphelines. Il y a déjà plusieurs courses à pied qui ont été organisées par l’association. L’association est gérée par les parents de Chloé, Stéphane et Christine. Ils sont très sportifs, et évidemment la course de cette année a été annulée. C’était prévu pour le mois de juin à Flixecourt (NDLR : Run For Chloé). Donc, comme ça collait complètement avec l’esprit du club, on leur a proposé ce défi. Et comme son papa Stéphane aime les défis, ils ont tout de suite adoré le principe.

On ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de monde et que cela touche autant de personnes, mais en tout cas on est vraiment contents de ce que ça a pu donner à Chloé.


Ce petit événement qui était d’abord pensé pour les licenciés de l’association a finalement pris une toute autre ampleur ! Pouvez-vous nous en parler ? Nous expliquer comment cela s’est développé ?

À partir du moment où les parents de Chloé nous ont dit qu’ils le feraient avec nous, on s’est dit : « pourquoi on ne l’ouvrirait pas aux autres ? ». Et quand on l’a ouvert aux autres, on avait plus de visibilité. Grâce à cela, on était plus de 20. Il y avait plus de monde la journée que la nuit et on avait un lien entre nous pour rouler ensemble. C’était un lien avec l’application Zoom, et cela nous a permit de discuter ensemble pendant que l’on roulait. Et ça, c’était cool. On rigolait bien, on se rencontrait, on a pu voir Stéphane, le papa de Chloé, et sa maman aussi. C’est comme cela qu’on a dynamisé notre événement, et que l’on a réussi à avoir énormément de monde. On ne s’attendait pas à ce qu’il y ait autant de monde et que cela touche autant de personnes, mais en tout cas on est vraiment contents de ce que ça a pu donner à Chloé. Parce que là, la cagnotte a atteint 530€. C’est quand même un beau geste. Tout le monde a participé, et cette cagnotte est encore disponible pendant une vingtaine de jours. 

Quelle a été votre réaction en remarquant que l’événement a finalement rassemblé un grand nombre de sportifs ?

Forcément très enthousiaste, et chaud au cœur. Je pense que si on avait fait simplement un défi 24h, sans Chloé, sans son histoire et l’énergie de sa famille, on n’aurait pas rassemblé autant de personnes. C’est sympa de se dire qu’il n’y a pas que le Covid en ce moment. Il y a toujours d’autres choses que l’on a besoin de faire. Il y a toujours besoin d’avoir du soutien pour les autres associations. Il y a beaucoup de problèmes autour de nous, à part le Covid. Alors, c’est bien. Ça a réunit des personnes, on a parlé d’autres choses. Ça a fait du bien, on a fait des rencontres. Et il y en avait qui n’étaient pas plus sportifs que ça et qui nous ont tout de même rejoint. Donc, c’est vraiment cool. Et tout le club est vraiment content. Ça fait plaisir.

Tout additionné, 3324,97 kilomètres.


En 24h, combien de kilomètres ont été parcourus ?

Tout additionné, 3324,97 kilomètres. Certains ont fait 6h, d’autres plus, d’autres moins. C’est ouf ! (Rires) On n’arrive pas trop à se rendre compte. C’est un beau chiffre.

Quelle conclusion tirez-vous de cette belle expérience ?

Que malgré ce que l’on peut croire en ce moment, l’être humain est beau. Ça m’a émue. À la fin de l’événement, on roulait tous ensemble. On était tous sur Zoom, et quand une personne a dit « C’est fini ! », tout le monde a applaudit. Et j’ai eu des frissons. Et puis, le fait de voir aussi qu’il y a la cagnotte qui gonfle de jour en jour, c’est cool aussi.

Pour finir, auriez-vous un petit mot à dire pour tous les participants à cette action solidaire ?

Merci beaucoup. Ils ont fait quelque chose de beau. Ça a fait du bien à la famille, et c’est émouvant de voir autant de personnes quand on ne s’y attend pas. Vraiment, merci beaucoup et surtout, merci pour la famille. Parce qu’on s’est lancé un défi tous ensemble, mais c’est surtout pour la famille qu’on l’a fait. Et ça, c’est cool, parce qu’on a fait aussi connaître Chloé.





Vous pouvez vous rendre sur la cagnotte en ligne en sur CE LIEN.





Angélique Guénot

Crédit photo : Droits Réservés

Publié par La Rédaction

Gazette Sports est votre webzine sur l'actualité des associations sportives d'Amiens Metropole et ses alentours.