OMNISPORT : Ils ont pris de la bouteille (9)

Sprecher
Ⓒ Gazette Sports
Publicité des articles du site GazetteSports

Aujourd’hui, nous allons revenir un demi siècle en arrière, plus exactement en 1972. En effet, à la Fédération française d’athlétisme, Pierre Sprecher vient d’être nommé entraîneur national du javelot.

Eh oui, à l’époque, la FFA disposait de technicien par discipline et pour ce qui concerne le javelot, qui mieux que Pierre Sprecher pouvait occuper ce poste.

C’est que Pierre Sprecher était non seulement un ancien pratiquant du javelot mais il était né à Amiens. Il avait même été champion de France de la spécialité en 1942. Eh oui, alors qu’aujourd’hui, le coronavirus empêche toute compétition sportive, en 1942 en pleine guerre, le sport n’était pas totalement interdit.

Pierre Sprecher participa ensuite aux Jeux Olympiques de Londres en 1948. Il devait vivre à Amiens durant trente ans.
Amiens était aussi la ville natale de celui qui reste encore aujourd’hui comme un des plus grands champions de tous les temps : Michel Macquet  également né dans notre  ville et qui a été enterré au Crotoy.

Pour revenir à Pierre Sprecher, il faut se rappeler qu’il avait un javelot en bois, ce qui explique que les jets de l’époque étaient largement inférieurs à ceux de la période actuelle.
Quand il a pris ses fonctions, Pierre Sprecher notait que la situation en France du javelot, n’était pas si mauvaise mais qu’il fallait améliorer un secteur : celui du  recrutement.

Quand Pierre Sprecher lançait l’opération javelot

Fin 1972, il publiait une étude intitulée « opération javelot« . Et d’indiquer dans cette étude :
« La mesure d’urgence consiste à trouver des éléments de 15-16 ans, des deux sexes ayant l’habitude de lancer à bras cassé. Le matériel est simple: une balle de 200 grammes. Les performances demandées sont de 40 mètres pour les jeunes filles et 60 mètres pour les garçons. Si un sujet y parvient, il faut absolument qu’il aille vers le javelot. Il faut transposer le geste en celui de lanceur de javelot. Il faut aussi que ces jeunes conservent la spontanéité de leur geste. »

À l’époque, cette mesure ne nous avait pas échappé. Nous avions alors écrit un article en comparant le geste du lanceur du javelot à celui de foncier dans le ballon au poing. Le foncier est en effet le joueur qui expédie le ballon le plus loin et son attitude  pourrait se comparer à celui du lanceur de javelot.

Pierre Sprecher devait alors nous répondre fort gentiment en signalant que les deux gestes n’étaient pas du tout comparables, qu’il existait une réelle différence, sûrement quant au bras cassé ou non.
La réponse de Pierre Sprecher devait évidemment nous décevoir car nous avions imaginé, peut-être un peu naïvement, que de grands lanceurs de javelot pourraient être issus du ballon au poing.

Ainsi, les Jacques Falize et plus tard Jacques Debart seraient peut-être devenus des champions du javelot et poursuivre ainsi la lignée des Sprecher et Macquet. 

Conclusion : si on peut considérer que javelot et ballon au poing sont un peu cousins, ils sont quand même bien différents.





Lionel HERBET

Crédit photo : Droits Réservés

Publié par Lionel Herbet

Journaliste historique du sport Picard et Amiénois. Lionel est la mémoire des plus grands exploits sportifs de la région.